Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 21:04

 

 

La Gendarmerie célèbre sainte Geneviève le 26 novembre en souvenir "du miracle des ardents". Le pape Jean XXIII, par un rescrit en date du 18 mai 1962 désigne solennellement sainte Geneviève comme patronne de la Gendarmerie.

 

"…Ceux à qui est confiée la garde de la sécurité publique  n'ont pas moins besoin d'un tel patronage; il leur revient de défendre les lois de leur pays, de veiller au bien de la société humaine, à réprimer l'audace des malfaiteurs. En France, les gardiens de l'ordre public ont coutume de se tourner vers la Vierge Sainte Geneviève, lumière de leur patrie, qui se montra autrefois, ainsi que le souvenir s'en est conservé, le soutien du peuple dans les graves périls et qui n'a cessé, dans la gloire éternelle, de répandre ses bienfaits sur ceux qui la prient."

 

"…Par la vertu de ses présentes lettres d'une manière éternelle, nous établissons la Vierge Sainte Geneviève comme patronne céleste principale auprès de Dieu des Gendarmes français, gardienne de l'ordre publique; Nous le décidons et le déclarons…"

 

"Tous les privilèges et honneurs liturgiques qui appartiennent aux patrons principaux des communautés ou des ordres découlent  de cette décision,  sans que rien ne puisse s'y opposer…."

Donné prés de st Pierre sous l'anneau du Pêcheur  le 18 mai 1962 la quatrième année de mon pontificat.

 

La fête de sainte Geneviève

 

Elle est célébrée dans  toute  la  France et en tous pays ou des Gendarmes français sont en service. La foi de sainte Geneviève, son courage,  son esprit social,  son humilité, sa disponibilité pour les autres sont bien les qualités que doivent cultiver les Gendarmes français. C'est pourquoi elle est notre sainte patronne.

En règle générale cette fête est célébrée au niveau des écoles de Gendarmerie, des compagnies, des escadrons, de la Garde Républicaine, des Groupements, des légions des Régions et de la Direction Générale de la Gendarmerie.

A une date la plus proche du 26 novembre,  il y a la célébration d'une messe suivi d'un vin d'honneur ou pot d'amitié et dans certains endroits d'un repas avec les familles, les amis et les retraités.

L’état major de la Garde Républicaine avec l'autorisation de Monsieur le curé de Saint Etienne du Mont et de porteurs de la châsse de sainte Geneviève, célèbre la messe en présence de la châsse en l'Eglise Saint-Paul-Saint-Louis.

 

_________________________________________________________

PRIERE DU GENDARME CHRETIEN


" Dieu de bonté, de justice et de paix, entends la prière que j'élève vers Toi. Je suis Gendarme et je veux être Chrétien. Il me faut être fort ; aide-moi pour que jamais, je ne devienne violent. Je dois être vigilant, et mon arme est dans son fourreau. Les hommes peuvent devenir méchants, malfaiteurs, criminels. Le péché et le mal m'obligeront peut-être à user de ma force. Car c'est mon devoir 0d'assurer la paix, l'ordre et la sécurité, de sauver les vies menacées, celles des autres ou la mienne. Ouvre alors, Seigneur, les esprits et les cœurs à la compréhension de mon exigeant, ceux de ma famille, ceux de mes amis et ceux de mes adversaires. Et s'il me faut aller jusqu'au sacrifice de ma réputation, de mon bien-être, de ma vie, donne-moi ta force. Même quand je dois armer mon bras, garde mon âme dans la paix. Par la prière de Sainte Geneviève, Ô Dieu, je t'en supplie, aide mon service, ranime mon courage et fortifie ma Foi " Amen.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 21:02

SAINTE GENEVIÈVE - Vierge, Patronne de Paris (422-512)

Sainte Geneviève, patronne de Paris, naquit au village de Nanterre, vers l'an 422. C'est bien dans une vie comme la sienne que l'on reconnaît la vérité et que l'on trouve la réalisation de cette parole de saint Paul: "Dieu choisit dans ce monde les instruments les plus faibles pour confondre l'orgueil et les prétentions des hommes."

Elle était âgée de sept ans quand saint Germain, évêque d'Auxerre, traversa le village de Nanterre, où elle habitait. Éclairé par une lumière divine, le Saint discerna cette modeste enfant parmi la foule accourue sur ses pas: "Béni soit, dit-il à ses parents, le jour où cette enfant vous fut donnée: Sa naissance a été saluée par les anges, et Dieu la destine à de grandes choses." Puis, s'adressant à la jeune enfant, il la confirma dans son désir de se donner tout à Dieu: "Ayez confiance, ma fille, lui dit-il, demeurez inébranlable dans votre vocation; le Seigneur vous donnera force et courage."

Depuis ce moment, Geneviève se regarda comme consacrée à Dieu; elle s'éloigna de plus en plus des jeux et des divertissements de l'enfance et se livra à tous les exercices de la piété chrétienne avec une ardeur bien au-dessus de son âge. Rarement on vit, dans une existence si humble, de si admirables vertus. Elle n'était heureuse que dans son éloignement du monde, en la compagnie de Jésus, de Marie et de son Ange gardien.

Geneviève reçut le voile à quatorze ans, des mains de l'archevêque de Paris, et, après la mort de ses parents, elle quitta Nanterre pour se retirer à Paris même, chez sa marraine, où elle vécut plus que jamais saintement. Malgré ses austérités, ses extases, ses miracles, elle devint bientôt l'objet de la haine populaire, et le démon jaloux suscita contre elle une guerre acharnée. Il fallut un nouveau passage de saint Germain de Nanterre pour rétablir sa réputation: "Cette vierge, dit-il, sera votre salut à tous."

Bientôt, en effet, le terrible Attila, surnommé le Fléau de Dieu, envahissait la France; mais Geneviève prêcha la pénitence, et, selon sa prédiction, Paris ne fut pas même assiégé. La sainte mourut à quatre-vingt-neuf ans, le 3 janvier 512. D'innombrables miracles ont été opérés par son intercession. Son tombeau est toujours entouré de vénération dans l'église de Saint-Étienne-du-Mont, à Paris. Elle est une des grandes Patronnes de la France.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:55

Tes larmes abondantes ont arrosé et fécondé le désert des cœurs stériles, tes prières et tes soupirs ont produit des fruits au centuple. Prie pour ta cité, ô sainte Geneviève, et pour ceux qui vénèrent avec amour Ta sainte mémoire.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:27

Intention de prière :

Sainte Geneviève, entreprenante, courageuse et persévérante, intercède pour nous. Qu’à ton exemple nous puissions, en grande simplicité, servir Dieu et nos frères, dociles à l’Esprit Saint.

 

PRIERE A SAINTE GENEVIEVE

Répandez sur nous, Seigneur, l'esprit d'intelligence et d'amour dont vous avez rempli sainte Geneviève, votre servante, pour qu'attentifs à vous servir et cherchant à lui ressembler, nous obtentions par son intercession dans le ciel, de vous plaire sur la terre par notre foi, et toute notre vie. Par Jésus-Christ, votre Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec vous, dans l'unité du Saint-Esprit. Pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

PRIERE A SAINTE GENEVIEVE

Sainte Geneviève, vous qui par les veilles, les pénitences et la prière, assuriez la protection de Lutèce, intercédez auprès de Dieu pour Paris, pour notre Patrie, pour les foyers chrétiens et les âmes consacrées.

Vous qui guérissiez les aveugles et chassiez les démons, obtenez-nous la lumière de Dieu et rendez-nous plus forts dans les tentations.

Vous qui aviez d'abord le souci des pauvres, protégez les malades, les isolés, les chômeurs.

Vous qui résistiez aux armées et encouragiez les assiégés, donnez-nous le sens de la vérité et de la justice.

