Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 21:03
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Jean-Baptiste
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 11:36
Saint Jean-Baptiste est le seul saint, hormis la Vierge, dont on fête la naissance terrestre.

Si chacun des Evangélistes donne à Jean-Baptiste sa place majeure au début de leur évangile, seul Luc relate sa naissance (LC11, 5-80).

Or, il le fait sous la forme d’une annonciation comparable à celle que recevra Mamie pour Jésus.

Ce qui en souligne à la fois les ressemblances et les différences.

De famille sacerdotale, Zacharie e Elisabeth, les parents de Jean, étaient déjà âgés et Elisabeth était stérile.

Or, un jour où Zacharie brûle de l’encens dans le sanctuaire, l’ange Gabriel lui apparaît et lui annonce la naissance d’un fils, qu’il doit appeler Jean : en hébreu yohânan, « dieu fait grâce ».

« Il ne boira ni vin ni boisson fermentée et il sera rempli de l’Esprit Saint dès le sein de sa mère », ajoute Gabriel.

Cela veut dire que l’enfant sera « nazir », consacré au Seigneur (cf. Nb 6, 3) pour une mission que précise l’ange : « Il ramènera beaucoup de fils d’Israël au Seigneur leur Dieu.

Lui-même marchera par-devant avec l’esprit et la puissance d’Elie ». pour cette mission Jean-Baptiste est comparé au prophète Elie.

C’est aussi l’arrivée des temps messianiques annoncée par le prophète Malachie :»voici que je vais vous envoyer Elie le prophète, avant que n’arrive mon Jour, grand et redoutable.

Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et des fils vers leurs pères » (MI 3, 23-24).

Mais Zacharie doute et Gabriel lui apprend qu’il apprend qu’il restera muet jusqu’à la naissance de son fils.

Elisabeth devient enceinte, mais elle s’en cache.

Le sixième mois, lors de l’Annonciation, la Vierge Marie apprend que sa cousine est enceinte.

Elle part aussitôt l’aider.

Elisabeth est alors remplie de l’Esprit Saint et reconnaît en Marie la Mère du Sauveur : « Car, dit-elle, lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein. »

Au huitième jour de la naissance de l’enfant, la famille veut l’appeler Zacharie, comme son père. Mais Elisabeth déclare : « Non, il s’appellera Jean.

«Etonnement de tous, qui demandent à Zacharie, comment il veut appeler son fils.

Zacharie écrit : « Son nom est jean. « Aussitôt, sa langue se délie, il parle, bénit Dieu, et chante le Benedictus, qui annonce la libération d’Israël ». La double annonciation de l’Evangile de Luc montre en Jean le prophète du Très Haut » qui vient ouvrir la voie au « Fils du Très Haut ».

Elle dit déjà que Jean est un très grand prophète mais qu’après lui vient Celui « dont il n’est pas digne de dénouer la courroie de sa sandale. « (Jn 1, 27)

Ce sera l’honneur de Jean l’honneur de jean de le reconnaître, de désigner le Christ à ses disciples, et de dire : « Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite.

Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse. »

Livre des bannières 2000 Tome II p 260

Saint Jean-Baptiste Jean-Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus-Christ.

Il a mené une vie d'ascèse dans le désert, en compagnie d'esséniens, pendant de nombreuses années, avant d'annoncer sur les bords du Jourdain la venue de Jésus, puis de le baptiser, et après l'avoir désigné comme l'Agneau de Dieu, de lui "passer le relais", avec ses propres disciples.

Il est mort décapité, sur demande d'Hérodiade, femme du gouverneur Hérode Antipas, lequel jugera également Jésus quelques temps plus tard. Les tableaux et les statues représentent Jean-Baptiste vêtu d'une peau de bête, tenant un agneau et un rouleau comportant les mots "Ecce Agnus Dei".

Vie de Saint Jean-Baptiste Jean-Baptiste est connu à travers les Evangiles, certains Actes des Apôtres et par le témoignage historique de Flavius Josèphe, concernant notamment sa mort.

Certains détails de sa vie sont tirés de l'Evangile selon St Luc, d'autres des Evangiles apocryphes. Jean-Baptiste est né en Judée, en 8 av. J.-C. (la date de 4 est aussi rencontrée), sa naissance est fêtée en Occident le 24 juin.

