Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 10:16
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:11

 

L’Enfance de Jésus est un état où l’esprit dans la foi et le silence, le respect et l’innocence, la pureté et la simplicité attend et reçoit les ordres de Dieu et vit au jour le jour en esprit d’abandon, ne regardant d’une certaine manière ni devant soi, ni derrière soi, mais s’unissant au Saint Enfant Jésus qui reçoit tout des ordres de son Père.  

 

Vingt-deux ans après la mort de Thérèse d’Avila, en 1604, six carmélites espagnoles fondaient à Paris le premier carmel thérésien français. Dès 1605, un troisième carmel était fondé à Dijon. Celui-ci fonda des carmels en Franche Comté et en Bourgogne dont celui de Beaune en 1619. Mère Marie de la Trinité y fut chargée des Novices. Mère Élisabeth de la Trinité en devint la Prieure en 1626 et donna un grand essor à ce monastère. En 1630, elle y accueillit une orpheline de 11 ans 1/2, Marguerite Parigot, d’une famille de notables de Beaune; ce sera la Vénérable Marguerite du Saint Sacrement. Sous la conduite de ces deux Mères, la jeune novice orienta vers l’enfant Jésus sa piété précoce. Le divin Enfant combla la « petite épouse de sa crèche » de grâces mystiques. La pratique des vertus religieuses notamment de l’obéissance authentifiait ces expériences étonnantes chez une enfant.

 

La puissance de sa prière fut bientôt connue au dehors du Carmel. En 1636, la France était attaquée au nord et à l’est, jusqu’à la Saône, qui constituait alors la frontière. Rien ne semb1ait devoir empêcher les armées ennemies d’arriver jusqu’à Beaune et d’y commettre pillages et massacres. Les habitants de la petite ville étaient terrifiés et la prieure du carmel songeait elle aussi, à fuir le danger. Marguerite assura : « l’enfant Jésus m’a promis que la ville serait épargnée. » Cela se réalisa. La reconnaissance populaire se manifesta par la diffusion de la « petite couronne » préconisée par Sœur Marguerite sur indication céleste : trois « Notre Père » pour remercier Dieu du don qu’il nous fit en Jésus, Marie et Joseph ; douze « Je vous salue Marie » pour honorer les douze années de l’enfance de Jésus.

 

À quelque temps de là, la France était de nouveau dans l’angoisse : le Roi Louis XIII et la Reine Anne d’Autriche, mariés depuis une douzaine d’années n’avaient pas d’enfant. Il n’y avait donc pas d’héritier pour le trône ! Toute la France invoquait le Ciel ! Sœur Marguerite eut encore une révélation dans sa prière : elle affirma que la Reine allait donner le jour au futur Louis XIV. La mère et le fils en manifestèrent leur gratitude au Carmel. La réputation de Sœur Marguerite ayant ainsi gagné la Cour, elle attira l’attention d’un seigneur normand, le Baron Gaston de Renty. Ce pieux laïc, marié, père de cinq enfants, était toujours à l’affût de ce qui pouvait alimenter sa ferveur. Il n’hésita pas à se rendre en Bourgogne pour s’entretenir avec la jeune sœur. Gagné à sa dévotion, il en donna l’une des meilleures définitions : « l’esprit d’enfance est un état où il faut vivre au jour le jour, dans une parfaite mort à soi-même, en total abandon à la volonté du Père. »

 

Rentré dans son manoir normand, il envoya à Sœur Marguerite un cadeau de Noël, rien moins que la statut du « Petit Roi de gloire ». (1643) En bois sculpté, peint et articulé, cette statuette peut être habillée de vêtements somptueux (elle en possède une collection), parée de bijoux et couronnée. Pour l’honorer dignement, Sœur Marguerite obtint de ses supérieurs la construction d’une petite chapelle attenante à l’église du Carmel. Très vite un mouvement national de pèlerinage se manifesta en direction de l’Enfant Jésus de Beaune, à peu près contemporain de l’Enfant Jésus de Prague. Composée de grands seigneurs et d’humbles gens, l’affluence ne cessera pas jusqu’à 1a Révolution, comme l’attestent les très importantes archives du Carmel. Caché pendant la Révolution, il fut rendu ensuite aux carmélites qui pendant des années le conservèrent chez elles en clôture.

