Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 11:10

Isaac de l'Étoile (?-v. 1171), moine cistercien
Sermon 39, 2-6 ; SC 207 (trad. SC, p. 321)

L'envie : un blasphème contre l'Esprit Saint

      « C'est par Béelzéboul, prince des démons, qu'il chasse les démons »... Le propre des gens malfaisants et animés par l'envie est de fermer les yeux tant qu'ils le peuvent sur le mérite d'autrui et, lorsque vaincus par l'évidence ils ne le peuvent plus, de le déprécier ou de le dénaturer. Ainsi, quand la foule exulte de dévotion et s'émerveille à la vue des oeuvres du Christ, les scribes et les Pharisiens soit ferment les yeux à ce qu'ils savent être vrai, soit rabaissent ce qui est grand, soit dénaturent ce qui est bon. Une fois, par exemple, feignant d'être ignorants, ils ont dit à celui qui a fait tant de signes merveilleux : « Quel signe fais-tu pour que nous croyions en toi ? » (Jn 6,30) Ici, ne pouvant pas nier les faits avec impudence, ils les déprécient méchamment..., et ils les dénaturent en disant : « C'est par Béelzéboul, prince des démons qu'il chasse les démons ».

      Voilà, chers frères, ce blasphème contre l'Esprit qui lie ceux qu'il a saisis des chaînes d'une faute éternelle. Ce n'est pas que ce soit impossible au pénitent de recevoir le pardon de tout, s'il « produit des fruits qui expriment sa conversion » (Lc 3,8). Seulement, écrasé sous un tel poids de malice, il n'a pas la force d'aspirer à cette pénitence honorable qui mérite le pardon... Celui qui, percevant avec évidence chez son frère la grâce et l'opération du Saint Esprit..., ne craint pas de dénaturer et de calomnier et d'attribuer insolemment à l'esprit mauvais ce qu'il sait pertinemment être du Saint Esprit, celui-là est tellement abandonné par cet Esprit de grâce qu'il ne veut plus de la pénitence qui lui obtiendrait le pardon. Il est complètement obscurci, aveuglé par sa propre malice. Quoi de plus grave en effet que d'oser, par envie envers un frère qu'on a reçu l'ordre d'aimer comme soi-même (Mt 19,19), blasphémer la bonté de Dieu...et insulter sa majesté en voulant discréditer un homme ? 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 11:47
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 10:57

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (1873-1897), carmélite, docteur de l'Église
Prière pour obtenir l'humilité, Prière n° 20
 

            Ô Jésus ! Lorsque vous étiez voyageur sur la terre, vous avez dit : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur et vous trouverez le repos de vos âmes. » Ô puissant monarque des cieux, oui, mon âme trouve le repos en vous voyant, revêtu de la forme et de la nature d'esclave (Ph 2,7), vous abaisser jusqu'à laver les pieds à vos apôtres. Je me souviens alors de ces paroles que vous avez prononcées pour m'apprendre à pratiquer l'humilité : « Je vous ai donné l'exemple afin que vous fassiez vous-mêmes ce que j'ai fait ; le disciple n'est pas plus grand que le maître. Si vous comprenez ceci vous serez heureux en le pratiquant » (Jn 13,15-17). Je les comprends, Seigneur, ces paroles sorties de votre coeur doux et humble, je veux les pratiquer avec le secours de votre grâce.

            Je veux m'abaisser humblement et soumettre ma volonté à celle de mes soeurs, ne les contredisant en rien et sans rechercher si elles ont le droit de me commander. Personne, ô mon Bien-Aimé, n'avait ce droit envers vous et cependant vous avez obéi non seulement à la sainte Vierge et à saint Joseph, mais encore à vos bourreaux. Maintenant c'est dans l'hostie que je vous vois mettre le comble à vos anéantissements. Quelle n'est pas votre humilité, ô divin Roi de Gloire... Ô mon Bien-Aimé, sous le voile de la blanche hostie que vous m'apparaissez doux et humble de coeur ! ... Ô Jésus, doux et humble de coeur, rendez mon coeur semblable au vôtre !

