Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 10:22
La milice de Guérande face aux Normands en 919 - in : « Vie de Saint Aubin », manuscript du XIe siècle provenant de l’abbaye d’Angers, BNF
 
Aubin (PR : Albin, Albina, Albine) (Géo : 73) (1er mars) : né à Languidic près de Vannes ou en Pays de Guérande, en 468 ou 469, issu d'une famille de Bretagne insulaire installée en Bretagne armoricaine, moine, puis abbé du monastère de Tincillac, puis nommé malgré lui évêque d'Angers en 529, décédé en 550.
 
Patron d'Angers, de Guérande, et de nombreux villages en France dont certains portent son nom. (Environ 110 églises en France portent le vocable de Saint aubin, et 83 communes). Nom issu du latin "albus" (blanc).
 
Dicton : "Taille au jour de Saint Aubin, Pour avoir de gros raisins".
 
Fête le 1er mars.
 
Il est établi qu'il participa au Concile d'Angers en 540, où il servit d'interprète à Saint Tugdual auprès du roi Childebert étant bilingue (Breton, Latin/Roman). Il aussi attesté qu'il combattit dans son apostolat le péché, particulièrement l'inceste et les mariages consanguins.
 
De son vivant, il aurait fait des Miracles : selon son hagiographie, il délivre des possédés, il ressuscite un jeune homme nommé Malabothe. Il libéra aussi un innocent des joles et son gardien, impie bien sur, qui s'opposait à sa libération est mort par la volonté divine.
 
Son corps déposé dans l'abbaye d'Angers, fut dispersé par deux fois, la première peu de temps après sa mort par son successeur à l'évêché d'Angers (Eutrope) vers 575-580, et la seconde fois en 873.
 
De nouveaux miracles se produisent sur ses reliques, dont une apparition miraculeuse du saint, sur un cheval lumineux selon certains auteurs, qui provoque la fuite des Normands (Northmen ou Vikings) qui assiègaient Guérande en 919.
 
1. Il semble établi a minima qu'il est né en « Vénétie » selon l'appellation de l'époque pour désigner le Royaume breton de Vannes entre 467 et 470, les deux villes revendiquant son lieu de naissance sont toutes deux à cette époque dans cette « principauté »
2. Ce lieu est cité deux fois dans les écrits ayant trait à Saint Aubin : Dans les « Epistola » de l'évêque Fortunat (VIe siècle) : Tincillacensis locus et dans la "Vie de Saint Aubin" (BN) : Monasterium Tincillacense - certain auteurs y voient Tilliers en Anjou, d'autres, à Théhillac, près de Redon aujourd'hui en Morbihan et à l'époque en « Pays de Guérande » (Bro Wenrann)
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Aubin
commenter cet article
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 10:19

        D’une famille d’origine anglo-saxonne venue se fixer en basse Bretagne, Aubin, ou Albin, est né en 469 dans les environs de vannes. Il embrasse de bonne heure la vie religieuse et entre au monastère de Tintillant près d’Angers, placé sous la règle de saint Augustin, dont il devient abbé en 504.

        
        Après la mort de leur évêque, Adelphe, les angevins élisent Aubin comme leur nouvel évêque par acclamation. Il résiste d’abord à son élection, mais doit finalement se soumettre et est ordonné en 529 par saint Melaine de Rennes. Evêque, il conserve ses austères habitudes de vie monastique et lutte avec détermination contre les mœurs violentes et païennes de son temps. On retient en particulier la lutte acharnée qu’il entreprend contre les mariages consanguins et incestueux fréquents dans la noblesse franque de l’époque. Malgré les menaces de mort dont il est l’objet afin de le dissuader de poursuivre ce combat, il obtient ainsi du roi Childebert la réunion des conciles d’Orléans de 538 et 541 qui condamnent ces mariages et excommunient ceux qui les contractent, et en même temps prononcent la dégradation des prêtres licencieux.

         Il meurt à Angers le 1er mars 550, âgé de quatre-vingts ans, de retour d’un voyage à Arles où il était allé rendre visite à saint Césaire qui l’avait soutenu dans sa lutte. Son corps est d’abord enseveli dans l’église Saint-Pierre d’Angers, puis ses reliques sont transférées dès 556 dans la crypte de la basilique Saint Etienne qui prend alors le nom de Saint-Aubin. Son biographe, saint Venance Fortunat, évêque de Poitiers (mort en 605), rapporte que saint Aubin était doué du don des miracles. On lui doit le récit de plusieurs libérations miraculeuses de prisonniers obtenues par l’intercession de saint Aubin.                                                      
 
Association des Bannières 2000 Tome I
 
Invocation à Saint Aubin
 
« Dieu éternel, délivrez-nous des chaînes qui tiennent nos âmes captives ; nous vous en supplions par Notre Seigneur Jésus-Christ qui a donné a son Eglise, en la personne du bienheureux pontife Aubin, un modèle aussi accompli qu’admirable. L’Eglise catholique, répandue sur tous les points du globe, se glorifie et se réjouit des œuvres excellentes et de la vie si digne de louanges de ce fidèle serviteur. Sa mort glorieuse et son entrée triomphante dans les cieux font aujourd’hui le sujet des harmonies divines des neuf chœurs des esprits bienheureux.
        « Permettez-nous donc de nous unir à ces innombrables concerts et d’élever nos cœurs jusqu’à vous, ô notre Dieu et notre récompense pour l’éternité ! Amen ».
 
Prière du XIème siècle
 
"Dieu Tout Puisant et Eternel, qui avez établi l'empire des Francs, pour être dans le monde l'instrument de Vos divines volontés, le glaive et le bouclier de Votre Sainte Eglise, nous Vous en prions, prévenez toujours et partout de Votre céleste lumière, les fils suppliants des Francs, afin qu'ils voient ce qu'il faut faire pour réaliser Votre règne en ce monde et que, pour accomplir ce qu'ils auront vu, ils soient remplis de charité, de force et de persévérance. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il."
Prière du XIème siècle, récitée dans les églises des Gaules.
In Mgr Gay, Sainte Clotilde et les origines chrétiennes de la nation et monarchie françaises, éd. Enault et Vuaillat, Paris, 1867.
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Aubin
commenter cet article