 

Le Petit Roi de gloire a repris sa place en 1873 dans l’église du carmel. Les visites privées ou collectives se succèdent ; une correspondance abondante de demandes parfois poignantes de prières arrive régulièrement au Carmel, avec des remerciements pour les grâces obtenues. Les murs de la chapelle sont tapissés d’ex-votos. Certaines formes de dévotion instituées par Sœur Marguerite se maintiennent : il y a tous les 25 du mois, une prière publique de la « petite couronne » et chaque année, du 25 janvier au 2 février, une neuvaine avec homélie et récitation quotidienne de la « petite couronne ».

 

Des brochures expliquent aux fidèles le sens de l’esprit d’enfance auquel doit conduire normalement cette dévotion à l’enfance de Jésus. Elle n’a pas été inventée au XVIIème siècle mais remonte au Christ lui-même :

 

« Si vous ne devenez comme de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. » (Mt.18,3)

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:06

O Jésus ! que votre amour pour nous a réduit à la petitesse de l'enfance, à la pauvreté et aux humiliations de la crèche, je vous adore dans votre abaissement où vous me paraissez mille fois plus aimable que sur le Trône de votre gloire. Que ne puis-je vous offrir, comme les Mages, l'or d'une ardente charité, l'encens d'une fervente prière, la myrrhe de la mortification !

 

Recevez au moins mon cœur que je vous donne avec tant de bonheur ; recevez-le avec tout ce qu'il a d'affection, de dévouement et de reconnaissance ; recevez mon âme avec toutes ses facultés, mon corps avec tous ses sens. En retour, ô Jésus, faites-moi participer à l'esprit de votre divi­ne enfance, en me remplissant de douceur, d'humilité et de simplicité.

 

O divin Enfant, mon Roi et mon Modèle faites qu'après vous avoir imité sur la terre, je
merite d'être réuni éternellement à vous, avec tous ceux que j'aime.  Ainsi soit-il.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:05

O divin Enfant Jésus, notre Roi, humblement prosterné à vos pieds, sous les auspices de Marie, Joseph et de votre archange Gabriel, je vous consacre mon cœur, mon âme et tout moi-même. pour vous servir sans aucune réserve.

 

Ah ! mon Sauveur, que n'ai-je un cœur plus grand pour vous aimer davantage ! Mais je m'associerai d'autres cœurs, je veux que d'autres vous aiment autant que moi, que d'autres vous servent, que d'autres vous honorent ! Que ne puis-je inspirer à tous ces cœurs la dévotion à votre sainte Enfance !

 

Daignez ô divin Enfant Jésus, Roi de gloire, faire éprouver à tous vos asso­ciés la toute-puissance de votre petites­se et que votre pureté, votre simplicité et votre innocence découlent avec vos faveurs temporelles sur tous ceux qui vous rendent hommage. Ainsi soit-il.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:04

(récitée chaque soir au sanctuaire de

 l’Enfant-Jésus à Arenzano – Italie)

 

O Saint Enfant-Jésus qui répands tes grâces sur ceux qui t'invoquent, regarde-nous prosternés devant ta sainte image et écoute notre priè­re. Nous te recommandons tous les nécessi­teux qui se confient à ton divin Cœur. Etends sur eux ta main toute-puissante et viens au secours de leur indigence. Etends la main sur les malades pour les guérir et sanctifier leurs peines ; sur les affligés pour les consoler ; sur les pécheurs pour les attirer à la lumière de ta grâce ; sur ceux qui, accablés par la douleur et la misère, invoquent avec confiance ton aide pleine d'amour. Etends la main encore sur nous pour nous bénir. Accorde, ô Petit Roi, les trésors de ta miséricorde au monde entier et garde-nous maintenant et toujours dans la grâce de ton amour ! Amen.

 

"Une fois, en face de l'Enfant-Jésus, j'ai entendu dans l'oratoire (de la chapelle de San Damiano) un son mélodieux qui semblait produit par une multitude de petites cloches en argent. (...) Mamma Rosa m'a dit : "Ce que vous avez entendu, je l'entends toutes les fois où l'Enfant-Jésus vient me trouver dans ma chambre. Il se fait précéder par tous ces sons si harmonieux."