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 15:53

HOMELIE DE MARIAGE

 

Kraszew, le 15 juillet 2006

 

J’ai lu une fois que dans le village de Siroki-Brieg en Herzégovine Orientale, les livres de la paroisse attestent que parmi les 13 000 fidèles il n’y a pas un seul divorce. Aussi loin que la mémoire des gens remonte, aucune famille ne s’est désunie. La Herzégovine, aurait-elle un privilège spécial reçu en cadeau du Ciel ? Peut-être les jeunes mariés prononcent-ils une formule magique pendant la cérémonie de mariage ? Existe-t-il quelque chose de magique qui éloigne d’eux le mauvais esprit de la discorde ? La réponse en est bien plus simple que toutes ces spéculations ! Durant des siècles ces peuples ont beaucoup souffert des persécutions religieuses. Et ils ont compris qu’ils devaient leur salut à la croix du Christ, que la libération n’était pas l’œuvre de l’armée, des plans de désarmement, de l’aide humanitaire, des traités de paix ni des clauses des Nations Unies (quoi que des fois il en résulte quelque chose de bien). Le salut c’est la croix du Christ et c’est pourquoi ces gens y ont attaché le mariage.

       Quand un jeune homme commence à se préparer pour le mariage, on ne lui raconte pas qu’il avait trouvé une femme idéale, le meilleur parti possible. On lui dit qu’il avait trouvé sa croix. La croix qu’il doit aimer et porter, qu’il ne peut pas abandonner mais qu’il doit chérir.

       En Herzégovine la croix rappelle l’amour suprême, le crucifix c’est le plus grand trésor de chaque maison. Ceci est illustré par la cérémonie même du mariage. Les fiancés apportent à l’église un crucifix qui sera béni par le prêtre, ensuite la fiancée pose sa main droite dessus. Le futur époux pose sa main sur la main de la fiancée et de cette manière les deux mains sont unies sur la croix comme sur une fondation. Bien sûr, il y a encore l’étole que le prêtre pose sur les mains des fiancés qui se promettent l’amour, la fidélité et l’honnêteté dans le mariage d’après la formule classique de l’Eglise. Ensuite les jeunes mariés ne s’embrassent pas mais embrassent la croix. Ils savent ainsi que de cette manière ils embrassent la source de l’amour. Les témoins, en voyant leurs mains posées sur la croix, comprennent que, si le mari abandonne la femme ou la femme abandonne le mari – en fait, ils abandonnent la croix. Et quand l’homme abandonne la croix, il a tout perdu car il a abandonné Jésus.

       Après la cérémonie les mariés portent le crucifix à la maison et l’accrochent à la place d’honneur. Il devient ainsi le lieu de prière de la maison.

       Chers E… et M… ! A l’occasion de votre mariage, vous recevrez certainement beaucoup de cadeaux beaux et pratiques. Cependant le cadeau le plus important, le cadeau qui ne vieillira jamais, ne perdra pas sa garantie et qui ne s’usera pas c’est le Sacrement du Mariage – le cadeau de Dieu qui va durer jusqu’à la fin de vos jours. Et quand, dans votre famille, parmi les moments de bonheur le mal apparaîtra, quand un problème surgira, une querelle éclatera – allez devant la croix et cherchez de l’aide en elle ! N’allez pas voir un avocat, une voyante, un astrologue, ne cherchez pas le conseil d’un psychologue pour résoudre vos problèmes. Allez voir Jésus sur la croix. Agenouillez-vous et dites votre souffrance devant Jésus et surtout – pardonnez-vous !