C'était le fils du prêtre Zacharie et d'Elisabeth, cousine de Marie, mère de Jésus. Luc commence pratiquement son Evangile par la naissance de Jean-Baptiste.

Zacharie, occupé à faire brûler de l'encens dans le temple reçoit la visite de "L'ange du Seigneur" (Gabriel), qui lui annonce que sa femme Elisabeth mettra au monde un fils qui sera appelé Jean, qui sera rempli d'Esprit Saint, et qui aura la "puissance d'Elie". Zacharie surpris, doute des paroles de l'ange, qui lui annonce de fait qu'il perdra l'usage de la parole jusqu'à la naissance de l'enfant.

Après la naissance, Zacharie encore sourd, écrit sur une tablette: "Jean est son nom" à l'étonnement de toute la famille car personne ne porte ce nom. Zacharie retrouve alors la parole.

La vie Jean est une "vie cachée" dans les déserts, se nourrissant de sauterelles grillées et de miel sauvage, jusqu'au jour où il revient proclamer, vers trente ans, le "baptême de repentir pour la rémission des péchés, prophétisé par Isaïe".

Il a des disciples avec lui. Beaucoup pensent alors qu'il est celui qui est attendu et il répond: "pour moi, je vous baptise avec de l'eau, mais vient le plus fort que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses sandales; lui vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu".

Jésus, immergé dans les eaux du Jourdain, est cependant baptisé par Jean-Baptiste. Saint Jean-Baptiste baptisant Jésus.

Jean-Baptiste dit ensuite "j'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe, et il est demeuré sur lui".

Les disciples de Jean suivent alors Jésus. Le travail préparatoire de Jean-Baptiste est terminé.

Jean provoque la colère d'Hérode Antipas, gouverneur de Judée, à qui il reproche son mariage avec Hérodias, femme de son demi-frère Hérode.

Il est jeté en prison. Salomé, fille d'Hérodiade, danse si bien au cours de l'anniversaire d'Hérode, que celui-ci lui accorde tout ce qu'elle voudra.

Elle réclame la tête de Jean-Baptiste.

Jean-Baptiste est décapité par un bourreau en présence de soldats. Au cours du banquet organisé par Hérode, un serviteur apporte la tête de Jean-Baptiste.

Devant les convives, Salomé revendique la tête de Jean-Baptiste comme récompense puis l'offre à Hérodias, ainsi vengée à ses yeux des reproches de Jean-Baptiste.

L'oeuvre de Jean-Baptiste a été la préparation à la venue de Jésus. Il a préparé ce travail en compagnie de ses disciples esséniens. Il a instauré le baptême dans l'eau, en s'inspirant du baptême d’initiation lié à l’entrée dans la fraternité, tel qu’il était pratiqué à Qumran. Il a baptisé Jésus. Il lui a confié ses disciples.

C'est un travail d'humble mais grand serviteur. Jésus aura pour lui une très grande reconnaissance.




PRIÈRE À SAINT JEAN-BAPTISTE

O saint Jean-Baptiste, illustre Précurseur du Messie, vous que le Sauveur a proclamé le plus grand parmi les enfants des hommes, et que Notre Saint Père le Pape Pie X a donné pour patron spécial aux Canadiens Français; vous avez merveilleusement préparé, par votre vie austère, pénitente et tout angélique, les voies au règne de l'agneau rédempteur. Nous vous en supplions, daignez nous obtenir la grâce de marcher sur vos pas glorieux conserver la foi de nos pères, de défendre avec zèle les intérêts de la sainte Église catholique, et de réaliser les desseins de la divine Providence sur chacun de nous, afin qu'après l'exil de cette vie, nous puissions nous retrouver dans la céleste patrie, pour y changer les louanges du Roi éternel de tous les peuples, pendant les siècles des siècles. Ainsi soit-il.




Saint Jean-Baptiste – Fête le 24 juin

Le précurseur est le cousin de Jésus, né à Aïn-Karin (Judée). Prophète qui baptisa le Christ. Martyr au 1er siècle. Il est le patron des aubergines, des oiseleurs, des couteliers, des fournisseurs, des tailleurs, des peaussiers, des pelletiers, des rémouleurs, des tonneliers, des ramoneurs, des travailleurs du bâtiment et des tripiers. Il est invoqué contre les spasmes, les convulsions, l’épilepsie, les plaies, la grêle, pour les agneaux et dans toutes les circonstances où l’on risque d’être pris de vertige.