 

Fioretti, Rosa di Jesù-Maria, © Ed du Parvis

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:03

(dite "très efficace")

 

0 Saint Enfant-Jésus, j'ai recours à vous, je vous en prie par votre sainte Mère, assistez-moi dans cette nécessité (ici on fait sa demande), car je crois fermement que votre Divinité peut me secourir, j'espère avec confiance obtenir votre sainte grâce. Je vous aime de tout mon cœur et de toutes les forces de mon âme. Je me repens sincèrement de mes péchés et vous supplie, ô bon Jésus, de me donner la force d'en triompher. Je prends la résolution de ne plus jamais vous offenser, et je viens m'offrir à vous dans la disposition de tout souffrir plutôt que de vous déplaire. Désormais, je veux vous servir avec fidélité. Pour l'amour de vous, ô divin Enfant, j'aimerai mon prochain comme moi-même. Enfant plein de puissance, ô Jésus, je vous en conjure de nouveau, assistez-moi dans cette circonstance (nommez-la), faites-moi la grâce de vous posséder éternellement avec Marie et Joseph dans le ciel et de vous adorer avec les saints anges. Ainsi soit-il.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:52

Père céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous

Fils, rédempteur du monde qui êtes Dieu. ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Enfant-Jésus, Roi de gloire, ayez pitié de nous

Enfant-Jésus, notre vrai Dieu et Seigneur. ayez pitié de nous

Enfant-Jésus, vous dont la puissance opère tant de merveilles, ayez pitié de nous

Enfant-Jésus, dont la sagesse scrute notre cœur et nos sens, ...

Enfant-Jésus, dont la bonté est toujours prête à nous secourir, ...

Enfant-Jésus, dont la providence nous conduit à notre dernière fin, ...

Enfant-Jésus, dont l'amabilité console les affligés, ...

Enfant-Jésus, dont la miséricorde pardonne nos péchés, ...

Enfant-Jésus, dont la force soutient notre faiblesse. ...

Enfant-Jésus, dont la puissance nous protège contre tous les maux, ...

Enfant-Jésus, dont le souverain pouvoir triomphe de l'enfer, ...

Enfant-Jésus, dont la gracieuse image attire nos cœurs, ...

Enfant-Jésus, dont le doux et saint Nom réjouit les fidèles, ...

Enfant-Jésus, dont la majesté remplit l'uni­vers, ...

De tout mal, délivrez-nous, ô Jésus

De tout péché, délivrez-nous, ô Jésus

De toute défiance de votre ineffable bonté, délivrez-nous, ô Jésus

De tout doute de votre pouvoir merveilleux, délivrez-nous, ô Jésus

De la tiédeur à vous honorer, ...

Par tous les mystères de votre sainte Enfance, ...

Pauvres pécheurs, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Par Marie, votre très pure Mère, et par saint Joseph, votre père nourricier, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Afin que vous nous pardonniez nos péchés, nous vous en supplions, ...

Afin que vous remettiez les peines dues à nos péchés, nous vous en supplions, ...

Afin que vous augmentiez de plus en plus l'amour et la dévotion envers votre sainte Enfance, nous vous en supplions, ...

Afin que vous ne retiriez jamais de nous votre main qui opère tant de merveilles, nous vous en supplions, ...

Afin que vous nous conserviez un cœur tou­jours plein de reconnaissance pour vos bien­faits, nous vous en supplions, ...

Afin que vous nous embrasiez de plus en plus d'amour pour votre divin Cœur, nous vous en supplions, ...

Afin que vous daigniez exaucer tous ceux qui vous implorent avec confiance, nous vous en supplions, ...

Afin que vous donniez la paix à notre patrie, nous vous en supplions, ...

Afin que vous daigniez nous préserver des malheurs qui nous menacent, nous vous en supplions, ...

Afin que vous accordiez le bonheur à tous ceux qui se montrent généreux envers vous, nous vous en supplions, ...

Afin que vous nous accordiez une sainte mort, nous vous en supplions, ...

Afin que vous nous soyez un juge miséricor­dieux, nous vous en supplions, ...

Afin que vous soyez toujours notre consola­tion et notre refuge dans votre image miracu­leuse, nous vous en supplions,

 

Prions Enfant-Jésus, Roi de gloire ! Nous vous en conjurons, prosternés devant votre sainte image, jetez un regard de clémence sur nos cœurs suppliants et pleins d'angoisse. Que votre Cœur si bon, si incliné à la pitié, se tourne vers nous et nous accorde la grâce que nous lui demandons avec instance. Délivrez-nous de la tristesse et du découra­gement, de tous les maux et difficultés qui nous accablent. Par les mérites de la sainte Enfance, daignez nous exaucer et nous accorder la consolation et le secours dont nous avons besoin, afin que nous vous louions avec le Père et le Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Amen

Saint Enfant-Jésus, bénissez-nous

Saint Enfant-Jésus, écoutez-nous

Saint Enfant-Jésus, exaucez-nousConsécration pour son enfant

 

0 Saint Enfant-Jésus, notre aimable Roi, par les mains de votre auguste Mère, je vous consacre mon fils (ma fille). Daignez-le prendre sous votre puissante protection, préservez-le de la maladie et de toute influence malsaine, gardez-le pur et qu'à votre exemple, il croisse en grâce et en vertu devant Dieu et devant les hommes ! Saint Enfant-Jésus, bénissez-le !