       Aujourd’hui, ensemble avec tous ceux qui sont réunis ici, je vous souhaite que votre mariage qui commence son existence aujourd’hui constitue le point de départ d’une famille heureuse que rien ni personne ne réussisse à séparer de l’amour de Jésus révélé sur la croix. Et, comme nous avons entendu dans le fragment d’évangile lu aujourd’hui : ce que Dieu a uni, que l’homme ne sépare pas !

 

 

                                    Père Adam Galinovski

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 16:07



      Quelle est la volonté parfaite de Dieu à notre endroit ? Tu dois devenir saint. La sainteté est le plus grand don que Dieu puisse nous faire car il nous a créés à cette fin. Se soumettre, pour celui ou celle qui aime, est plus qu'un devoir; c'est le secret même de la sainteté.

      Comme le rappelait saint François, chacun de nous est ce qu'il est aux yeux de Dieu -- rien de plus, rien de moins. Nous sommes tous appelés à devenir des saints. Il n'y a rien d'extraordinaire à cet appel. Nous avons tous été créés à l'image de Dieu afin d'aimer et d'être aimés. Jésus désire notre perfection avec une indicible ardeur. « Voici quelle est la volonté de Dieu : c'est votre sanctification. » (1Th 4,3) Son Sacré Coeur déborde d'une envie insatiable de nous voir progresser vers la sainteté.

      Chaque jour nous devons renouveler notre décision de nous hausser à plus de ferveur, comme s'il s'agissait du premier jour de notre conversion, disant : « Aide-moi, Seigneur mon Dieu, dans mes bonnes résolutions à ton saint service, et donne-moi la grâce aujourd'hui même de vraiment commencer, car ce que j'ai fait jusque-là n'est rien. » Nous ne pouvons pas être renouvelés si nous n'avons pas l'humilité de reconnaître ce qui en nous a besoin de l'être.


Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Soeurs Missionnaires de la Charité
No Greater Love (trad. Il n'y a pas de plus grand amour, Lattès, 1997, p. 67)

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 21:05

"Le livre rapporte cette réponse du pape à une religieuse qui lui disait sa « préoccupation » pour « Sa Sainteté » : « Moi aussi, je suis préoccupé par ma sainteté ! »

D'autres anecdotes ici, comme celle-ci qui fait bien sourire :

"Janvier 1998, cap sur Cuba.
Les journalistes lui demandent: « Comment va votre santé ? »
« Quand je veux savoir comment va ma santé, je lis les journaux. »

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 15:30


 
A l’occasion de cette année sacerdotale, voici un magnifique livre à lire absolument et à offrir autour de vous (par exemple à votre curé). A travers les 320 pages de cet ouvrage, vous pourrez admirer 560 œuvres d’art mettant en lumière la grandeur et la beauté du sacerdoce catholique.

« Habituellement, les images expriment davantage que les paroles, si bien qu’un ouvrage dédié au sacerdoce acquiert une dimension spéciale quand, à côté des textes, le lecteur peut fixer son regard sur des figures choisies parmi les œuvres des grands maîtres de la peinture qui ont représenté des prêtres dans différents aspects de leur vie », écrit le cardinal Medina Estévez dans sa belle préface.

L’iconographie souvent splendide, toujours originale de cet ouvrage est accompagnée de textes d’une grande profondeur signés de nombreuses personnalités : S. E. R. le Cardinal Antonio Canizares Llovera (Préfet de la Congrégation du Culte divin) ; S. E. R. le Cardinal Medina Estevez (Préfet Emerite de la Congrégation du Culte divin). M. Stenn Hiedemann; Mgr Gilles Wach et Mgr Rudolph Michael Schmitz (ICRSP) ; T.R.P. Dom Antoine Forgeot, m. b. ; Mgr Wladimir-Marie de Saint-Jean, CRMD ; T.R.P. Dom Hervé Courau, m. b. ; Messieurs les Chanoines Philippe Mora, Paul-Antoine Lefèvre, Benoît Jayr, Jean-Paul Trézières, Tancrède Guillard, Karl Lenhardt (ICRSP) ; M. l'Abbé Claude Barthe ; T.R.P. Dom Louis-Marie, OSB ; T. R. P. Bertrand de Hédouville, m. b. ; S. E. Mgr John Meeking (évêque émérite de Christchurch); S. E. Mgr Malcolm Ranjith (évêque de Colombo – Sri Lanka); S. E. Mgr Basile Mvé Engone (archevêque de Libreville) ; S. E. Mgr Raymond L. Burke (Préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique) ; R. P. Géralmd Goische, ISPN ; S. E. Mgr Juan Rodolfo Laise (évêque de San Luis – Argentine) ; M. l'Abbé Michel Romaniuk ; Christine Sourgins ; R. P. Ronald Creighton-Jobe, CO; R. P. Ronald Creighton-Jobe, CO.