Litanies de saint Jean-Baptiste

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez nous.
Jésus-Christ, exaucez nous.
Dieu le Père, qui avez élu saint Jean-Baptiste, ayez pitié de nous.
Dieu le Fils, qui avez éclairé saint Jean-Baptiste, ayez pitié de nous.
Esprit Saint, qui avez éclairé saint Jean-Baptiste, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, qui avez visité Zacharie, priez pour nous.
Sainte Marie, qui avez salué sainte Elisabeth, priez pour nous.
Sainte Marie,, qui avez réjoui saint Jean-Baptiste,
Saint Jean-Baptiste,
Saint Jean, tressaillant dans le sein de votre mère,
Saint Jean, rempli de l’Esprit Saint,
Saint Jean, chrétien en naissant,
Saint Jean, prémice des fidèles,
Saint Jean, enfant d’allégresse,
Saint Jean, prophète du Très-Haut,
Saint Jean, précurseur de Jésus-Christ,
Saint Jean, héritier de la vertu d’Elie,
Saint Jean, vêtu de poil de chameau,
Saint Jean, nourri de sauterelles,
Saint Jean, envoyé de Dieu,
Saint Jean, préparant les voies du Seigneur,
Saint Jean, prédicateur de la pénitence,
Saint Jean, baptisant dans le Jourdain,
Saint Jean, le plus grand des enfants des hommes,
Saint Jean, que plusieurs ont cru être le Christ,
Saint Jean, publiant les grandeurs de Jésus-Christ,
Saint Jean, réprimant Hérode,
Saint Jean, mis en prison,
Saint Jean, décapité,

Agneau de Dieu, que saint Jean a fait connaître, ayez pitié de nous.
Agneau de Dieu, qui êtes venu au devant de saint Jean, ayez pitié de nous
Agneau de Dieu, qui avez été baptisé par saint jean, ayez pitié de nous.

V. Il y eut un homme envoyé de Dieu,
R. Cet homme s’appelait Jean.

ORAISON. Dieu Tout-Puissant qui avez fait de saint Jean-Baptiste un prophète, un apôtre et un martyr, nous vous supplions de produire en nous de dignes fruits de pénitence, afin qu’à son exemple nous n’ayons d’autre science que celle de Jésus, d’autre amour que celui de Jésus, et que nous mourions pour ce divin Agneau, qui a effacé les péchés du monde et qui vit avec vous dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Jean-Baptiste
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 12:59

Saint Jean-Baptiste de La Salle

 

Fondateur des Frères des Écoles Chrétiennes (1651-1719)

Fêté le 7 avril

Au moment où Dieu est chassé des écoles publiques pour être plus sûrement chassé du coeur des enfants, il est plus opportun que jamais de publier les grands exemples des Saints qui se sont faits les éducateurs dévoués de l’enfance chrétienne. Parmi ces éducateurs, saint Jean-Baptiste de La Salle occupe le premier rang. Outre la fondation si admirable des Frères des Écoles chrétiennes, dont le mérite lui appartient, on peut dire qu’il a été l’inspirateur des fondateurs de l’avenir, et que les institutions plus récentes ont bourgeonné autour du tronc vigoureux qu’il a planté.

Jean-Baptiste, né le 30 avril 1651, appartenait à une noble maison de Reims. Il eût pu aussi bien que personne, grâce à ses talents et à sa situation, briller dans le monde ; mais il préféra se cacher dans le sanctuaire, ignorant que là était pour lui la source d’une gloire infiniment supérieure à celle du monde, la gloire de la sainteté. Orphelin à dix-huit ans, après l’achèvement de ses études, il veilla si bien à l’éducation de ses frères et de ses soeurs, qu’il eut deux frères prêtres et une soeur religieuse : c’était le commencement de son apostolat.

Ordonné prêtre à l’âge de vingt-sept ans, il comprit, sous l’inspiration de Dieu, le plus grand besoin de son époque, et songea à combler une lacune regrettable dans les oeuvres si belles et si multiples de la sainte Église. Recruter des jeunes gens, les installer dans sa maison de chanoine de Reims, les former à l’enseignement de l’enfance, tel fut le commencement de son entreprise. Cette entreprise subit dès l’abord des épreuves terribles.

