Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 21:27
LES APPARITIONS DE LA RUE DU BAC – CHAPELLE DE LA MEDAILLE MIRACULEUSE

Le ciel est descendu sur la terre… De juillet à décembre 1830 sœur Catherine, jeune novice des Filles de la Charité, reçoit l’immense faveur de s’entretenir trois fois avec la Vierge Marie.
Dans les mois qui ont précédé, Catherine a bénéficié d’autres apparitions.

Saint Vincent de Paul lui a manifesté son cœur. En prière dans la chapelle, Catherine voit, trois jours de suite, le cœur de saint Vincent de trois couleurs différentes. Il lui apparaît d’abord blanc, couleur de paix ; puis rouge, couleur de feu ; puis noir, signe des malheurs qui vont fondre sur la France et Paris en particulier.

Peu après, Catherine a vu le Christ présent dans l’Eucharistie, au-delà des apparences du pain. « J’ai vu Notre Seigneur dans le Très Saint Sacrement tout le temps de mon séminaire, excepté toutes les fois où j’ai douté.» Le 6 juin 1830, fête la Sainte Trinité, le Christ lui est apparu comme un Roi crucifié, dépouillé de tous ses ornements.
LES APPARITIONS UNE NUIT D’ETE

Le 18 juillet 1830, en la veille de la fête de saint Vincent qu’elle aime tant, Catherine recourt à celui dont elle a vu le cœur débordant d’amour pour que son grand désir de voir la Sainte Vierge soit enfin exaucé. A 11 heures et demie du soir, elle s’entend appeler par son nom.

Un mystérieux enfant est là, au pied de son lit et l’invite à se lever : « La Sainte Vierge vous attend » dit-il. Catherine s’habille et suit l’enfant « portant des rayons de clarté partout où il passait.»

Arrivée dans la chapelle, Catherine s’arrête près du fauteuil du prêtre placé dans le chœur sous le tableau de sainte Anne (emplacement actuel de la statue de saint Joseph). Elle entend alors «comme le froufrou d’une robe de soie.» « Voici la Sainte Vierge » dit son petit guide. Elle hésite à croire. Mais l’enfant répète d’une voix plus forte : « Voici la Sainte Vierge.» Catherine s'élance aux pieds de la Sainte Vierge assise dans un fauteuil et appuie les mains sur les genoux de la Mère de Dieu. «Là, il s’est passé un moment, le plus doux de ma vie. Il me serait impossible de dire ce que j’éprouvais. La Sainte Vierge m’a dit comment je devais me conduire envers mon confesseur et plusieurs autres choses.» La Sainte Vierge désigne de la main l'autel où repose le tabernacle et dit : « Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur.»Catherine reçoit l’annonce d’une mission difficile et la demande de fondation d’une Confrérie d’Enfants de Marie. Cette dernière sera réalisée par le Père Aladel le 2 février 1840.
LES APPARITIONS UN 27 NOVEMBRE

Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît de nouveau à Catherine dans la chapelle. Cette fois, c'est à 17 h 30, pendant l'oraison des novices, sous le tableau de saint Joseph (emplacement actuel de la Vierge au globe). D'abord Catherine voit comme deux tableaux vivants qui passent, en fondu enchaîné, et dans lesquels la Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent.

Dans le 1er tableau, la Vierge porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d' une croix qu'elle élève vers le ciel. « Cette boule représente le monde entier, la France et chaque  personne en particulier » entend Catherine.

Dans le 2e tableau, il sort de ses mains ouvertes, dont les doigts portent des anneaux de pierreries, des rayons d’un éclat ravissant. Catherine entend au même instant une voix qui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent ».

Puis un ovale se forme autour de l’apparition et Catherine voit s’inscrire en demi-cercle cette invocation en lettres d’or : « O
Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous ». Alors une voix se fait entendre : « Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle. Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces ».

Enfin le tableau se retourne et Catherine voit le revers de la médaille : en haut une croix surmonte l’initiale de Marie, en bas deux cœurs, l’un couronné d’épines, l’autre transpercé d’un glaive.
LES APPARITIONS UN ADIEU

Au mois de décembre 1830, pendant l’oraison, Catherine entend de nouveau un froufrou, cette fois derrière l’autel. Le même tableau de la médaille se présente auprès du tabernacle, un peu en arrière.

« Ces rayons sont le symbole des grâces que la Sainte Vierge obtient aux personnes qui lui demandent… Vous ne me verrez plus ».