Le prêtre, image du Christ est le premier beau livre jamais publié consacré au prêtre catholique, comme figure historique et religieuse, mais aussi comme sujet d’inspiration artistique.
Le livre est édité en français, en anglais et en italien. Prix : 49 €.
Livre disponible dans toutes les bonnes librairies, FNAC et PROCURE.
On peut aussi le commander à :

1) Version française
Les commandes sont à adresser à l'éditeur en précisant le nombre d’exemplaires désirés :
L'œuvre; 26, rue Jacob; 75006 Paris.
Tél. +33 (0) 1.44.32.11.30 / Fax: +33 (0) 1.43.29.11.09
oeuvre@oeuvre-editions.fr  ou www.oeuvre-editions.fr
Chèque à l'ordre de (ou envoyer le numéro d’une carte de crédit) : L'œuvre 49 € (port inclus).
Prix valable pour les pays de l'Europe de l'Ouest.
Autres pays : prière de contacter l'éditeur.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 21:44

L’eau de la fontaine de Lourdes :

 

Voici comment le Père Marie Antoine, le Saint de Toulouse décrit la fontaine de la grotte de Lourdes :

 

Marie, la Vierge Immaculée, est la fontaine du Seigneur, nous disent les Pères de l'Église, et tous les biens en découlent. C'est bien l'eau consacrée par le prophète. Eau précieuse, eau bien-aimée, n'es-tu pas sortie du côté droit de la Grotte? N'as-tu pas coulé d'abord goutte à goutte et n'es-tu pas devenue bientôt comme un torrent rapide. Ne portes-tu pas toi aussi la santé, la vie, la fécondité partout où tu arrives? Et les coeurs qui se désaltèrent à ta source ne portent-ils pas toujours des fleurs et des fruits ? «  Le Lys immaculé » Père Marie Antoine éditions du Pech

 

Nous mesurons dans ce petit passage l’importance spirituelle que certains saints ont reconnu dans l’eau de Lourdes : Elle s’inscrit dans le courant de miséricorde et de rédemption amenée par le Christ. Les miracles ne sont que les signes visibles de cette miséricorde, l’eau touche d’abord l’âme de ceux qui boivent à la source. Elle leur apporte la purification et la miséricorde, elle touche le cœur des gens. 

 

 

Le geste du Pape :

 

Le 14 Septembre 2008, Benoît XVI est passé à Lourdes. Il a ouvert la messe par un rite très simple, mais plein de symboles.  Il a aspergé les fidèles avec de l’eau de Lourdes qu’il avait bénie en disant :

 

Ici à Bernadette, Marie a demandé «  d’aller boire à la fontaine et de s’y laver ». Que l’eau de la Source répandue sur nos têtes manifeste notre désir de conversion, qu’elle soit le signe de la miséricorde Divine qui donne vie à nos âmes, qu’elle soit le rappel de notre Baptême.

 

Par les prières et les mérites de la bienheureuse Marie, toujours Vierge, des Saints Apôtres Pierre et Paul, de tous les Saints, que Dieu Tout puissant et miséricordieux nous accorde la grâce et les fruits d’une vraie pénitence, un cœur toujours repenti, une vie de conversion, et la persévérance dans le bien, qu’il nous pardonne tous nos pêchés et nous conduise à la vie éternelle.