Peu de Saints ont eu à souffrir un plus entier crucifiement, que le bienheureux de La Salle ; peu de Saints ont montré plus de désintéressement, plus de joie dans le sacrifice ; il poussait l’amour divin jusqu’à joindre à tant de Croix d’effrayantes mortifications volontaires, soutenues par un esprit de prière tout angélique.

La bénédiction de Dieu ne pouvait manquer à son oeuvre, et, en peu d’années, l’Institut comptait seize écoles, où plus de quinze cents enfants recevaient les leçons de la vertu et de la science ; mais chaque année les développements devenaient de plus en plus merveilleux, et quand le saint fondateur, affaibli par la maladie, força ses frères à accepter sa démission, en 1717, toute la France était couverte par les légions de son armée pacifique.

Jean-Baptiste de La Salle employa les deux dernières années de sa vie à sa propre sanctification : "La victime est prête à être immolée, disait-il ; il faut travailler à la purifier."

 

Litanies de Saint Jean-Baptiste de la Salle Fête le 7 avril

 

Né à Reims (Marne) en 1651, chanoine de Reims, fondateur des frères des Ecoles Chrétiennes. Mort  à Rouen (Seine-Maritime) en 1719, il est le patron des éducateurs chrétiens.

 

Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)

Jésus-Christ, ayez pitié de nous. (bis)

Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)

Jésus-Christ, écoutez-nous. (bis)

Jésus-Christ, exaucez-nous. (bis)

 

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Grand saint Joseph, chaste époux de la Vierge Mère, priez pour nous.

Saint Jean-Baptiste de la Salle, fondateur de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes,

Saint Jean-Baptiste, suscité de Dieu pour procurer l’éducation chrétienne à la jeunesse,

Saint Jean-Baptiste, modèle des enfants dès votre jeune âge,

Saint Jean-Baptiste, servant la messe avec une piété angélique,

Saint Jean-Baptiste, qui, dès l’enfance, vous êtes voué au Seigneur,

Saint Jean-Baptiste, sanctifiant vos études,

Saint Jean-Baptiste, dévot serviteur de la très sainte Vierge Marie et de saint Joseph, son virginal époux,

Saint Jean-Baptiste, ornement du Chapitre de Reims,

Saint Jean-Baptiste, admirable par votre esprit de foi,

Saint Jean-Baptiste, animé d’une confiance sans bornes en Dieu,

Saint Jean-Baptiste, embrasé du pur amour de Dieu,

Saint Jean-Baptiste, rempli de charité pour le prochain,

Saint Jean-Baptiste, célébrant le saint Sacrifice avec des ardeurs séraphiques,

Saint Jean-Baptiste, dévoré du zèle du salut des âmes,

Saint Jean-Baptiste, amant de l’humilité et de la pauvreté évangéliques,

Saint Jean-Baptiste, abdiquant les honneurs du canonicat pour servir les pauvres,

Saint Jean-Baptiste, distribuant vos biens aux indigents,

Saint Jean-Baptiste, fondateur des écoles gratuites,

Saint Jean-Baptiste, docteur en théologie, faisant l’école aux enfants pauvres,

Saint Jean-Baptiste, formant vos disciples à l’enseignement des pauvres,

Saint Jean-Baptiste, attaqué par des maîtres rivaux,

Saint Jean-Baptiste, abreuvé d’outrages et d’ignominies,

Saint Jean-Baptiste, persécuté par les jansénistes,

Saint Jean-Baptiste, persécuté même par les justes,

Saint Jean-Baptiste, calomnié, déposé,

Saint Jean-Baptiste, adversaire de l’hérésie,

Saint Jean-Baptiste, vous glorifiant du titre du « prêtre romain »