Vous qui résistiez aux armées et encouragiez les assiégés, donnez-nous le sens de la vérité e de la justice.

Vous qui à travers les siècles n'avez jamais cessé de veiller sur Paris, aidez-nous à garder la grandeur et le rayonnement de notre capitale. Que votre exemple soit pour nous un encouragement à toujours chercher Dieu et à le servir en nos frères. Ainsi soit-il.

 

PRIERES DES ORTHODOXES AUPRES DU TOMBEAU DE LA PATRONNE DE PARIS

Consolatrice des exilés, vous vous êtes manifestée aux émigrés de la Russie orthodoxe. En tous temps à votre tombeau, ils vous vénèrent. Ô sainte Geneviève, sois pour nous apôtre de l'Unité. C.L.A.

 

PRIERE Seigneur, tu as conduit la bienheureuse vierge Geneviève sur les sentiers de la justice dès son enfance, et tu lui as accordé le don de guérison ; conduis-nous également sur le chemin de la sainteté, selon ta très sainte volonté, en nous accordant les dons nécessaires à notre salut et au bien de ceux qui nous entourent. Par Jésus-Christ notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:22

(V. 422-500) : A la fin du Xve  siècle, Geneviève était représentée en jeune bergère, entouré de son troupeau. Il est difficile de ne pas la confondre avec Jeanne d’Arc enfant.

Dans ses représentations  Geneviève  tient  un cierge qui reste allumé grâce à un ange. Ce dernier le protège d’un démon qui tente de l’éteindre.

Portant à son cou une médaille (crucifère)ronde percé en son milieu, marqué d’une croix, offert par l’évêque Germain d’Auxerre afin de la consacrer à Dieu quand elle avait 6 ns à Nanterre.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:20

D'une riche famille de l'aristocratie gallo-romaine (elle ne devint bergère qu'à partir de l'iconographie du XVe s.), Geneviève fut une vierge consacrée à Dieu et qui attira par ses prières de nombreux bienfaits aux Parisiens ; on sait qu'elle détourna les Huns d'Attila en 451. Considérée comme thaumaturge, sa réputation était très grande et elle connut le roi Chilpéric Ier, père de Clovis. Sa dévotion à saint Denis (cf. 9 octobre) et à saint Martin (elle fut à Tours la première des illustres pèlerins qui vinrent prier sur sa tombe) furent grandes. On l'inhuma dans le cimetière du mont Lucotilius (act. Montagne Sainte-Geneviève), puis elle fut déposée dans la basilique des Saints Apôtres bâtie par Clovis et où il fut inhumé avec sainte Clotilde et d'autres Mérovingiens (il s'agissait des saints Pierre et Paul). Par la suite, une abbaye bénédictine s'établit en ce lieu ; les écoles qui en dépendirent furent rivales de celles de Notre-Dame, et Sainte-Geneviève fut en quelque sorte le berceau de l'université de Paris (avant 1200). La châsse de la sainte, véritable palladium de la cité, était promenée en procession lors des graves dangers qui menaçaient la capitale et on sait qu'elle opéra des guérisons. Abbaye royale et apostolique (dépendant directement du pape), Sainte-Geneviève devint au XVIIIe siècle la tête d'une congrégation de chanoines suivant la règle de saint Augustin ou Génovéfains. Ayant été malade à Metz, Louis XV revint à Paris en promettant une nouvelle église qui fut construite par Soufflot au lieu culminant de la « montagne », a l'extrémité du jardin de l'abbaye. La châsse fut transférée dans sa crypte lorsqu'on posa la première pierre de l'église supérieure (6 septembre 1764). La Révolution laïcisa l'édifice qui fut destiné aux « grands hommes » : ainsi fut créé le Panthéon (4 avril 1791). La châsse fur transférée dans Saint Etienne du Mont (XIIIe s., reconstruit au XVIe), église jouxtant la vieille église Sainte-Geneviève et servant de paroisse. Puis la châsse fut fondue à la Monnaie et les restes de la sainte brûlés en place de Grève (act. de l’Hôtel-de-Ville) sur un monceau d'ornements ecclésiastiques (3 décembre 1792). Lors du rétablissement du culte, on plaça dans Saint Etienne du Mont l'ancien sarcophage reste dans l'ancienne Sainte-Geneviève (SI décembre 1803) et cette dernière église fut détruite en 1806/7, la rue Clovis passant à travers du lieu. Quand l'archevêque de Paris put obtenir la réouverture du Panthéon au culte (ordonnance du 12 décembre 1821), on rechercha des reliques de la sainte et on les mit dans une nouvelle chasse (la plus importante relique vint de Sainte-Geneviève-des-Bois près Draveil, Essonne). Le Roi venait faire ses dévotions en la nouvelle église Sainte-Geneviève lors de la neuvaine (3-12 janvier). Ainsi le 8 janvier 1830, Charles X s'y rendit pour la dernière fois, accompagné du Dauphin et d'importants seigneurs de la cour : à 11 heures, il fut accueilli à la porte par l'archevêque de Quélen, il fit sa prière devant la châsse, fut conduit processionnellement sous un dais au milieu du choeur où il entendit une messe dite par un missionnaire de France, sa congrégation desservant l'église. Puis on chanta l’Exaudiat et une bénédiction du saint sacrement eut lieu. S.M. fut reconduite de la même façon à sa voiture et acclamée par la foule. L'archevêque avait évoqué les bienfaits financiers du Roi qui répondit qu'il espérait pouvoir les continuer ; le Roi déclara qu'il venait chaque année demander par l'intercession de la patronne des Parisiens, les « grâces et les bénédictions qu'il n'appartient qu'à Dieu de leur accorder ». La cérémonie ne dura pas une heure.

Sainte-Geneviève fut à nouveau laïcisée le 26 août 1830, les reliques envoyées à Notre-Dame, les missionnaires chassés. Le 6 décembre 1851 vit la réouverture de l’église au culte ; elle fut desservie par six chapelains et un doyen devant prier pour la France et les grands hommes inhumés là (décret du 22 mars 1852). Les reliques y furent rapportées (3 janvier 1853). En 1871, le général Trochu rédigea une proclamation invoquant sainte Geneviève, mais les ministres de son gouvernement de la défense nationale s'opposèrent à la publication. A nouveau laïcisée le 26 mai 1885, l'église eut ses chapelains expulsés et les reliques renvoyées a Notre-Dame. Chaque année, lors de la neuvaine, ces reliques sont apportées à Saint Etienne du Mont où, dans la chapelle Sainte-Geneviève, l'antique sarcophage figure sous un ciborium. En septembre 1914 y eut lieu un triduum en l'honneur de la sainte qui a été depuis nommée patronne des gendarmes et des hôtesses de l'air.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:17

En 885, lorsque les Normands assiègent Paris, tandis que la famine et la peste déciment la population, la résistance des Parisiens se confie à l'intercession de sainte Geneviève et, après que ses reliques ont été exposées au point le plus menacé des remparts, l'ennemi se retire.


En 1130, sous le nom de mal des ardents ou de feu sacré, une terrible fièvre pestilentielle fondit sur Paris, puis sur la France entière, sans qu' aucune médecine ne pût l'enrayer ; il s'agissait d'une inflammation intérieure accompagnée de la gangrène aux extrémités des membres. Pour conjurer le fléau, l'évêque de Paris ordonna des jeûnes et des prières, puis demanda que l'on transportât les malades sur le chemin de la procession solennelle qu'il mena de la basilique Sainte-Geneviève à Notre-Dame, le 26 novembre. Les malades qui touchèrent la châsse furent immédiatement guéris et de tous ceux qui étaient à Paris, seuls trois sceptiques moururent, puis le mal commença à décroître pour finir par disparaître. L'année suivante, le pape Innocent II, en souvenir de ce miracle, institua la fête de Sainte Geneviève des Ardents.