 

Quand on se souvient de la phrase de Jean Paul II : «  France Fille aînée de l’Eglise, seras tu fidèle à ton baptême ? » Le Bourget 1980. On comprend comment le geste de son successeur est une continuation du travail spirituel qu’avait fait Jean Paul II. Benoît XVI arrose les graines plantées par son prédécesseur.

 

La collecte de l’eau de Lourdes :

 

Comprenant la portée du symbole qui était dans le geste de Benoît XVI, j’ai trouvé qu'

 

La collecte de l’eau s’est d’abord passée par hasard. Je retrais de Jérusalem, et un chrétien de Jérusalem m’avait demandé de l’eau pour la guérison de sa petite fille. Nous nous sommes donc inscrit au premier pèlerinage pour Lourdes au départ de notre ville. C’était le 8 décembre 2007, ouverture du Jubilé de Lourdes.  Nous avons eu le plaisir d’avoir un message en direct de Rome du Pape Benoît XVI.

 

A la fermeture du jubilé le 8 Décembre 2008, j’ai assisté à la messe. C’est pendant la messe que j’ai compris la portée du symbole qui était dans le geste de Benoît XVI du 14 septembre. J’ai donc cherché à prendre de l’eau ce jour à la Source pour reproduire ce geste d’aspersion. J’étais pressé et je n’avais pas de récipient. Juste devant moi une sœur des béatitudes avait une bouteille vide et me l’a proposée. Incroyable !

 

A partir de ce jour j’ai décidé de collecter activement de l’eau de Lourdes à des dates symboliques pour notre pays :

 

Le 8 décembre 2007 ouverture du jubilé des 150 ans de Lourdes,

 

Le 8 décembre 2008 fermeture du jubilé des 150 ans de Lourdes, ouverture du jubilé du curé d’Ars.

 

Le 12 décembre 2008, jour du baptême par Clovis de la France. Deux personnes se sont chargées de collecter l’eau. Sans se concerter, ils m’ont apporté l’eau, tous les 2, le 15 Janvier, jour de la Saint Rémi.

 

 

 

La préparation de L’eau de Lourdes :

 

 

Voyant toutes les coïncidences, et les signes qui accompagnaient la collecte de l’eau de Lourdes, j’ai décidé de faire le tour de certains Saints qui ont protégés ou marqué la France.

 

Sur leur tombe, j’ai simplement dit et fait ce qui me semblait naturel de leur demander :

 

Une dizaine de chapelet, un signe de croix avec l’eau de Lourdes, une prière personnelle pour la France, et le texte suivant :

 

Jean Marie Vianney, nous sommes venus vous apporter un peu d'eau qui va servir au rite d'aspersion, en souvenir du baptême de la France.

 

Vous humble prêtre et ministre du Christ, par ce signe de croix avec cette eau de Lourdes, nous vous demandons votre participation au symbole que nous, humble peuple de France, voulons manifester.

 

Nous vous demandons également d'intercéder auprès du Père du Fils et du Saint Esprit pour qu'ils agréent ce symbole à sa juste valeur comme un geste de purification offert par la France pour montrer sa foi et y associer tous nos concitoyens, même ceux qui sont d'une autre confession.

 

Que par ce geste, la grâce de Dieu revienne sur notre pays. Amen

 

J’ai donc commencé mon périple, et j’y ai associé mes amis et ma famille. Ce qui est étonnant, c’est que cette année, j’ai eu un nombre incroyables d’événements associés à certains lieux : Ars (ordination d’un neveu) , Paris (signature d’un gros contrat), Reims (salon important), Paray le Monial (mariage), Saint Laurent sur Sèvre (communion d’une filleule).