Saint Jean-Baptiste, héros de la pénitence,

Saint Jean-Baptiste, martyr par vos macérations,

Saint Jean-Baptiste, accusé faussement jusque sur votre lit de mort,

Saint Jean-Baptiste, souffrant tout en silence,

Saint Jean-Baptiste, surabondant de joie dans vos souffrances,

Saint Jean-Baptiste, adorant en tout événement la volonté de Dieu,

Saint Jean-Baptiste, acceptant l’adversité par ces paroles : « Dieu soit béni »,

Saint Jean-Baptiste, glorifié par des miracles,

Saint Jean-Baptiste, élevé aux honneurs des autels,

Saint Jean-Baptiste, législateur des écoles élémentaires,

Saint Jean-Baptiste, créateur des écoles normales et des pensionnats,

Saint Jean-Baptiste, patron des écoliers,

Saint Jean-Baptiste, guide sacré des maîtres chrétiens,

Saint Jean-Baptiste, travaillant quarante années pour fonder votre congrégation,

Saint Jean-Baptiste, père d’une armée de maîtres religieux,

Saint Jean-Baptiste, qui par vos disciples, avez conduit des millions d’âmes dans les voies de salut,

Saint Jean-Baptiste, qui brillez dans les splendeurs éternelles,

Saint Jean-Baptiste, protecteur de l’enfance chrétienne et des maîtres chrétiens,

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

 

V. Priez pour nous, saint Jean-Baptiste de La Salle.

R. Afin que nous devenions dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ...

 

ORAISON

 

O Dieu, qui, pour donner l’éducation chrétienne aux pauvres, et pour affermir la jeunesse dans la voie du salut, avez suscité saint Jean-Baptiste, votre confesseur, et formé par lui, dans l’Eglise, une nouvelle famille religieuse, daignez nous accorder, par l’efficacité de son intercession et de ses exemples, qu’embrasés de zèle pour votre gloire et le salut des âmes, nous puissions, comme lui, être un jour couronnés dans le Ciel. Ainsi soit-il.

 

« Nous instituons et proclamons le Confesseur saint Jean-Baptiste de La Salle, Patron spécial au Ciel, près de Dieu, de tous les éducateurs de l’Enfance et de la Jeunesse… »

(Extrait du Bref Pontifical de S.S. le Pape Pie XII – 15 mai 1950)

 

PRIERE

 

O saint Jean-Baptiste de La Salle. Apôtre de la Jeunesse et Patron des Educateurs, nous recourons à votre puissante protection.

Une multitude d’enfants, crées pour aimer et servir Dieu, grandissent sans même le connaître et vont grossir la foule des indifférents et des athées.

Daignez supplier le Tout-Puissant de susciter de nombreux Maîtres chrétiens qui, tout en préparant l’avenir humain de leurs élèves, fassent d’eux des chrétiens aux convictions solides et fidèles à tous leurs devoirs.

Obtenez aux écoles chrétiennes de réaliser pleinement l’idéal que vous avez conçu

pour elles : qu’elles forment de plus en plus des citoyens dévoués, chrétiens convaincus, des militants ardents ; qu’elles donnent à l’Eglise des prêtres, des Sœurs et des Frères enseignants, des missionnaires, des apôtres, des saints. Ainsi soit-il.

 

Imprimatur Paris le 9 avril 1953 M. Potevin, Vic.gén.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Jean-Baptiste
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 12:58

Saint Jean Baptiste de La Salle

 

Aîné de dix enfants, Jean-Baptiste de la Salle est né à Reims en 1651 dans une famille illustre. Il fait de brillantes études dans sa ville natale et manifeste très jeune un goût prononcé pour la lecture de la vie des saints. Il reçoit la tonsure à onze ans et à seize devient chanoine. Il part ensuite à paris pour étudier la théologie en Sorbonne et est admis au séminaire Saint-Sulpice.

A l’âge de vingt ans, en 1671, il perd sa mère et son père l’année suivante. Devenu ainsi chargé de famille, il est obligé de revenir à Reims et quitte le séminaire parisien de Saint-Sulpice dix-huit mois après être entré. Il est ordonné prêtre en 1678 et devient docteur en théologie.

En 1679, il rencontre le maître d’école Adrien Nyel et cette rencontre marquera le grand tournant de sa vie. Frappé par l’abandon des enfants pauvres spécialement dans les villes, il constitue en 1681 un groupe de maîtres qu’il loge chez lui dont certains se lient par des vœux à une œuvre d’éducation et d’enseignement. C’est l’amorce de ce qui sera fondé officiellement en 1684 sous le nom d’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes qui constitue la première congrégation non cléricale de frères enseignants de l’histoire de l’Eglise. Beaucoup d’épreuves marqueront les quarante années que Jean-Baptiste de La Salle consacrera à cette fondation et même des persécutions : on ne veut pas toujours admettre ses méthodes d’enseignement, nouvelles pour l’époque, ni accepter l’exigence qu’il introduit dans l’éducation. Il crée les humanités populaires, des cours pour ouvriers et pose les bases de l’enseignement moderne devenant ainsi selon le mot de son plus récent biographe, « l’instituteur des instituteurs ».