Le 14 août 1792, les révolutionnaires n'osant détruire la châsse de sainte Geneviève, la firent transporter à l'église Saint Etienne du Mont, et attendirent le 9 novembre 1793 pour s'en saisir et l'emporter à l'Hôtel de la Monnaie. Ouverte, profanée et inventoriée, la châsse fut détruite avant que les précieuses reliques qu'elle contenaient fussent brûlées en place de Grève et les cendres dispersées dans la Seine.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 21:21

Contemporaine de Clovis et de saint Rémi, Geneviève naît en 422 à Nanterre. A l¹âge de 7 ans elle rencontre Germain, évêque d¹Auxerre, et Loup, évêque de Troyes qui faisaient halte dans cette bourgade avant de s¹embarquer pour l¹Angleterre pour y combattre, sur l¹ordre du pape, l¹hérésie de Pélage. La fillette est en prière dans l¹église de Nanterre et Germain prophétise devant les parents de Geneviève le destin exceptionnel de l¹enfant.

Geneviève promet à Germain de se consacrer au Christ et, à 15 ans, elle reçoit le voile des vierges. A l¹époque, en effet, il n¹existait pas de monastères de femmes et celles qui souhaitaient se consacrer au Seigneur continuaient à vivre dans le monde, simplement distinguées par le voile de leur consécration. A la mort de ses parents, Geneviève vient habiter à Paris chez sa marraine. Elle vit dans le silence, la prière et la mortification, ne se nourrissant que deux fois par semaine. Elle est aussi favorisée de grâces extraordinaires, en lisant dans les consciences et guérissant au nom du Christ par des onctions d¹huile.

En 451, Attila franchit le Rhin et envahit la Gaule. Les Parisiens prennent peur et veulent fuir. Geneviève les convainc de demeurer dans la ville. Elle rassemble les femmes de Paris dans l¹église-baptistère près de Notre-Dame et leur demande de supplier le ciel d¹épargner leur ville. C¹est ce qui se produit. Abandonnant la route de Paris, les Huns se dirigent vers Orléans qu¹ils assiègent. Contraints par les armées du général romain Aetius ils se replient vers le Nord et son définitivement vaincus aux Champs Catalauniques. Plus tard, lorsque les Francs assiègent Paris, Geneviève sauve cette fois la ville de la famine. Elle organise une expédition ingénieuse au moyen de bateaux qui, par la Seine, vont chercher le ravitaillement jusqu¹en Champagne. Sa réputation s¹étend jusqu¹en Orient. Clovis et Clotilde lui voueront une grande vénération. Elle sera enterrée auprès du roi dans l¹église des Saints-Apôtres que sainte Clotilde avait fait construire et qui prendra le nom dès le VIIe siècle de Sainte-Geneviève.

Geneviève meurt en 512 à près de 90 ans. Son corps est transporté en 845 à Marizy par crainte des Normands et rapporté à Paris en 890. A partir du XIIe siècle la châsse contenant ses reliques est portée en procession à travers Paris. Des miracles ont lieu sur son passage en particulier lors du mal des ardents. Les reliques sont brûlées par les révolutionnaires en 1793, mais son tombeau vide, transporté dans l¹église Saint-Etienne-du-Mont, continue d¹être vénéré. Chaque année, une neuvaine à Ste Geneviève fêtée le 3 janvier rassemble de nombreux parisiens.

La 3e année de prières de la neuvaine pour la préparation du XVe centenaire du Baptême de la France a été placée sous le patronage de sainte Geneviève (1988-1989). Sainte Geneviève est la patronne des gendarmes.
Association Bannières 2000 Tome I


Historique

Au début de l'année 451, Attila entraîne ses hordes en-deçà du Rhin, prend, pille et brûle Metz la veille de Pâques (7 avril), remonte la vallée de le Seine et vient assiéger Paris.

Au milieu du désarroi général, sainte Geneviève garde son sang-froid puisant son courage dans la confiance qu'elle a en la Providence. Elle convoque les femmes de Paris et, après leur avoir rappelé les grand exemples de Judith et d'Esther, libératrices de leur peuple, elles les invite à s'unir à elle pour détourner le fléau par la prière, le jeûne et les saintes veilles au baptistère de Saint-Jean-le-Rond. Sûre de l'appui des femmes parisiennes, elle s'adresse aux hommes :
Que parlez-vous de vous réfugier en d'autres cités ? Celles-ci seront-elles mieux que Paris abritées contre un coup de main des barbares ? Paris, grâce à la protection du Christ, échappera au carnage.

Les Parisiens, tout abandonnés à la peur, s'emportent contre sainte Geneviève qu'ils appellent la prophétesse de malheur, et parlent de la lapider ou de la jeter dans la Seine, lorsque l'archidiacre d'Auxerre apporte les eulogies (pains bénis et non consacrés) que son évêque, saint Germain a légué à sainte Geneviève en mourant : Parisiens, n'allez pas commettre ce forfait ; celle dont vous projetez la mort est, au témoignage du saint évêque Germain, l'élue de Dieu dès sa venue au monde. Et voici les eulogies que je lui apporte de la part de l'évêque défunt. Les Parisiens se rallient alors aux conseils de sainte Geneviève et Attila quitte la vallée de la Seine pour se rejeter vers la Loire. arrêtés par l'évêque saint Aignan sous les murs d'Orléans, il est repoussé par Ætius jusque à Châlons-sur-Marne où, à la bataille des Champs Catalauniques par les armées conjuguées d'Aétius (Gallo-Romains), de Mérovée (Francs) et de Théodoric (Wisigoths).

Près de trente ans plus tard, lorsque Clovis, encore idolâtre assiège Paris, sainte Geneviève est encore l'âme de la résistance de ses concitoyens affamés qu'elle réussit à faire ravitailler en forçant, avec onze vaisseaux, les barrages sur la Seine jusqu'à Troyes.

En 885, lorsque les Normands assiègent Paris, tandis que la famine et la peste déciment la population, la résistance des Parisiens se confie à l'intercession de sainte Geneviève et, après que ses ont été exposées au point le plus menacé des remparts, l'ennemi se retire.

En 1130, sous le nom de mal des ardents ou de feu sacré, une terrible fièvre pestilentielle fondit sur Paris, puis sur la France entière, sans qu'aucune médecin ne pût l'enrayer ; il s'agissait d'une inflammation intérieure accompagnée de la gangrène aux extrémités des membres. Pour conjurer le fléau, l'évêque de Paris ordonna des jeûnes et des prières, puis demanda que l'on transportât les malades sur le chemin de la procession solennelle qu'il mena de la basilique Sainte-Geneviève à Notre-Dame, le 26 novembre. Les malades qui touchèrent la châsse furent immédiatement guéris et de tous ceux qui étaient à Paris, seuls trois sceptiques moururent, puis le mal commença à décroître pour finir par disparaître. L'année suivante, le pape Innocent II, en souvenir de ce miracle, institua la fête de Sainte Geneviève des Ardents.

Le 14 août 1792, les révolutionnaires n'osant détruire la châsse de sainte Geneviève, la firent transporter à l'église Saint-Etienne-du-Mont, et attendirent le 9 novembre 1793 pour s'en saisir et l'emporter à l'Hôtel de la Monnaie. Ouverte, profanée et inventoriée, la châsse fut détruite avant que les précieuses reliques qu'elle contenaient fussent brûlées en place de Grève et les cendres dispersées dans la Seine.


 

Fête de sainte Geneviève, patronne principale de Paris  (v. 421 - peu après 500).