 

Les dates de ces prières sur les tombes des Saints :

 

23 Janvier 2009  Tombe du Père Marie Antoine.

 

24 Janvier 2009 Pendant la nuit du 23 au 24 Janvier une grosse tempête s’est abattue sur Toulouse. Dans notre jardin, un arbre de 15 m est tombé devant la porte, mais il n’y a eu aucun dégât. Tombe de Sainte germaine de Pibrac

 

 

31 Janvier 2009, Saint Louis Marie Grignon de Monfort à Saint Laurent sur Sèvre.

 

Le 4 Février 2009 Saint Louis, a Tunis.

 

11 Février 2009, jour de la première apparition de Lourdes. A Saint Pierre de Rome : Tombe de Saint Pie X, Tombe de Sainte Pétronille, patronne de la France, Tombe de Jean Paul II, Tombe de Pie VI, Pape martyrisé à Valence par les révolutionnaires français, Tombe de Saint Pierre.

 

11 Février 2009 entre 11 heures et midi, chapelle du Saint Sacrement à Saint Pierre de Rome, je fais le petit rituel devant le Corps du Christ. Ce geste n’était pas volontaire mais correspondait exactement à l’heure de la première apparition de Marie. Etonnant !

 

7 Avril 2009, mes parents vont voir Sainte Bernadette et font le rituel.

 

12 Avril 2009, jour de Pâques, un couple d’ami auquel j’avais confié de l’eau, fait le rituel à Paray le Monial, devant Sainte Marguerite Maie Allacoque. Cet ami, est le descendant en ligne directe d’un général Vendéen, qui fait partie des martyr de cette guerre.

 

Le 2 Mai 2009, A Reims, rituel sur la tombe de Saint Rémi.

 

 

Le 29 Juin 2009, jour de la Saint Pierre et Saint Paul, à Ars devant Saint Jean Marie Vianney. Ce même jour mon neveu qui venait d’être ordonné prêtre la veille à Ars, a dit sa première messe dans l’église, à côté du Saint Curé, quelle joie !

 

Mon neveu le 19 juin dernier, fête du Sacré Cœur, avait eu la chance et la joie de tenir la chasuble du Pape pendant toutes les vêpres, où Benoît XVI a rendu hommage aux reliques du curé d’Ars et ouvert l’année consacrée aux prêtres. Mon neveu portait ce jour une dalmatique ornée d’un sacré cœur. Quel signe du curé d’Ars !

  

Il nous reste à faire : Sainte Catherine Labouré, Sainte Thérèse, Marthe Robin, L’archange Saint Michel, Sainte Jeanne D’arc, puis un dernier geste à la vierge Marie à Lourdes et au Sacré Cœur à Paris.

 

 

 

Comment l’eau a été honorée par Benoît XVI et bénie par Jean Paul II :

 

 

Le 11 Février 2009 à 15 h, célébration avec Benoît XVI de la fête des apparitions de Marie à Lourdes. Je n’ai pas la chance d’avoir une place attribuée, mais par hasard, je me trouve au premier rang juste devant l’autel de Saint Pierre, sur le passage du Pape. La célébration a été magnifique, avec l’Ave Maria de Lourdes aux flambeaux, chanté par les italiens, quelle merveille. A la Sortie, Benoît XVI s’arrête devant moi, et je lui mets l’eau de Lourdes dans les mains. Il est aux anges, un sourire fantastique. Juste derrière moi, il y a 2 petites françaises qui crient : « Benoît XVI la France t’aime ! » La providence a même prévu les Pompom Girls.

 

L’eau de Lourdes a été dans les mains de Benoît XVI le jour de la fête des apparitions.

 

Ce même 11 Février, j’étais allé prier sur la tombe de Jean Paul II. Le surlendemain de mon retour en France, je suis allé à un repas organisé par les groupes de prière toulousains qui prient pour la France. A la suite du récit de mon voyage à Rome, une Dame s’apporche et me dit : «  je vous donne de l’eau du Jourdain que je conserve chez moi. Cette eau a été bénie par Paul VI et Jean Paul II. » Quelques semaines après, j’ai rajouté un peu d’eau du Jourdain à mon eau.