         Après avoir multiplié les fondations dans toute la France, Jean-Baptiste de La Salle meurt le Vendredi Saint 7 avril 1719 au prieuré de Saint-Yon, près de Rouen, où étaient formés les Frères. Il est béatifié en 1888, canonisé en 1900 par saint Pie X et qualifié à cette occasion de « patron céleste des éducateurs ». Sur les 40 000 frères enseignants que l’on dénombre aujourd’hui dans le monde, 10 000 sont des Frères des Ecoles Chrétiennes.

 

Si vous pensez en saisons, semez des céréales,

Si vous pensez en années, plantez des arbres,

Si vous pensez en siècles, éduquez vos enfants.

Proverbe chimois.

 

Saint Jean-Baptiste m’a beaucoup aidée. Toutes les difficultés se sont aplanies au fur et à mesure par celui qui prêchait la confiance, l’abandon à la Providence, aux maîtres de ses écoles.

Association des Bannières 2000 Tome I p. 384

        

SAINT JEAN-BAPTISTE DE LA SALLE 1651-1719

 

Le Fondateur de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Patron des Éducateurs Chrétiens.. Jean-Baptiste de La Salle est né dans un monde totalement différent du nôtre. Il est le premier né de parents aisés, vivant en France il y a 300 ans. Né à Reims, Jean-Baptiste de La Salle reçut la tonsure à l'âge de 11 ans, et fut nommé Chanoine de la Cathédrale de Reims à 16 ans. A la mort de ses parents, il dut assumer la gestion des affaires familiales, il acheva ses études de théologie et fut ordonné prêtre le 9 avril 1678. Deux ans plus tard, il fut reçu Docteur en Théologie. Ce fut lors de cette période qu'il tenta de s'engager avec un groupe de jeunes gens rugueux et illettrés, dans le but de fonder des écoles pour garçons pauvres.

 

A ce moment-là, seules quelques personnes vivaient luxueusement, mais la majorité vivait dans des conditions d'extrême pauvreté ; les paysans à la campagne et les habitants miséreux des villes. Seul un petit nombre pouvait envoyer les enfants à l'école ; la majorité des enfants n'avait que peu d'espoir en l'avenir. Ému par la condition de ces pauvres, qui semblaient "si loin du salut" dans un monde ou dans l'autre, il prit la décision de mettre ses talents et son éducation au service de ces enfants, "souvent laissés à eux-mêmes et mal élevés". Pour être plus efficace, il renonça à la maison familiale et emménagea avec des professeurs, renonça à sa position de Chanoine et à sa fortune, puis il forma la communauté aujourd'hui appelée Frères des Écoles Chrétiennes.

 

Son entreprise rencontra l'opposition des autorités ecclésiastiques, qui ne souhaitaient pas la création d'une nouvelle forme de vie religieuse, une communauté de laïques consacrés conduisant des écoles "ensemble et par association". "L'établissement éducatif" fut choqué par ses méthodes innovatrices et sa volonté absolue de gratuité pour tous ; totalement indifférent au fait de savoir si les parents pouvaient payer ou pas. Malgré tout, de La Salle et ses Frères ont réussi, avec succès, à créer un réseau d'écoles de qualité, caractérisé par l'utilisation de la langue vernaculaire, par des groupes d'élèves réunis par niveau et résultats, par une instruction religieuse basée sur des thèmes originels, préparée par des professeurs ayant une vocation à la fois religieuse et missionnaire, et par l'implication des parents dans l'instruction. De plus, de La Salle fut un précurseur en proposant des programmes pour former des professeurs laïques, des cours les dimanches pour les jeunes ouvriers, et l'une des premières institutions pour la prise en charge de "délinquants". Harassé par une vie faite d'austérités et de labeurs, il mourut à Saint Yon, près de Rouen, en 1719, quelques semaines seulement avant son 68 ème anniversaire.