C’est la fin des apparitions. Catherine fait part à son confesseur, le Père Aladel, des requêtes de la Sainte Vierge. Il l’accueille fort mal, lui interdit d’y penser. Le choc est rude.

Le 30 janvier 1831, le séminaire s’achève. Catherine prend l’habit. Le lendemain, elle part à l’hospice d’Enghien fondé par la famille d’Orléans 12 rue de Picpus, à Reuilly, à l’Est de Paris, dans un quartier de misère où elle servira les vieillards et les pauvres pendant 46 ans, incognito.
 
PRENEZ ET PORTEZ SUR VOUS LA MÉDAILLE MIRACULEUSE
 
Historique La médaille miraculeuse doit son origine aux Apparitions mariales de la Chapelle de la Rue du Bac, à Paris, en 1830.

Le samedi 27 novembre 1830, la Vierge Immaculée apparut à Sainte Catherine Labouré, Fille de la Charité et lui confia la mission de faire frapper une médaille dont Elle lui révèlera le modèle.

"Faites frapper une médaille sur ce modèle, dit la Vierge, les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces."

La médaille connut immédiatement une diffusion prodigieuse. D'innombrables grâces de conversion, de protection et de guérison furent obtenues.

Devant tous ces faits extraordinaires, l'Archevêque de Paris, Mgr de QUELEN ordonna une enquête officielle sur l'origine et les effets de la Médaille de la rue du Bac. 
En voici la conclusion:
"La rapidité extraordinaire avec laquelle cette médaille s'est propagée, le nombre prodigieux de médailles qui ont été frappées et répandues, les bienfaits étonnants et les Grâces singulière que la confiance des fidèles a obtenus, paraissent vraiment les signes par lesquels le Ciel a voulu confirmer la réalité des apparitions, la vérité du récit de la voyante et la diffusion de la médaille."

À Rome même, en 1846, à la suite de la conversion retentissante du juif Alphonse Ratisbonne, le Pape Grégoire XVI confirmait de toute son autorité les conclusions de l'Archevêque de Paris.

Si donc vous aimez la Vierge et si vous avez confiance en sa puissante intercession:

Portez toujours sur vous la médaille pour vivre dans la grâce de Dieu et jouir de la protection de la Vierge Immaculée;

Dites chaque jour l'invocation de la Médaille. La Vierge a voulu être ainsi saluée et invoquée: 
"Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS" 

Propagez autour de vous la Médaille; donnez-la particulièrement aux malades et aux affligés.Sainte Catherine Labouré a passé toute sa vie au service des pauvres vieillards, à l'Hospice d'Enghien, où elle est morte en odeur de sainteté le 31 décembre 1876. Elle a été béatifiée eni 1933 et canonisée en 1947.
 
LOURDES ET LA MÉDAILLE MIRACULEUSE

La médaille Miraculeuse est universellement connue. Mais on ignore souvent que les apparitions de la Chapelle de la Rue du Bac ont préparés les grands événements de Lourdes. "La Dame de la Grotte m'est apparue telle qu'elle est représentée sur la Médaille Miraculeuse" a déclaré Sainte Bernadette qui portait sur elle la Médaille de la Rue du Bac.

L'invocation de la Médaille: "Ô MARIE CONÇUE SANS PÉCHÉ, PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS" partout diffusée par la Médaille Miraculeuse, a suscité l'immense mouvement de foi qui a porté le Pape Pie IX à définir, en 1854, le dogme de l'Immaculée Conception. Quatre ans plus tard, l'apparition de Massabielle (Lourdes) confirmait cette définition romaine d'une manière inattendue.

À l'occasion du centenaire de cette définition, en 1954, le Saint Siège fit frapper une médaille commémorative. Au revers de celle-ci, l'image de la Médaille Miraculeuse et l'image de la grotte de Lourdes, étroitement associée, soulignaient le lien unissant les deux apparitions de la Vierge avec la définition de l'Immaculée Conception.

De même que Lourdes est une source intarissable de Grâces, la Médaille Miraculeuse est toujours l'instrument de l'inlassable bonté de Notre-Dame pour tous les pêcheurs et tous les malheurs de la terre.

Les chrétiens qui sauront la méditer y retrouveront symbolisée toute la doctrine de l'Église sur la Place providentielle de Marie dans la Rédemption, en particulier sa médiation universelle.
 