 

Notre eau a été Bénie par Jean Paul II et Paul VI !

 

Cette Dame qui ma proposé l’eau, s’est chargé de restaurer la chapelle des pénitents bleus de Toulouse. C’est dans cette chapelle qui était depuis plusieurs siècles consacrée à Marie absunte (de l’assomption), que Louis XIII a fait le vœux de consacrer la France à Marie. Louis XIII était membre des pénitents bleus de Toulouse.

 

Quel Signe Jean Paul II nous donne, au travers de cette eau du Jourdain, eau du baptême du Christ.

 

 

 

 

Le Signe que nous souhaiterions voir s’accomplir :

 

Cette eau nous la proposerons aux prêtres qui le désireront, et ils rajouteront un peu d’eau de leur village, et feront le même rite d’aspersion qu’a fait le Pape le 14 septembre à Lourdes.

 

Ce symbole rappellera le baptême de la France.

 

 

 

Remerciements :

 

Tout ce périple s’est réalisé non pas par mon action, mais surtout par la prière des groupes qui prient pour la France. Ceci montre que leur prière n’est pas vaine, et que dans l’action, grâce à leur prière, nous sommes soutenus et guidés par une main invisible, la main de l’Esprit Saint.

Ces groupes sont les suivants :

 

Groupe Saint Louis de Toulouse,

Groupe du Père Marie Antoine de Toulouse,

Groupe de Saint Gérôme de Toulouse,

Groupe Abba à Paris,

Groupe prier pour la France de Paris,

 

Et tous les autres groupes qui prient pour la France.

Suite : http://surlespasdessaints.over-blog.com/article-36312990.html

Repost 0
Published by Nicolas LARGER - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 13:12

Thann au Moyen Age

A l'origine, Thann est un simple hameau dépendant de Vieux-Thann et du comté de Ferrette. Le site prospère en devenant lieu de pèlerinage vers 1160 suite au miracle de Thiébaud Comme le village se situe sur une voie de passage entre Lombardie et Flandres, Frédéric II de Ferrette y établit un péage qu'il protège par un château, l'Engelsbourg. Contestée un moment par l'évêque de Strasbourg, la position reste aux Ferrette et le comte Thiébaud développe la cité: elle devient ville fortifiée en 1304. A partir de 1287 une collégiale Saint Thiébaud est édifiée, et les Franciscains installent dans les faubourgs un couvent dans lequel est inhumé en 1324 le dernier des comtes de Ferrette, Ulric III.

Par héritage, Thann passe aux Habsbourg; une première extension et réalisée en 1360, une seconde en 1387, prouvant la richesse de la cité, basée sur le péage, le commerce, le vignoble et surtout le pèlerinage. L'administration de la cité est confiée à un conseil de bourgeois. Les Suisses, en guerre avec les Habsbourg, détruisent le faubourg en 1468. L'année suivante, Thann est gagée au Téméraire. Le bailli Pierre de Hagenbach lève aussitôt une taxe sur le vin. C'est la révolte et la répression immédiate: quatre des bourgeois meneurs sont exécutés en 1472. La ville est délivrée du Téméraire en 1474 et son expansion se poursuit, marquée par la pose de la flèche de la collégiale en 1478.
Lire la suite :
http://www.alsace.lib-expression.fr/site/site_alsacien.php?pSitId=FRAL68THAN&sSitLib=Thann

et

http://genealia.com/temoignages/temoignages/ihler/ihler1.html


Voir la video : 

http://videos.tf1.fr/jt-13h/la-traditionnelle-fete-de-thann-4460537.html

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 19:25

Bibliographie.

ALET V., La France et le Sacré-Coeur, Paris, Dumoulin et Cie, 1892.