 

Jean-Baptiste de La Salle est le premier à avoir mis en place des centres de formation pour les professeurs, des écoles d'apprentissage pour les délinquants, des écoles techniques, et des écoles secondaires pour les langues modernes, les arts et les sciences. Son oeuvre s'est répandue très rapidement en France, et après sa mort, à travers tout le monde. En 1900, Jean-Baptiste de La Salle fut déclaré Saint. En 1950, en raison de sa vie et de ses écrits inspirés, il fut fait Saint Patron de tous ceux travaillant dans le domaine de l'éducation. Jean-Baptiste de La Salle a montré comment enseigner et s'occuper des jeunes, comment faire face au manque et à la faiblesse avec compassion, comment soutenir, affirmer et guérir. Aujourd'hui, des écoles Lasalliennes existent dans 80 pays autour du monde.

 

Né à Reims, en France, le 30 avril 1651. Ordonné prêtre le 9 avril 1678-Décédé le 7 avril 1719-Béatifié le 19 février 1888 Canonisé le 24 mai 1900. Proclamé Patron des Éducateurs Chrétiens le 15 mai 1950

 

Saint Jean-Baptiste de La Salle

 

Saint Jean-Baptiste de La Salle, fondateur des Frères des Écoles Chrétiennes.

 

Dieu qui a choisi saint Jean-Baptiste de La Salle pour former les jeunes à la vie chrétienne, suscite encore dans son Église des éducateurs qui se voueront tout entiers à cette œuvre de formation humaine et religieuse. (Oraison du Missel liturgique).

 

Carmel Saint Joseph

07/04/2005

 

Jean-Baptiste de La Salle est né à Reims le 30 avril 1651. Fils de bonne famille, très tôt destiné à la prêtrise (il reçoit la tonsure à l’age de onze ans), il n’aura pas de trop de toute son existence pour construire sa propre destinée. C’est de petits pas en petits pas qu’il découvre le sens d’une vie offerte librement au service de ses frères. « Dieu qui conduit toutes choses avec sagesse et avec douceur et qui n'a point coutume de forcer l'inclination des hommes, voulant m'engager à prendre entièrement le soin des écoles, le fit d'une manière fort imperceptible et en beaucoup de temps ; de sorte qu'un engagement me conduisit dans un autre, sans l'avoir prévu dans le commencement. »

 

En 1679, Jean-Baptiste, alors jeune chanoine de 28 ans, rencontre Adrien Nyel, venu à Reims pour y développer des écoles gratuites de garçons. Ce seront les premiers pas sur un chemin imprévu au service des enfants pauvres et abandonnés. Son œuvre est novatrice, car si l’Église se préoccupe déjà de l’enseignement du peuple, Jean-Baptiste de La Salle est le premier à offrir un enseignement populaire et accessible à tous.

 

Après une période de famine en France, les maîtres, qui sont de pauvres enseignants, le provoquent à une conversion radicale aux pauvres. C’est alors qu’il partage ses biens et renonce à ses fonctions de chanoine.

 

En 1684 qu’il fonde la société des Frères des École chrétiennes.

 

Il connaîtra une période de turbulences de 1691 à 1712, quand les calomnies et les reniements viendront de ses frères eux-mêmes. Puis, il traversera, une période de nuit jusqu’en 1714, alors que le silence de Dieu et les incertitudes de la route le rapprocheront du silence de Jésus en sa Passion.

 

C’est au jour de sa mort, le vendredi saint 7 avril 1719, que réconcilié, il exprimera toute la signification spirituelle de son existence : « J'adore en toutes choses la conduite de Dieu à mon égard. »

Depuis plus de deux cents ans, les Frères des Écoles chrétiennes sont le groupe le plus important en France à maintenir l’idéal éducatif de leur fondateur.

 

Rome, Maison Généralice - Châsse contenant les reliques de saint Jean-Baptiste DE LA SALLE. Après avoir reposé pendant 187 ans à Rouen et 31 ans à Lembecqlez-Hal (Belgique), elles arrivaient à Rome le 24 janvier 1937. Wiles furent accueillies dans la chapelle actuelle le lendemain, avec une grande solennité.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Jean-Baptiste
commenter cet article