Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 20:57

             Aurélius Augustinus naît en 354 à Tagaste, aujourd’hui Souk-Ahras, en Algérie. Son père est païen, mais sera baptisé sur son lit de mort. Sa mère, Monique, est une chrétienne fervente. Si, selon l’usage de l’époque, elle ne fait pas baptiser ses trois enfants, elle priera sans relâche pour la conversion de son aîné, Augustin.

 

            En 370 , celui-vient faire ses études de rhétorique à Carthage. Il a pour ami Alype. Tous deux sont attirés par le manichéisme. A la mort de son père, Augustin, doit se mettre à travailler. Il a 18 ans et enseigne la rhétorique à Carthage. Il se lie à une femme dont il a un fils, Adéodat. En même temps, déçu par le manichéisme, cherchant des réponses à ses questions, dégoûté de tout, il gagne Rome, en 383, puis Milan, en 384, où il a obtenu une chaire de rhétorique. Pour s’y faire des relations utiles, il rend visite à l’évêque saint Ambroise.

 

            Conquis par sa bonté et de plus en plus attiré par le visage du christianisme qu’Ambroise lui fait découvrir, il vit un intense combat intense combat intérieur. Un jour, il entend une voix d’enfant lui dire « Prends et lis ! » Ouvrant les Epitres de saint Paul, il tombe sur un passage qui le bouleverse : désormais sa conversion est sans retour et saint Ambroise le baptise ainsi qu’Alype et Adéodat, le 24 avril 387, en présence de Monique, qui l’a rejoint.

 

            Alors qu’ils retournent en Afrique, Monique meurt à Ostie. En septembre 388, Augustin est à Tagaste, où il mène une vie quasi monastique et Adéodat, son fils de seize ans, meurt à son tour. En 391, l’évêque d’Hippone Valère lui confère le sacerdoce et le prend comme coadjuteur. Dès lors, celui-ci se donne à fond à l’apostolat, prêchant sans relâche pour ramener les donatistes à la foi.

 

            Sacré évêque en 395, il succède, a des correspondants dans tout l’empire romain, lutte contre les hérésies qui ravagent la chrétienté, s’occupe des pauvres et des malades. Il mène une vie austère, en commun avec son clergé et compose une règle monastique encore en usage aujourd’hui. Son œuvre écrite est immense : sermons, commentaires bibliques, traités de théologie et un livre d’une étonnante modernité, « Les Confessions », dans lequel il raconte sa conversion.

 

            En 410, le Vandale arien Alaric ‘empare de Rome. Augustin rédige alors son grand ouvrage « La Cité de Dieu », où il réconforte les esprits désemparés par cet écroulement d’une civilisation, en montrant le véritable sens de la vie et la place de l’Eglise dans l’histoire.

 

            Puis les Vandales envahissent l’Afrique : Augustin, âgé et malade, meurt en 430 dans l’Hippone assiégée. Père de l’Eglise le plus important d’Occident, il est le grand Docteur de la grâce et de l’Amour de Dieu, dont il a lui-même fait l’expérience bouleversante.

 

Association Bannières 2000 Le livre 2 des Bannières p. 424

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Augustin
commenter cet article
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 20:55

Pour télécharger la vie des Saints des « Petits Bollandistes »

 

Sur Internet :Site : JesusMarie.com

Allez sur la Vie des Saints

Allez sur « Les petits Bollandistes »

Nom du Saint : Augustin

Titre : Evêque d’hyppone, en Afrique, et docteur de l’Eglise

Tome : X

Fête le : 279

de la page : 28 août

à la page : 314

Téléchargez :

Imprimez à 100%

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Augustin
commenter cet article