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:51

Jésus même a daigné révéler ce petit chapelet a la Vénérable Marguerite du Saint Sacrement, Carmélite Déchaussée (morte au Carmel de Beaune. France le 26 mai 1648). II l'exhorta à le faire connaître aux fidèles, promettant d'accorder des grâces spéciales a ceux qui le réciteraient avec l'in­tention d'honorer les mystères de la Divine Enfance. On le récite dans l'ordre suivant:

 

1.       Trois fois : « Et le Verbe s'est fait chair » ; « Notre Père... ».

 

2.       Une fois : « Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous ».

 

 3.       Douze fois : « Je vous salue Marie ».

 

 4.       Une fois : « Gloire au Père et au Fils, etc.... ».

 

On récite les trois « Notre Père » en l'honneur des trois personnes de la Sainte Famille. Les douze «Je vous salue Marie » en mémoire des années de l'Enfance du Seigneur.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:49

pour réconforter les malades

 

L'Incarnation du Verbe, dans le langage de l'Eglise qui prie, est représentée par une consécration avec de l'huile : dans le sein de Marie, à ce moment là le Fils de Dieu s'est uni à l'humanité de façon irréversible, comme l'huile qui imprègne et consacre l'autel.

 

Prêtre et Roi universel par cette onction, il prend sur lui les infir­mités et les souffrances de tous les hommes, pour en faire une éter­nelle offrande agréable à son Père. Ses disciples sont invités à guérir toute infirmité par une onction d'huile au nom de Jésus. Les apôtres... faisaient des onctions d'huile a de nombreux malades, et les guérissaient". (Marc 6, 7-13).

 

« Si l'un de vous est malade, qu'il appelle ceux qui exercent dans l'Eglise la fonction d'Anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d'huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade. » (Jacques 5, 14-15).

 

Le Nom de Jésus est une huile qui guérit et illumine.

 

La lampe du Sanctuaire, ali­mentée par l'huile offerte par de nombreux fidèles, est le symbole de la foi qui soutient et sauve beaucoup de malades, les guérit et sanctifie leurs peines.

 

On invite les malades :

1.    Tout d'abord à fréquenter les sa­crements et a vivre en état de grâce,

2.    A alimenter une foi plus vive pour le Seigneur à tout moment de la maladie.

3.    A prier ou réciter le petit chape­let de l'Enfant Jésus, avant ou au moment de recevoir l'onction d'huile. 

NOTA BENE

1.       L'huile brûle perpétuellement dans la lampe devant le trône de l'Enfant Jésus, dans le Sanctuaire.

2.       Nous l'envoyons en petits fla­cons à ceux qui en font la demande.

3.       Elle est déjà bénite au Sanctuaire.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:48

L'ENFANT JÉSUS DE PRAGUE (Brève histoire)

 

Cette dévotion a son origine dans le coeur de Sainte Thé­rèse d'Avila (… 1582) et de Saint Jean de la Croix (… 1591), qui la transmettent au Carmel en héritage spirituel.

A Prague (Tchécoslovaquie) dans le Carmel fondé en 1624 on vie le message de Sainte Thérèse et dans leur oratoire les religieux vénèrent une statue de l'Enfant Jésus en souvenir de   l'invitation du Christ ; « Si vous ne devenez pas comme des enfants vous n'entrerez pas dans le Royau­me des Cieux ». Les miracles suivis ont rassemblé une infi­nité de coeurs autour de la Statue vénérée a Prague. Cette chaîne d'amour diffusée dans le monde reçoit le nom de la ville d'origine.

En 1889 il est bâti à Arenzano (Gênes - Italie) un Carmel dédié à Sainte Thérèse auquel il fait suite en 1905 le premier Sanctuaire du monde dédié à l'Enfant Jésus de Prague.

 

HYMNE DU SAINT NOM DE JESUS


Jésus, pensée d'amour,

vraie joie au coeur,

ton intime et très douce Présence

est plus que miel.

La langue ne peut pas répéter

ni la parole ne peut exprimer.

Mais seul celui qui en fait l'expérience

peut Croire combien Jésus est ineffable.

Nous élevons vert Toi, Jésus,

nos remerciements

avec nos prières et nos louanges.