D'une riche famille de l'aristocratie gallo-romaine (elle ne devint bergère qu'à partir de l'iconographie du XVe s.), Geneviève fut une vierge consacrée à Dieu et qui attira par ses prières de nombreux bienfaits aux Parisiens ; on sait qu'elle détourna les Huns d'Attila en 451. Considérée comme thaumaturge, sa réputation était très grande et elle connut le roi Chilpéric Ier, père de Clovis. Sa dévotion à saint Denis (cf. 9 octobre) et à saint Martin (elle fut à Tours la première des illustres pèlerins qui vinrent prier sur sa tombe) furent grandes. On l'inhuma dans le cimetière du mont Lucotilius (act. Montagne Sainte-Geneviève), puis elle fut déposée dans la basilique des Saints-Apôtres bâtie par Clovis et où il fut inhumé avec sainte Clotilde et d'autres Mérovingiens (il s'agissait des saints Pierre et Paul). Par la suite, une abbaye bénédictine s'établit en ce lieu ; les écoles qui en dépendirent furent rivales de celles de Notre-Dame, et Sainte-Geneviève fut en quelque sorte le berceau de l'université de Paris (avant 1200). La châsse de la sainte, véritable palladium de la cité, était promenée en procession lors des graves dangers qui menaçaient la capitale et on sait qu'elle opéra des guérisons. Abbaye royale et apostolique (dépendant directement du pape), Sainte-Geneviève devint au XVIIIe siècle la tête d'une congrégation de chanoines suivant la règle de saint Augustin ou Génovéfains. Ayant été malade à Metz, Louis XV revint à Paris en promettant une nouvelle église qui fut construite par Soufflot au lieu culminant de la " montagne ", a l'extrémité du jardin de l'abbaye. La châsse fut transférée dans sa crypte lorsqu'on posa la première pierre de l'église supérieure (6 septembre 1764). La Révolution laïcisa l'édifice qui fut destiné aux " grands hommes " : ainsi fut créé le Panthéon (4 avril 1791). La châsse fur transférée dans Saint-Etienne-du-Mont (XIIIe s., reconstruit au XVIe), église jouxtant la vieille église Sainte-Geneviève et servant de paroisse. Puis la châsse fut fondue à la Monnaie et les restes de la sainte brûlés en place de Grève (act. de l¹Hôtel-de-Ville) sur un monceau d'ornements ecclésiastiques (3 décembre 1792). Lors du rétablissement du culte, on plaça dans Saint-Etienne-du-Mont l'ancien sarcophage reste dans l'ancienne Sainte-Geneviève (SI décembre 1803) et cette dernière église fut détruite en 1806/7, la rue Clovis passant à travers du lieu. Quand l'archevêque de Paris put obtenir la réouverture du Panthéon au culte (ordonnance du 12 décembre 1821), on rechercha des reliques de la sainte et on les mit dans une nouvelle chasse (la plus importante relique vint de Sainte-Geneviève-des-Bois près Draveil, Essonne). Le Roi venait faire ses dévotions en la nouvelle église Sainte-Geneviève lors de la neuvaine (3-12 janvier). Ainsi le 8 janvier 1830, Charles X s'y rendit pour la dernière fois, accompagné du Dauphin et d'importants seigneurs de la cour : à 11 heures, il fut accueilli à la porte par l'archevêque de Quélen, il fit sa prière devant la châsse, fut conduit processionnellement sous un dais au milieu du choeur où il entendit une messe dite par un missionnaire de France, sa congrégation desservant l'église. Puis on chanta l¹Exaudiat et une bénédiction du saint sacrement eut lieu. S.M. fut reconduite de la même façon à sa voiture et acclamée par la foule. L'archevêque avait évoqué les bienfaits financiers du Roi qui répondit qu'il espérait pouvoir les continuer ; le Roi déclara qu'il venait chaque année demander par l'intercession de la patronne des Parisiens, les " grâces et les bénédictions qu'il n'appartient qu'à Dieu de leur accorder ". La cérémonie ne dura pas une heure.

Sainte-Geneviève fut à nouveau laïcisée le 26 août 1830, les reliques envoyées à Notre-Dame, les missionnaires chassés. Le 6 décembre 1851 vit la réouverture de l¹église au culte ; elle fut desservie par six chapelains et un doyen devant prier pour la France et les grands hommes inhumés là (décret du 22 mars 1852). Les reliques y furent rapportées (3 janvier 1853). En 1871, le général Trochu rédigea une proclamation invoquant sainte Geneviève, mais les ministres de son gouvernement de la défense nationale s'opposèrent à la publication. A nouveau laïcisée le 26 mai 1885, l'église eut ses chapelains expulsés et les reliques renvoyées a Notre-Dame. Chaque année, lors de la neuvaine, ces reliques sont apportées à Saint-Etienne-du-Mont où, dans la chapelle Sainte-Geneviève, l'antique sarcophage figure sous un ciborium. En septembre 1914 y eut lieu un triduum en l'honneur de la sainte qui a été depuis nommée patronne des gendarmes et des hôtesses de l'air.



 

Attribut de sainte Geneviève :  (V. 422-500) : A la fin du Xve  siècle , Geneviève était représentée en jeune bergère, entouré de son troupeau. Il est difficile de ne pas la confondre avec Jeanne d¹Arc enfant.

Dans ses représentations  Geneviève  tient  un cierge qui reste aallumé grâce à un ange. Ce dernier le protège d¹un démon qui qui tente de l¹éteindre.

Portant à son cou une médaille (crucifère)ronde percé en son milieu, marqué d¹une croix, offert par l¹évêque Germain d¹Auxerre afin de la consacrer à Dieu quand elle avait 6 ns à Naterre.

 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Geneviève
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 21:57
3 janvier Sainte Geneviève : Historique
 
Au début de l'année 451, Attila entraîne ses hordes en-deçà du Rhin, prend, pille et brûle Metz la veille de Pâques (7 avril), remonte la vallée de le Seine et vient assiéger Paris.
Au milieu du désarroi général, sainte Geneviève garde son sang-froid puisant son courage dans la confiance qu'elle a en la Providence. Elle convoque les femmes de Paris et, après leur avoir rappelé les grand exemples de Judith et d'Esther, libératrices de leur peuple, elles les invite à s'unir à elle pour détourner le fléau par la prière, le jeûne et les saintes veilles au baptistère de Saint-Jean-le-Rond. Sûre de l'appui des femmes parisiennes, elle s'adresse aux hommes : Que parlez-vous de vous réfugier en d'autres cités ? Celles-ci seront-elles mieux que Paris abritées contre un coup de main des barbares ? Paris, grâce à la protection du Christ, échappera au carnage.
Les Parisiens, tout abandonnés à la peur, s'emportent contre sainte Geneviève qu'ils appellent la prophétesse de malheur, et parlent de la lapider ou de la jeter dans la Seine, lorsque l'archidiacre d'Auxerre apporte les eulogies (pains bénis et non consacrés) que son évêque, saint Germain a légué à sainte Geneviève en mourant : Parisiens, n'allez pas commettre ce forfait ; celle dont vous projetez la mort est, au témoignage du saint évêque Germain, l'élue de Dieu dès sa venue au monde. Et voici les eulogies que je lui apporte de la part de l'évêque défunt. Les Parisiens se rallient alors aux conseils de sainte Geneviève et Attila quitte la vallée de la Seine pour se rejeter vers la Loire. arrêtés par l'évêque saint Aignan sous les murs d'Orléans, il est repoussé par Ætius jusque à Châlons-sur-Marne où, à la bataille des Champs Catalauniques par les armées conjuguées d'Aétius (Gallo-Romains), de Mérovée (Francs) et de Théodoric (Wisigoths).
Près de trente ans plus tard, lorsque Clovis, encore idolâtre assiège Paris, sainte Geneviève est encore l'âme de la résistance de ses concitoyens affamés qu'elle réussit à faire ravitailler en forçant, avec onze vaisseaux, les barrages sur la Seine jusqu'à Troyes.
 