BECKER A., La guerre et la foi, de la mort à la mémoire, 1914-année trente, Armand-Colin, 1994.

BENOIST J., Le Sacré-Coeur de Montmartre, thèse, Paris IV, 1991 ; et Éditions Ouvrières, 2 vol.,1992.

B0ISSARD, vie et Message de Mme Royer, Lethellieux,1960.

BRUGERETTE, Le prêtre français et la société contemporaine, 1908-1936, Lethellieux, 1938.

CHALINE N.-J., Des catholiques normands sous la IIIe République, Horvath, 1985.

Sous la direction de, Chrétiens dans la Première Guerre mondiale, les Éditions du Cerf, 1993.

CHEVALLIER G., La peur, P.U.F., 1930

D’ARNOUX J., Paroles d’un revenant, Plon, 1925.

DARTIGE DU FOURNET, Souvenir de guerre d’un amiral, 1914-1916, Plon.

DORGELÈS R., Les Croix de bois, Albin-Michel, 1919.

L’Écho de l’lntronisation du Sacré-Coeur dans les foyers, 1917, Fontarabie, Paris.

FAYOLLE, Les carnets secrets de la Grande Guerre, Plon, l964.

FERCHAUD C., Note, autobiographiques, tome I et II, Téqui, 1974-1975.

FONTANA J., Attitudes et sentiments du clergé et des catholiques français devant et durant la guerre de 1914-1918, Lille, 1973.

Mgr GINISTY, Verdun, Paroles de guerre, 1919.

GUITTON G., Louis Lenoir, aumônier des Marsouins Éditions de Gigord, 1921.

HAMON A, Histoire de la dévotion au Sacré-Coeur, Beauchesne, Paris.

HAMON A., Vie de la Bienheureuse Marguerite-Marie Paris, 1907.

L’ Intronisation du Scré-Coeur de Jésus dans les foyers par la Consécration solennelle des Familles, Paris,1915.

R.P. JONQUET, Montmartre autrefois et aujourd’hui Paris.

Mgr JOUIN et M. GAUDEAU, Le drapeau national du Sacré-Coeur, Paris, 1918.

Mgr LACROIX, Le Clergé et la guerre de 1914, Paris, 1914.

LANGLOIS G., Le Clergé, les catholiques et la guerre, Paris, 1915.

LEBRUN F, Histoire des catholiques en France, Privat, 1980.

R.P. LE DORÉ A., Le Message du Sacré-Coeur, Paris, 1917.

LÉMIUS J.-B., Les grands desseins du Sacré-Coeur de Jésus et la France, Paris, 1915.

LEROY, Au drapeau ! France et Sacré-Coeur, Nancy.

LEROY, Le drapeau du Sacré-Coeur, Nancy, 1901.

LOUBLANDE (à), Le Sacré-Coeur et Claire Ferchaud, Téqui.

MOUTON C., Ce " Voltaire " qui portait le Sacré-Coeur, Résiac, 1979.

MOUTON C., Au plus fort de la tourmente, Claire Ferchaud, Résiac, 1983.

MARCAULT Ch., Réalisons le Message du Sacré-Coeur, Desclée de Brouwer, Paris, 1934.

PÉRICARD J., Le soldat de Verdun, Baudinière, 1937.

PERROY H., Le Message d’Espoir, Paris, 1918.

POULAIN E., Pour le drapeau du Sacré-Coeur ! Pour le Salut de la France, Beauchesne,1918.

REDIER A., Méditations dans la tranchée, Payot, 1916.

VEUILLOT F., Le drapeau du Sacré-Coeur, Paris, 1899.

WEYGAND, Foch, Flammarion, 1947.

YENVEUX P., Le règne du Sacré-Coeur, Paris, 1902.

 


Retour vers le sommaire histoire du Sacré Coeur :
http://surlespasdessaints.over-blog.com/article-32691001.html

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article