PRIERE de SAINTE CATHERINE LABOURE
Lorsque je vais à la chapelle, je me mets là devant le Bon Dieu, et je lui dis : "Seigneur, me voici, donnez-moi ce que vous voulez" S'il me donne quelque chose, je suis bien contente et je Le remercie. S'il ne me donne rien, je Le remercie encore parce que je n'en mérite pas davantage. 

Et puis je Lui dis alors tout ce qui me vient dans l'esprit : je lui raconte mes peines etmes joies et j'écoute.Si vous L'écoutez, Il vous parlera.Avec le Bon Dieu, il faut dire et écouter, Il parle toujours quand on y va et simplement.
Prière pour la France et pour le monde

Daignez, ô Reine, pleine de bonté, de ce trône sublime où vous êtes assise auprès de Jésus-Christ, recevoir les vœux de ceux qui implorent votre secours.Mère de Dieu, vous pouvez fléchir votre Fils ; vous êtes aussi notre Mère et vous nous aimez comme vos enfants.Ô vous qui puisez dans la source même des grâces, faites-en descendre sur nous la mesure la plus abondante.Présentez nos vœux et nos prières à Dieu. Refusera-t-Il à une Mère qu’Il aime si tendrement ?Demandez-lui qu’Il regarde avec bonté la France qui vous est consacrée ; qu’Il donne au Roi la justice et la paix au peuple.Ô Marie, votre nom est notre défense, protégez-nous Ô Marie, vous qui êtes le refuge des pêcheurs et notre Mère,Ô Marie, voyez le péril où nous sommes. Ayez pitié de nous.Ne vous rendez point difficile à écouter nos vœux. Si vous daignez prier votre Fils, Il vous exaucera. Il suffit que vous vouliez nous sauver pour que nous ne puissions manquer d’être sauvés.Ô Marie conçue sans péché, priez, priez, priez pour nous.Daignez, Ô Reine des anges et des hommes, jeter un coup d’œil favorable sur le monde entier, particulièrement sur la France et chaque personne en particulier.Ô Marie, inspirez-nous ce qu’il faut vous demander pour notre bonheur qui sera celui du monde entier. Sainte Catherine Labouré
Priére de Saint Pie X

O Marie concue sans péché,
Regardez la France
Priez pour la France
Sauvez la France. 
Plus elle est coupable,
Plus elle a besoin de votre intercession.
Un mot à Jésus reposant dans vos bras, et laFrance est sauvée.
O Jésus obéissant à Marie, Sauvez l 'Eglise et la France.
 
Prière à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

Ô Vierge Immaculée, qui avez voulu apparaître tant de fois sur notre terre et nous avez donné la Médaille Miraculeuse, nous Vous saluons et nous Vous reconnaissons pour notre Reine.
Sous le signe de votre sainte Médaille, nous sommes à Vous et voulons être à Vous. Quelle soit toujours à nos yeux et à nos coeurs le gage de votre amour et le rappel de nos devoirs envers Vous.

Ô Mère de nos âmes, aidez-nous à fuir tout péché et à vivre fidèlement dans la grâce de Votre Fils.

Ô Mère de toutes les âmes, aidez-nous à être apôtres et à sauver nos frères pour qui Jésus est mort en croix.

Ô Mère de toutes les grâces, donnez à notre pays les religieuses et les prêtres dont il a tant besoin.

Reine du ciel, qui êtes venue au monde sans aucun péché, obtenez-nous de quitter ainsi cette terre pour monter vers Vous, dans le beau royaume de Votre Fils.
 
Prier le Rosaire avec la Chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

Les mystères joyeux
L'évangile de saint Luc est le plus riche sur l'enfance de Jésus. Son symbole est le taureau, un des quatre êtres vivants qui entourent le trône de Dieu dans l'Apocalypse de saint Jean. 

Médecin d'origine païenne, Luc est le compagnon de Paul dans ses voyages.
Ses qualités littéraires, sa délicatesse, et la joie qui l'habite, et qu'il veut communiquer, de la venue parmi les hommes du Fils de Dieu pour leur salut, se déploient dans les deux parties de son oeuvre, le troisième évangile et les Actes des Apôtres.

Le premier cycle du Rosaire est caractérisé par la joie qui rayonne de l'événement de l'Incarnation. Cela est évident dès l'Annonciation, avec le salut de l'Ange Gabriel à la Vierge de Nazareth : «Réjouis-toi, Marie». C'est une note d'exultation qui marque la rencontre avec Elisabeth lors de la Visitation. Une atmosphère de liesse baigne la Nativité ou naissance de l'Enfant divin à Bethléem.