En 885, lorsque les Normands assiègent Paris, tandis que la famine et la peste déciment la population, la résistance des Parisiens se confie à l'intercession de sainte Geneviève et, après que ses ont été exposées au point le plus menacé des remparts, l'ennemi se retire.
En 1130, sous le nom de mal des ardents ou de feu sacré, une terrible fièvre pestilentielle fondit sur Paris, puis sur la France entière, sans qu'aucune médecin ne pût l'enrayer ; il s'agissait d'une inflammation intérieure accompagnée de la gangrène aux extrémités des membres. Pour conjurer le fléau, l'évêque de Paris ordonna des jeûnes et des prières, puis demanda que l'on transportât les malades sur le chemin de la procession solennelle qu'il mena de la basilique Sainte-Geneviève à Notre-Dame, le 26 novembre. Les malades qui touchèrent la châsse furent immédiatement guéris et de tous ceux qui étaient à Paris, seuls trois sceptiques moururent, puis le mal commença à décroître pour finir par disparaître. L'année suivante, le pape Innocent II, en souvenir de ce miracle, institua la fête de Sainte Geneviève des Ardents.
Le 14 août 1792, les révolutionnaires n'osant détruire la châsse de sainte Geneviève, la firent transporter à l'église Saint-Etienne-du-Mont, et attendirent le 9 novembre 1793 pour s'en saisir et l'emporter à l'Hôtel de la Monnaie. Ouverte, profanée et inventoriée, la châsse fut détruite avant que les précieuses reliques qu'elle contenaient fussent brûlées en place de Grève et les cendres dispersées dans la Seine.
Fête de sainte Geneviève, patronne principale de Paris (v. 421 - peu après 500).
D'une riche famille de l'aristocratie gallo-romaine (elle ne devint bergère qu'à partir de l'iconographie du XVe s.), Geneviève fut une vierge consacrée à Dieu et qui attira par ses prières de nombreux bienfaits aux Parisiens ; on sait qu'elle détourna les Huns d'Attila en 451. Considérée comme thaumaturge, sa réputation était très grande et elle connut le roi Chilpéric Ier, père de Clovis. Sa dévotion à saint Denis (cf. 9 octobre) et à saint Martin (elle fut à Tours la première des illustres pèlerins qui vinrent prier sur sa tombe) furent grandes. On l'inhuma dans le cimetière du mont Lucotilius (act. Montagne Sainte-Geneviève), puis elle fut déposée dans la basilique des Saints-Apôtres bâtie par Clovis et où il fut inhumé avec sainte Clotilde et d'autres Mérovingiens (il s'agissait des saints Pierre et Paul). Par la suite, une abbaye bénédictine s'établit en ce lieu ; les écoles qui en dépendirent furent rivales de celles de Notre-Dame, et Sainte-Geneviève fut en quelque sorte le berceau de l'université de Paris (avant 1200). La châsse de la sainte, véritable palladium de la cité, était promenée en procession lors des graves dangers qui menaçaient la capitale et on sait qu'elle opéra des guérisons. Abbaye royale et apostolique (dépendant directement du pape), Sainte-Geneviève devint au XVIIIe siècle la tête d'une congrégation de chanoines suivant la règle de saint Augustin ou Génovéfains. Ayant été malade à Metz, Louis XV revint à Paris en promettant une nouvelle église qui fut construite par Soufflot au lieu culminant de la « montagne », a l'extrémité du jardin de l'abbaye. La châsse fut transférée dans sa crypte lorsqu'on posa la première pierre de l'église supérieure (6 septembre 1764). La Révolution laïcisa l'édifice qui fut destiné aux « grands hommes » : ainsi fut créé le Panthéon (4 avril 1791). La châsse fur transférée dans Saint-Etienne-du-Mont (XIIIe s., reconstruit au XVIe), église jouxtant la vieille église Sainte-Geneviève et servant de paroisse. Puis la châsse fut fondue à la Monnaie et les restes de la sainte brûlés en place de Grève (act. de l’Hôtel-de-Ville) sur un monceau d'ornements ecclésiastiques (3 décembre 1792). Lors du rétablissement du culte, on plaça dans Saint-Etienne-du-Mont l'ancien sarcophage reste dans l'ancienne Sainte-Geneviève (SI décembre 1803) et cette dernière église fut détruite en 1806/7, la rue Clovis passant à travers du lieu. Quand l'archevêque de Paris put obtenir la réouverture du Panthéon au culte (ordonnance du 12 décembre 1821), on rechercha des reliques de la sainte et on les mit dans une nouvelle chasse (la plus importante relique vint de Sainte-Geneviève-des-Bois près Draveil, Essonne). Le Roi venait faire ses dévotions en la nouvelle église Sainte-Geneviève lors de la neuvaine (3-12 janvier). Ainsi le 8 janvier 1830, Charles X s'y rendit pour la dernière fois, accompagné du Dauphin et d'importants seigneurs de la cour : à 11 heures, il fut accueilli à la porte par l'archevêque de Quélen, il fit sa prière devant la châsse, fut conduit processionnellement sous un dais au milieu du choeur où il entendit une messe dite par un missionnaire de France, sa congrégation desservant l'église. Puis on chanta l’Exaudiat et une bénédiction du saint sacrement eut lieu. S.M. fut reconduite de la même façon à sa voiture et acclamée par la foule. L'archevêque avait évoqué les bienfaits financiers du Roi qui répondit qu'il espérait pouvoir les continuer ; le Roi déclara qu'il venait chaque année demander par l'intercession de la patronne des Parisiens, les « grâces et les bénédictions qu'il n'appartient qu'à Dieu de leur accorder ». La cérémonie ne dura pas une heure.
Sainte-Geneviève fut à nouveau laïcisée le 26 août 1830, les reliques envoyées à Notre-Dame, les missionnaires chassés. Le 6 décembre 1851 vit la réouverture de l’église au culte ; elle fut desservie par six chapelains et un doyen devant prier pour la France et les grands hommes inhumés là (décret du 22 mars 1852). Les reliques y furent rapportées (3 janvier 1853). En 1871, le général Trochu rédigea une proclamation invoquant sainte Geneviève, mais les ministres de son gouvernement de la défense nationale s'opposèrent à la publication. A nouveau laïcisée le 26 mai 1885, l'église eut ses chapelains expulsés et les reliques renvoyées a Notre-Dame. Chaque année, lors de la neuvaine, ces reliques sont apportées à Saint-Etienne-du-Mont où, dans la chapelle Sainte-Geneviève, l'antique sarcophage figure sous un ciborium. En septembre 1914 y eut lieu un triduum en l'honneur de la sainte qui a été depuis nommée patronne des gendarmes et des hôtesses de l'air. 