Et Toi, au ciel, accueille les

parce que nous t'aimons pour l'éternité.

 

O Christ, Roi Admirable,

vainqueur splendide,

douceur ineffable, toujours désirable.

Invincible Roi de gloire

d'une illustre victoire,

Toi qui donnes les grâces ;

Toi la joie et l'honneur du ciel.

Vers Toi, Jésus, montent de nos coeurs

les prières et les cantiques.

Accorde nous de T'aimer avec tes saints

dans les siècles des siècles.

- Que soit béni le Nom du Seigneur.

- Maintenant et à jamais.


 

PRIERE

O Dieu, Tu as constitué Ton Fils unique sauveur du genre humain et Tu as voulu qu'il fût appelé Jésus ; accorde nous dans ta bien­veillance de pouvoir un jour con­templer sans voile au ciel Celui dont nous vénérons le Saint Nom sur terre.

 PREMIER JOUR

O

 Enfant Jésus, me voici à tes pieds ; je me tourne vers Toi qui es tout. J'ai tant besoin de ton aide ! Donne moi, o Jésus un regard d'amour, et puisque tu es tout puissant, viens à mon secours.

Notre Père - Je vous salue Marie - Gloire...

Par ta divine Enfance, o Jésus, accorde moi la grâce que je te demande (la formuler ici) si elle est conforme à ta volonté et à mon vrai bien. Ne regarde pas ma faiblesse mais ma foi et ta miséricorde in­finie.

DEUXIÈME JOUR

O Jésus, splendeur du Père céleste, sur ton visage re­splendit le rayon de la divinité. Je T'adore en confessant que Tu es le vrai Fils du Dieu Vi­vant. Je t'offre, o Seigneur, toute ma vie. Que je ne sois jamais séparé de Toi qui es tout pour moi.

TROISIÈME JOUR

O Saint Enfant Jésus, en contemplant ton visage sur lequel apparaît le plus doux sourire je me sens en pleine confiance. Oui, j'espère tout de ton amour. O Jésus irradie sur moi et sur tous ceux qui me sont chers tes sourires de grâce. Et moi j'exalterai ton infinie misé­ricorde.

QUATRIÈME JOUR

O

 Enfant Jésus, dont le front est ceint d'une couronne je Te reconnais pour mon divin Roi. Je ne veux plus servir le Démon ni obéir à mes passions et céder au péché. Règne, o Jésus, sur mon pauvre coeur et rends le tout à Toi pour toujours.

CINQUIÈME JOUR

Je Te contemple, O Rédemp­teur très doux, revêtu d'un manteau de pourpre ton habit royal. Il me parle de sang ; ce sang que Tu as versé pour moi. Fais, o Jésus Enfant, que je n'oublie jamais  ton sacrifice et que je ne refuse pas de souf­frir avec Toi et pour Toi.

SIXIEME JOUR

O Toi l'Enfant le plus aima­ble, à Te voir soutenir le monde mon coeur se remplit de joie. Parmi les innom­brables êtres que Tu portes je suis moi aussi l'un d'eux. Tu me regardes, Tu me portes à chaque instant, Tu me gardes comme ton bien. Veille sur moi, o Jésus et aide moi dans mes épreuves.

SEPTIÈME JOUR

S

ur ton Coeur, O Enfant Jésus, brille une croix. Elle est l'étendard de notre Ré­demption. O Divin Sauveur, j'ai aussi ma croix, qui bien que légère, trop souvent me pèse. Aide-moi à l'accepter afin de la porter toujours avec fruit. Tu sais bien combien je suis faible. Aide-moi, Jésus.

HUITIÈME JOUR

A

vec ta Croix, sur ton Coeur je vois, o Enfant Jésus, un petit coeur. C'est l'image de ton Coeur, vraiment d'or par sa tendresse infinie. Tu es l'Ami vrai qui généreusement se donne et même s'immole pour la personne aimée. Fais moi comprendre à nouveau combien Tu m'aimes ardemment et enseigne-moi a répon­dre à ton amour.

NEUVIÈME JOUR

O

 Petit Roi, ta main droite toute puissante combien de bénédictions n'a t'elle pas données à ceux qui T'honorent et T'invoquent. Bénis aussi, o Enfant Jésus, mon âme, mon corps et ce qui m'est néces­saire. Bénis moi dans mes be­soins pour y pourvoir ; bénis moi dans mes désirs pour les exaucer. Ecoute ma prière et moi je bénirai ton Saint Nom chaque jour.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article