Les derniers mystères conservent cette note de joie mais ils anticipent les signes du drame : la Présentation de Jésus au Temple, avec la prophétie des jours douloureux, et le Recouvrement de Jésus après sa disparition pendant trois jours qui manifeste l'exigence absolue de sa mission.
 
L'Annonciation Marie dit alors : Voici la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole. (Luc 1,38)

L'apparition de la Sainte Vierge à sainte Catherine s'est déroulée dans un climat spirituel très semblable à celui de l'Annonciation : la douceur d'une rencontre personnelle, pleine d'intimité; la certitude d'une initiative soudainement venue de Dieu; le recueillement et le silence. A l'annonce de sa mission, la réponse de Catherine est, comme celle de Marie, celle du dévouement absolu aux intérêts de Dieu. Telle mère, telle fille !

Dieu respecte les êtres qu'il a créés. Il les conduit avec amour. Que la grâce de l'Annonciation descende dans nos coeurs en transformant la peur de Dieu en confiance filiale, le refus de Dieu en générosité.

La Visitation
Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. (Luc 1,45)

Fête de la foi et de la joie,  la Visitation est aussi celle du service fraternel. Ainsi Marie a-t-elle inspiré plus d'un chrétien ! Sainte Catherine, après avoir rencontré la Sainte Vierge, a travaillé à l'hospice de Reuilly, dans le don le plus total, au service des vieillards et des pauvres, pendant quarante-six ans...
A travers Marie, Dieu comble toute une famille de grâces et de bénédictions. Demandons la grâce de laisser Dieu vivre en nous pour le donner aux autres, comme Marie. Comme Elisabeth, ouvrons la porte à Marie. Quand le Saint-Esprit voit Marie dans une âme, il s'y précipite...

La Nativité
 Et elle mit au monde son Fils premier-né; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune.(Luc 2, 7)
Noël, fête de la naissance du Fils de Dieu à Bethléem, est aussi fête de la naissance spirituelle du Christ dans le coeur des croyants en tous les lieux du monde et au cours de tous les temps. Avec la médaille miraculeuse, Dieu fait naître et grandir la foi sur tous les continents : c'est tous les jours Noël !
Dieu s'est fait semblable à nous pour nous faire voir comment nous devons vivre. Puisqu'Il s'incarne dans un enfant et vient au monde dans la pauvreté, demandons la grâce du détachement des richesses et de la considération sociale.
 Ce n'est pas la crainte, c'est l'amour que Dieu veut dans nos coeurs.
La Présentation de Jésus au Temple
Siméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. (Luc 2, 28-30)
Voici le Christ Serviteur souffrant, voici Marie, la Mère au coeur transpercé : le revers de la médaille parle le même langage. Avec les deux coeurs, l'un couronné d'épines, l'autre percé d'un glaive, et la lettre M entrelacée avec la Croix qui la surmonte, il dit le mystère de la vie du Christ et de sa Mère, le mystère de l'Eglise et de l'humanité, le mystère de toute vie humaine. Il n'y a pas de joie sans ombre sur cette terre...C'est entre les bras de Marie que Siméon trouve le Sauveur. Demandons à Marie de nous donner Jésus.
Le Recouvrement de Jésus au Temple
Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! (Luc 2, 48)
Durant ces trois jours, Marie souffre loin de Jésus. Ainsi Catherine, pendant cinq ans, a-t-elle vécu un véritable exil. Elle s'est heurtée à l'opposition de son père qui, devant sa fermeté, a fini par admettre sa vocation. C'est dans la joie qu'elle a pu entrer au noviciat de la rue du Bac le 21avril 1830.
 Marie et Joseph ont cherché Jésus avec empressement, avec fidélité, dans la prière, jusqu'à l'avoir retrouvé. Demandons la grâce de la persévérance.
 