Voir la Vidéo : Annonce de la marche du 6 janvier 2008 - envoyé par Paris_Fierte
NEUVAINE A SAINTE GENEVIEVE DU 3 JANVIER AU 11 JANVIER.
- L'Eglise accorde une indulgence plénière si l'on visite, pendant la neuvaine, le tombeau de sainte Geneviève à St Etienne-du-Mont à Paris
PREMIER JOUR
Sainte Geneviève, vous avez été choisie dès l'enfance par le Seigneur. Lorsque l'évêque Germain vous révèle que vous êtes née pour accomplir de grandes choses, vous acceptez sur sa demande de vous consacrer à Dieu pour toujours et de vivre dans la pureté, l'humilité et de la charité.
Généreuse, douce et obéissante, vous êtes restée docile à l'Esprit Saint et fidèle à votre promesse malgré la dureté et l'incompréhension de vos proches.
Par votre intercession, que le Seigneur nous accorde de rester fidèles à notre vocation, quelle que soit.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faîtes que nous demeurions attentifs à imiter sa fidélité à votre service, afin de vous plaire par notre foi et notre vie.
Daigner aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je souhaite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
DEUXIEME JOUR
Sainte Geneviève, vous avez offert votre vie à Dieu dans le célibat consacré. Mêlant harmonieusement action et contemplation, vous avez mis toutes vos forces au service de la cité. Vous avez aimé d'une façon particulière les habitants de Paris qui venaient chercher auprès de vous conseils et réconfort.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que nous sachions être au service de tous nos frères, en particulier les plus abandonnés.
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
TROISIEME JOUR
Sainte Geneviève, c'est par votre immense courage que vous avez relevé les forces faiblissantes des habitants de Paris. Au moment de l'épreuve, espérant contre toute espérance, vous les avez réunis autour de vous, leur demandant de prier et de jeûner avec vous. Confiants en votre parole, ils obéirent et paris fut protégé de l'invasion barbare.
Par votre intercession, que le Seigneur nous obtienne la grâce de ne jamais baisser les bras devant l'adversité, dans notre vie personnelle comme dans la vie de notre pays.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que les chrétiens de France ne perdent jamais confiance en la main secourable de Dieu, quels que soient les dangers qui menacent leur pays ou les adversaires qui le cernent.
Daignez aussi m'accorder; à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que le sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
QUATIEME JOUR
Sainte Geneviève, c'est avec un cœur compatissant et courageux que vous avez parcouru les rues de Paris. Vous y avez découvert de nombreux miséreux et malades. Vous les avez recueillis et réconfortés, puis vous les avez soignés dans les hôpitaux de la ville. Vous avez bravé les périls et la tempête pour sortir de la cité ç la recherche de nourriture pour votre peuple. Veillant sur chacun comme une bonne bergère, avec l'amour de Jésus, le bon berger, vous avez vous-même cuit le pain et l'avez distribué aux pauvres affamés.
Par votre intercession, que le Seigneur nous obtienne la grâce du courage personnel et du souci du bien commun, particulièrement aux heures de l'épreuve nationale.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève... faites que nous soyons protégés et guidés aujourd'hui encore par celle qui a été si attentive aux souffrances de son peuple.
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
CINQUIEME
Sainte Geneviève, vous avez cherché le silence et l'effacement. Mais votre vie de prière et d'offrande a fait l'admiration de tous et attiré même les rois de la terre. Vous les avez conseillés, vous avez tenu tête aux puissants et impressionné les plus sages par votre vertu de piété et de prudence.
Bien que païens, ils vous ont vénérée et respectée au point de vous obéir avec confiance et de se lier avec vous vous par une véritable amitié. Désormais, les noms de Mérovée, Childéric et Clovis restent attachés au vôtre et à celui de la très chrétienne Clotilde.
par votre intercession, que le Seigneur accorde aux représentants de l'autorité et aux gouvernants de notre temps la prudence et le discernement dans l'exercice de leurs responsabilités temporelles.
Répandez sur nous, seigneur, l'esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que nous soyons dirigés par des âmes d'élite, courageuses dans les difficultés, héroïques dans les calamités publiques, soucieuses d'une véritable justice, et humbles dans les succès.
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............, que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
SIXIEME JOUR
Sainte Geneviève, éclairé par l'Esprit saint, vous avez compris l'importance pour notre pays d'un roi chrétien. Longtemps, vous avez prié et espéré sans jamais vous décourager pour obtenir la conversion de Clovis.
Votre persévérance fut récompensée puisque le roi franc se fait baptiser avec 3000 de ses guerriers en l'an 496. Désormais, conseillé et guidé par vos soins, Clovis se préoccupe des intérêts du royaume et des églises, délivrant des prisonniers chaque fois que vous le lui demandez.
Par votre intercession, que le Seigneur obtienne à notre pays de se rappeler son baptême, et de retrouver la fidélité à sa vocation spirituelle de " fille aîné de l'Eglise ".
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que les chrétiens de France ne cessent pas de prier d'un même cœur pour leur pays, avec leurs pasteurs et en union avec le Souverain Pontife.
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
SEPTIEME JOUR
Sainte Geneviève, fille de France, vierge pleine de douceur, le Seigneur a permis qu'à votre prière les muets se mettent à parler et les sourds à entendre, que la tempête se calme ou que tombe une pluie bienfaisante, que de nombreux malades soient guéris et que des possédés soient délivrés du démon. Vous avez détesté le péché et aimé la sainteté, convertissant et relevant les pécheurs.
Par votre intercession, que le Seigneur écarte nos ennemis et nos ennemis et nous préserve des malheurs qui nous menacent, qu'il commande aux éléments et nous préserve des catastrophes naturelles, qu'il guérisse les corps qui souffrent et les cœurs qui saignent, qu'il nous accorde le pardon de nos fautes, la santé pour nos corps et la gloire éternelle. Amen.
Répandez sur nous, Seigneur, l'esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que nous soyons protégés par sainte Geneviève de toute angoisse, de tout mal et de grandes épreuves, et que nous répandions l'Evangile autour de nous, dans nos différents milieux de vie.
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
HUITIEME JOUR
Sainte Geneviève, souvenez-vous de ces jours où le Seigneur permit que votre renommée dépassât les frontières de notre pays et s'étendît jusqu'en Orient. Là, dans un lieu désert vivait le grand mystique, saint Siméon le Stylite. Rappelez-vous qu'à sa demande suppliante, vous avez prié pour lui. Ainsi, déjà, l'Eglise d'orient et l'Eglise d'Occident devenaient sœurs.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître et vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que se concrétise au cours de ce troisième millénaire la pensée du Pape Jean Paul II selon sa parole : " ... Les deux formes de la grande tradition de l'Eglise, occidentale et orientale, les deux formes de culture s'intègrent mutuellement comme les dix poumons d'un seul organisme".
Daignez aussi m'accorder, à la prière de sainte Geneviève, la grâce de ............ que je sollicite ardemment de votre miséricorde infinie. Amen.
NEUVIEME JOUR
Sainte Geneviève, dont la vie fut longue et que rien, jamais, n'a découragée, vous avez jusqu'au bout répandu les bienfaits de votre immense et inlassable charité. le Seigneur a permis qu'après votre mort vos reliques continuent à soulager les misères de ceux que vous aviez tant aimés. Devenue Patronne de Paris, vous n'avez cessé au cours des siècles, d'intercéder pour eux, repoussant ennemis et assaillants.
A votre pièce, que le Seigneur accorde à notre pays d'être protégé du danger de la guerre, de toutes formes de violence et de toutes les sortes de barbarie.
Répandez sur nous, Seigneur, l'Esprit qui nous fait vous connaître e vous aimer, et que vous avez donné largement à votre servante Geneviève. Faites que notre pays, si cher à votre Cœur sacré et au Cœur immaculé de Marie, retrouve une foi ardente, et que sa jeunesse en particulier soit délivrée du fléau de l'ignorance religieuse pour se mettre sans tarder au service de l'Evangile.
Daignez aussi m'accorder de ............ que je sollicite ardemment de votre Miséricorde infinie. Amen.
 
PRIERE A SAINTE GENEVIEVE
Répandez sur nous, Seigneur, l'esprit d'intelligence et d'amour dont vous avez rempli sainte Geneviève, votre servante, pour qu'attentifs à vous servir et cherchant à lui ressembler, nous obtentions par son intercession dans le ciel, de vous plaire sur la terre par notre foi, et toute notre vie. Par Jésus-Christ, votre Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec vous, dans l'unité du Saint-Esprit. Pour les siècles des siècles. – Amen
PRIERE A SAINTE GENEVIEVE
Sainte Geneviève, vous qui par les veilles, les pénitences et la prière, assuriez la protection de Lutèce, intercédez auprès de Dieu pour Paris, pour notre Patrie, pour les foyers chrétiens et les âmes consacrées.
Vous qui guérissiez les aveugles et chassiez les démons, obtenez-nous la lumière de Dieu et rendez-nous plus forts dans les tentations.
Vous qui aviez d'abord le souci des pauvres, protégez les malades, les isolés, les chômeurs.
Vous qui résistiez aux armées et encouragiez les assiégés, donnez-nous le sens de la vérité et de la justice.
Vous qui résistiez aux armées et encouragiez les assiégés, donnez-nous le sens de la vérité e de la justice.
Vous qui à travers les siècles n'avez jamais cessé de veiller sur Paris, aidez-nous à garder la grandeur et le rayonnement de notre capitale.
Que votre exemple soit pour nous un encouragement à toujours chercher Dieu et à le servir en nos frères. Amen.
 
STE GENEVIEVE DE NANTERRE 421– 502
Comme elle avait gardé les moutons à Nanterre, on la mit à garder un bien autre troupeau. La plus énorme horde où le loup et l'agneau aient jamais confondu leur commune misère. Et comme elle veillait tous les soirs solitaires dans la cour de la ferme ou sur le bord de l'eau,
Du pied du même saule et du même bouleau, elle veille aujourd'hui sur ce monstre de pierre.
Et quand le soir viendra qui fermera le jour, c'est elle la caduque et l'antique bergère, qui ramassant Paris et tout son alentour, conduira d'un pas ferme et d'une main légère pour la dernière fois dans la dernière cour, le troupeau le plus vaste à la droite du Père. Charles Péguy. (La tapisserie de sainte Geneviève et de Jeanne d'Arc)
 
PRIERE DU GENDARME CHRETIEN
" Dieu de bonté, de justice et de paix, entends la prière que j'élève vers Toi. Je suis Gendarme et je veux être Chrétien. Il me faut être fort ; aide-moi pour que jamais, je ne devienne violent. Je dois être vigilant, et mon arme est dans son fourreau. Les hommes peuvent devenir méchants, malfaiteurs, criminels. Le péché et le mal m'obligeront peut-être à user de ma force. Car c'est mon devoir 0d'assurer la paix, l'ordre et la sécurité, de sauver les vies menacées, celles des autres ou la mienne. Ouvre alors, Seigneur, les esprits et les cœurs à la compréhension de mon exigeant, ceux de ma famille, ceux de mes amis et ceux de mes adversaires. Et s'il me faut aller jusqu'au sacrifice de ma réputation, de mon bien-être, de ma vie, donne-moi ta force. Même quand je dois armer mon bras, garde mon âme dans la paix. Par la prière de Sainte Geneviève, Ô Dieu, je t'en supplie, aide mon service, ranime mon courage et fortifie ma Foi " Amen.
 
PRIERES DES ORTHODOXES AUPRES DU TOMBEAU DE LA PATRONNE DE PARIS
Consolatrice des exilés, tu t'es manifestée aux émigrés de la Russie orthodoxe.
En tous temps à ton tombeau, ils te vénèrent.
Ô sainte Geneviève, sois pour nous apôtre de l'Unité. C.L.A.
 
PRIERE D'ACTION DE GRACES
Seigneur, ne relâche pas ton amour, continue à me purifier et à me protéger ! Sans toi je ne suis rien; ne me prive jamais de ta grâce. Mon âme a soif de ta présence, "mon cœur et ma chair sont un cri vers toi, ô Dieu vivant. (Ps 83,3) Par l'intercession de sainte Geneviève, accorde-moi la grâce que j'ai demandé tout au long de la neuvaine. Je suis sûr d'être exaucé, Seigneur, car je t'aime de tout mon cœur, de toute mon âme, par-dessus tout, sachant que tu fais " concourir toutes choses au bien de ceux qui t'aime ". (Rm 8,28) Aussi si tu ne pouvais, pour des raisons que toi seul connais, m'accorder tout ce que je te demande, je sais que tu accorderas bien plus à ceux que j'aime et à moi-même, car tu accordes bien plus à ceux que j'aime et à moi-même, car tu accordes toujours au centuple ce que te demandent tes enfants, pour leur plus grand bien. Amen.
 
PRIERE
Seigneur, tu as conduit la bienheureuse vierge Geneviève sur les sentiers de la justice dès son enfance, et tu lui as accordé le don de guérison ; conduis-nous également sur le chemin de la sainteté, selon ta très sainte volonté, en nous accordant les dons nécessaires à notre salut et au bien de ceux qui nous entourent. Par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.
 
SAINTE GENEVIEVE DANS VOTRE PRIERE ET VOTRE VIE
Votre prière instante, celle qui a fait l'objet de la neuvaine, a-t-elle été exaucée ou non ? Si elle a été entendue, rendez grâces au Seigneur, en y associant sainte Geneviève. N'oubliez pas ce bienfait, en donnant plus particulièrement à cette sainte une place dans votre cœur et votre vie. Elle ne demande certainement pas mieux que d'être désormais présente dans votre existence. Et de vous aider à tenir les promesses dont vous avez accompagné la neuvaine. Ayez recours à elle, faites-en votre amie, votre confidente des joies et des peines que vous éprouvez au long de vos jours.
Votre prière n'a pas été exaucée ? Du moins ne l'a-t-elle pas été comme vous l'entendiez? Vous n'ignorez pas que le Seigneur, " qui sonde les reins et les cœurs " , est seul à savoir ce qui vous est favorable, aussi bien dans les circonstances présentes qu'à long terme. A vous ou à la personne pour qui vous avez prié pendant la neuvaine. Vous ,obtiendrez peut-être pas ce que vous désiriez, vous aurez alors autre chose, eb surabondance. Jamais aucune prière ne reste inexaucée ; c'est de l'ordre de la loi d'amour du Seigneur, et celle-ci ne connaît pas d'exception.
Cependant, " le Royaume des Cieux souffre violence ". Le Seigneur ne désirerait-il pas que vous repreniez vos supplications ? La neuvaine a certainement renforcé en vous l'esprit de prière ; ne désirerait-il pas que vous le consolidiez davantage encore, jusqu'à ce qu'il devienne en vous une seconde nature ? Si telle est votre conclusion, alors n'hésitez pas à reprendre la neuvaine à sainte Geneviève. Si les motifs l'exigent, certaines personnes vont jusqu'à mettre en route une " neuvaine de neuvaine " ! Alors, quoi qu'il en soit, reprenez patiemment votre prière et faites violence au Royaume des Cieux. Vous y gagnerez à tous les coups. Dieu vous comblera de bienfaits. Et sainte Geneviève, qui est si exemplaire et attachante, sera plus intimement associée à votre vie.
Que Dieu vous bénisse et vous garde, qu'Il vous " révèle sa Face et vous apporte sa paix "René Lejeune Sainte Anne et saint Joachim 1996
 