Les Mystères Lumineux
Ce nouveau cycle du rosaire, établi par Jean-Paul II dans la lettre apostolique Le Rosaire de la Vierge Marie, amène à contempler le mystère du Christ qui est lumière. Cette dimension est particulièrement visible durant les années de sa vie publique.
Le récit de saint Marc commence au désert, d'où son symbole le lion. Marc est un compagnon de l'apôtre Paul lors de son premier voyage. Il vit à Rome, vers l'an 70, où il est le confident et le secrétaire de Pierre. Son évangile transmet donc la catéchèse du chef des Apôtres. C'est le plus bref des évangiles, écrit dans un style simple, vivant et pittoresque, riche en détails concrets. Sans doute Pierre avait-il gardé de son métier de pêcheur l'aptitude à observer !
Cinq moments de la vie du Christ ont été choisis par Jean-Paul II. Le Baptême au Jourdain nous fait entendre la voix du Père qui proclame Jésus son Fils bien-aimé. A Cana, le Christ, par son premier miracle, ouvre le coeur des disciples à la foi grâce à l'intervention de Marie. Quand Jésus annonce l'Avènement du Royaume de Dieu et invite à la conversion, il commence son ministère de miséricorde. Lors de la Transfiguration, le Christ resplendit de la gloire de la divinité, et le Père le donne à reconnaître aux Apôtres pour qu'ils l'écoutent. Dans l'Eucharistie, le Christ se fait nourriture par son Corps et par son Sang, sous les signes du pain et du vin.
Le Baptême de Jésus
C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour. (Marc 1,11)
 La scène du Jourdain est l'annonce magnifique du baptême chrétien. En cette chapelle de la Maison Mère des Filles de la Charité, sainte Louise de Marillac, fondatrice de la Compagnie avec saint Vincent de Paul, nous éclaire de sa spiritualité si profonde. Elle aimait particulièrement saint Jean et saint Paul, et s'émerveillait comme eux devant la richesse du don reçu au baptême qui unit la créature à son Créateur et nous fait ainsi enfants de Dieu.
 La vie du baptisé est vie du Christ en lui. Demandons la grâce de consentir entièrement à ce que Dieu veut voir en nous. « Plus de résistance à Jésus, plus d'actions que pour Jésus, plus de pensées qu'en Jésus, enfin plus de vie que pour Jésus et le prochain », disait sainte Louise.
Les Noces de Cana
Il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui. (Jean 2,11) 
Le premier miracle de Jésus, le premier signe public de sa puissance divine, se produit à la prière de Marie. A la chapelle, la Vierge Marie nous invite à croire en la toute-puissance de son intercession : elle promet des grâces à ceux qui porteront la médaille avec confiance. Ainsi cet évangile de Cana est-il repris dans la liturgie de la messe de la fête de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, le 27 novembre.
 Comme autrefois à Cana, Jésus est toujours présent et agissant dans notre vie quotidienne. Recourons avec confiance à sa Mère : « Là où elle est, il y a tout », disait saint Jean Bosco.
L'Avènement du Royaume de Dieu
Les temps sont accomplis : le Règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. (Marc 1, 15)
Le coeur de saint Vincent de Paul, contenu dans un petit reliquaire doré, rappelle ici la miséricorde et l'amour gratuit de Dieu. Dans sa vie de prêtre, la prise de conscience de la misère spirituelle est décisive pour M. Vincent. Le recours au sacrement de réconciliation est le remède que Dieu lui suggère de prêcher aux pauvres gens des champs, le 25 janvier 1617, en la fête de la conversion de saint Paul. Cet événement a donné naissance à l'une des grandes oeuvres de son apostolat : la fondation de la Congrégation de la Mission.
 Laissons-nous entraîner dans la générosité de Dieu en allant recourir à l'Eglise qui, malgré toutes ses faiblesses, accomplit ce service de réconciliation de l'homme avec Dieu. La Vierge Marie, elle qui est sans péché, n'attend qu'un mot, qu'un geste, qu'un appel pour nous décider à recevoir le sacrement du pardon.
La Transfiguration
Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. (Marc 9, 2) 
La chapelle a été bénie solennellement le 6 août 1815, en la fête de la Transfiguration !
La Transfiguration du Seigneur jette une lumière éblouissante sur notre vie quotidienne. En se manifestant aux disciples, tel qu'il est réellement c'est-à-dire le Fils de Dieu, le Christ nous découvre le destin transcendant de notre nature humaine. Demandons par Marie la grâce de découvrir dans la divinité de Jésus un motif d'assurance dans l'apostolat, de foi et d'espérance dans l'épreuve.
L'Eucharistie
« Prenez, ceci est mon corps ». Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l'Alliance, répandu pour la multitude ». (Marc 14, 22 ; 24)
Le sacrement de l'Eucharistie est au centre de la spiritualité des trois grands saints de la Chapelle. Sainte Louise, quant à elle, est pleine de reconnaissance pour « cette invention amoureuse de s'unir à nous », dont le dessein est de « sanctifier les âmes par cette présence continuelle quoique invisible ».
Prions pour que toutes nos actions deviennent « actes eucharistiques », comme le Lavement des pieds que saint Jean a mis dans son évangile à la place de l'institution de l'Eucharistie. Dans l'Eucharistie nous unissons tous nos actes d'offrande à l'offrande de Jésus. Saint Vincent traduisait cela par son expression favorite : se donner à Dieu.
 Marie, premier tabernacle de l'histoire...
 