Litanies de Sainte Geneviève
Seigneur, ayez pitié de nous
O Christ, ayez pitié de nous
Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus, écoutez-nous Jésus, écoutez-nous
Jésus, exaucez-nous Jésus, exaucez-nous
Père du Ciel qui êtes Dieu,   ayez pitié de nous
Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez…
Saint-Esprit qui êtes Dieu,   ayez pitié de nous
Sainte Trinité qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de
Sainte Marie, sainte Vierge des Vierges, Mère du Sauveur, priez pour nous
Ste Geneviève, dès l’enfance comblée de Dieu, …
Sainte Geneviève, consacrée au Christ par saint Germain, priez pour nous
Sainte Geneviève, docile au Saint-Esprit, …
Sainte Geneviève, au zèle intrépide pour la foi, …
Sainte Geneviève, héroïquement dévouée à l’Eglise, priez pour nous
Sainte Geneviève, modèle de vie vécue pour Dieu, priez pour nous
Sainte Geneviève, discrète auxiliaire du Clergé, …
Sainte Geneviève, qui avez souffert pour votre vocation, priez pour nous
Sainte Geneviève, qui avez connu l’hostilité et l’abandon,         priez pour nous
Sainte Geneviève, qui passiez des heures à prier,
Sainte Geneviève, dont les jeûnes et la prière sauvaient la Cité, priez pour nous
Sainte Geneviève, qui aviez pour les rois une exigeante amitié, priez pour nous
Sainte Geneviève, dont la sagesse éclairait les païens, priez pour nous
Sainte Geneviève, dont la prudence guidait les chefs,     priez pour nous
Sainte Geneviève, dont la pureté triomphait des calomnies, priez pour nous
Sainte Geneviève, dont la force relevait les courages défaillants,        priez pour nous
Sainte Geneviève, qui compatissiez aux souffrances des petits, priez pour nous
Sainte Geneviève, qui nourrissiez miraculeusement les miséreux,
Sainte Geneviève, qui réconciliez avec Dieu les pécheurs,         priez pour nous
Sainte Geneviève, qui rameniez à l’Eglise les égarés, priez pour nous
Sainte Geneviève, qui lisiez dans les cœur, …
 Sainte Geneviève, qui guérissiez les malades, …
Sainte Geneviève, qui arrêtiez les inondations, …
Sainte Geneviève, qui rétablissiez la paix entre les ennemis,     priez pour nous
Sainte Geneviève, qui adoucissiez le sort des prisonniers,         priez pour nous
Sainte Geneviève, qui chassiez les démons, …
Sainte Geneviève, qui protégez notre patrie, …
Sainte Geneviève, qui veillez sur Paris…
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, Jésus-Christ, écoutez-nous
Jésus-Christ, exaucez-nous
Priez pour nous, Ste Geneviève Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Répandez sur nous, Seigneur, l’esprit d’intelligence et d’amour dont vous avez rempli votre servante Geneviève, pour qu’attentifs à vous servir et cherchant à lui ressembler, nous sachions vous plaire par notre foi et toute notre vie. Par Jésus-Christ, votre Fils unique, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec vous, dans l’unité du Saint-Esprit. Pour les siècles des siècles. Amen.
 
Tropaire à Sainte Geneviève
Tes larmes abondantes ont arrosé et fécondé le désert des cœurs stériles, tes prières et tes soupirs ont produit des fruits au centuple. Prie pour ta cité, ô sainte Geneviève,et pour ceux qui vénèrent avec amour Ta sainte mémoire.
Tropaire de saint Syméon le Stylite
Colonne de patience, tu imitas les pères de jadis. Dans ses souffrances Job, dans ses épreuves Joseph, tu menas en ton corps la vie des anges incorporels, Vénérable Père Syméon ; Intercède auprès du Christ notre Dieu Pour qu’Il accorde à nos âmes La grande miséricorde.
 
Dieu à qui tout homme doit obéissance, aide celui qui est à la tête de notre pays à remplir sa mission dans le respect de ta Loi. Qu'il travaille à ton oeuvre en ce monde, et puisse garantir
au peuple dont il a la charge la liberté et la paix. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.
Ainsi soit-il. (Missel Romain)
"La France tombera très bas. Plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil […]. Il n'y aura plus rien. Mais dans sa détresse, elle se souviendra de Dieu et criera vers Lui, et c'est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. La France retrouvera alors sa vocation de Fille aînée de l'Eglise, elle sera le lieu de la plus grande effusion de l'Esprit Saint, et elle enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier." Marthe Robin en 1936, cité in
 
Prière du XI° siècle
"Dieu Tout-Puisant et Eternel, qui avez établi l'empire des Francs, pour être dans le monde l'instrument de Vos divines volontés, le glaive et le bouclier de Votre Sainte Eglise, nous Vous en prions, prévenez toujours et partout de Votre céleste lumière, les fils suppliants des Francs, afin qu'ils voient ce qu'il faut faire pour réaliser Votre règne en ce monde et que, pour accomplir ce qu'ils auront vu, ils soient remplis de charité, de force et de persévérance.
Par Jésus-Christ Notre Seigneur.
Ainsi soit-il."
Prière du XI° siècle, récitée dans les églises des Gaules.
In Mgr Gay, Sainte Clotilde et les origines chrétiennes de la nation et monarchie françaises, éd. Enault et Vuaillat, Paris, 1867.
Acte de rénovation des promesses baptismales de la France chrétienne
"Au nom des saints évêques et des saints moines qui ont pétri, dans la Justice et dans la Vérité, dans l'amour du Beau et du Bien, l'âme de notre patrie ; au nom de ces anges visibles de la France qui s'appelèrent Clotilde, Geneviève, Jeanne d'Arc : souvenez-vous de vos miséricordes, ô mon Dieu, et refaites avec notre pays régénéré en ses formes sociales modernes, l'alliance que votre serviteur Rémi a signée jadis avec nos pères, les Francs du V° siècle, innova dies nostros sicut a principio ! (1) Souvenez-vous des temps anciens, de notre fidélité séculaire aux serments des premiers jours, memento dierum antiquorum ! (2) Car la France qui vous implore aujourd'hui, c'est la France de Clovis qui fit triompher la foi de Nicée de l'hérésie arienne ; - la France de Charles Martel, qui ferma à l'Islam les portes de l'Occident ; - la France de Pépin et de Charlemagne, qui défendit contre les Barbares le patrimoine de saint Pierre et assura pour mille ans, par son épée, l'indépendance du siège apostolique ; - la France d'Urbain II, qui provoqua et soutint avec ses chevaliers l'héroïque mouvement des Croisades ; - la France de saint Louis, qui réalisa au milieu des nations le type idéal du gouvernement chrétien ; - la France religieuse et dévote, à qui sa piété envers la Vierge, mère de Dieu, a valu le titre glorieux de royaume de Marie ; - la France des missions catholiques, dont le sang n'a cessé de couler sur les plages lointaines pour rendre témoignage au Christ Jésus ; - la France ardente et généreuse, qui a multiplié, comme aucun autre peuple ne l'a fait, les sacrifices pour toutes les saintes causes, et dont le nom est resté synonyme d'apostolat, de dévouement et de charité.
Ô Christ Rédempteur, qui êtes la lumière du monde, la Voie, la Vérité et la Vie, à qui tout pouvoir appartient sur la terre comme dans les cieux, nous reconnaissons votre souverain domaine sur nous, sur nos familles, sur la nation tout entière.
Que votre Nom soit glorifié par le peuple français !
Que votre règne social s'établisse parmi nous !
Que votre divine volonté inspire et dirige tous ceux qui nous gouvernent !
Ô Christ Jésus, qui seul avez les paroles de la vie éternelle, nous aussi, fils de la France chrétienne, héritiers de ses promesses et solidaires de ses fautes, nous revenons à vous pour renouveler, dans une protestation de fidélité et d'amour, les saints engagements de notre baptême. Nous avons transgressé vos lois et nos péchés se sont multipliés : Pardon, Seigneur, pour nos offenses personnelles ! Oubliez nos iniquités et entendez notre prière ! Car nous sommes résolus désormais à affirmer sans faiblesses, par des paroles et par des actes, notre foi de catholiques et de Français.
Nous croyons fermement tout ce que l'Eglise, interprète infaillible de la Vérité, nous enseigne ! Nous répudions les doctrines qu'elle réprouve ! Nous tenons pour suspectes et mauvaises les œuvres et les sociétés qu'elle condamne. Votre Evangile sera la règle de notre conduite, et nous consacrons à votre divin Cœur, ô Jésus, nos personnes et nos biens, nos foyers, notre patrie, la France qui se repent, qui souffre et qui espère.
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Ainsi soit-il."
Extraits de l'Acte de rénovation des promesses baptismales de la France chrétienne, 1896.
(1) : Lamentations 5.
(2) : Deutéronome 32, 7.
 
 
 
Repost 0
Published by Marie Laure CARDON - dans Sainte Geneviève
commenter cet article