Les Mystères Douloureux
Ici commence l'histoire de la Passion du Christ. Ces dix-huit heures terribles endurées par Jésus avant sa mort nous découvrent les profondeurs de l'amour de Dieu pour nous. Elles sont la source de notre salut. La Passion selon saint Jean, que la liturgie romaine fait lire le vendredi saint, est la plus touchante. Non seulement Jean est un conteur sans pareil, mais il a vu et entendu. Disciple de la première heure et de la dernière, il écrit ses mémoires à Ephèse, à la fin du premier siècle.
Son évangile commence « au ciel », près de Dieu, avec un prologue impressionnant, d'où son symbole, l'aigle. Son récit possède une puissance d'évocation extraordinaire. Il fourmille d'images de la création : la lumière, l'eau, le vent, et des réalités familières de la vie: la vigne, le pain, le berger. C'est une image vivante de son Maître que Jean nous laisse, lui le témoin et l'ami. Cette méditation s'ouvre sur l'Agonie de Jésus à Gethsémani, où le Christ vit un moment particulièrement angoissant. Ce qu'il doit lui en coûter d'adhérer à la volonté du Père apparaît dans les mystères suivants, la Flagellation, le Couronnement d'épines, le Portement de Croix, le Crucifiement et la Mort. Ces mystères révèlent l'amour de Dieu et le sens même de l'homme et conduisent le croyant à revivre la mort de Jésus en se mettant au pied de la croix, près de Marie.
L'Agonie de Jésus à Gethsémani
Mon âme est triste à en mourir. Demeurez ici et veillez. (Marc 14,34)
La Sainte Vierge est apparue à Catherine, debout sur un demi-globe terrestre, ses pieds écrasant un serpent, symbole du Malin. Dans le combat spirituel, nous ne sommes pas seuls. Marie combat pour nous et avec nous, si nous lui demandons.
Pierre aime Jésus. Il se croit prêt à tous les sacrifices. Mais au moment crucial où Jésus a besoin de lui, il s'endort... Que la prière devienne l'acte le plus important de notre vie...
 Prier avec Jésus à l'heure de sa plus grande épreuve, c'est la première charité que nous pouvons avoir vis-à-vis de Lui.
La Flagellation
Alors Pilate ordonna d'emmener Jésus pour le flageller. (Jean 19,1)
Les experts ont relevé sur le linceul de Turin les empreintes d'environ 120 coups.
Parmi les victimes de la brutalité humaine, il y a ceux qui subissent la torture par fidélité à leur foi. Ordonné prêtre en cette Chapelle, en 1826, saint Jean-Gabriel Perboyre, Prêtre de la Mission, a subi le martyre en Chine en 1840 dans des conditions très proches de la Passion du Christ. Sa dépouille repose à la Chapelle Saint-Vincent-de-Paul.
Ouvrir les yeux, regarder la foule insouciante et indifférente devant le spectacle affreux des horreurs infligées à Jésus. Regarder les bourreaux déchaînés le frapper avec une cruauté inouïe… Demandons la grâce de compatir aux souffrances des autres et de nous unir à Jésus, comme Marie, dans nos souffrances. Comment oublier ce sang versé pour moi ?
Le Couronnement d'épines
Les soldats tressèrent une couronne d'épines, et la lui mirent sur la tête ; puis ils le revêtirent d'un manteau de pourpre. Ils s'avançaient vers lui et ils disaient : « Honneur à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient. (Jean 19, 2-3)
La couronne d'épines est vénérée à Notre-Dame tous les premiers vendredis du mois et les vendredis de Carême.
Tout le temps de son séminaire, soeur Catherine voit, pendant la messe, le Christ présent dans l'Eucharistie. Le 6 juin 1830, en la fête de la Sainte Trinité : « Notre Seigneur m'apparut comme un Roi, avec la croix sur sa poitrine...» Cette vision témoigne de la royauté eucharistique du Christ. De son tabernacle, Jésus-Hostie règne sur l'univers : Il est le Dieu tout-puissant, le Maître devant qui tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans les enfers.
Que la Vierge Marie nous aide à reconnaître en tout homme outragé la Sainte Face couronnée d'épines.
Le Portement de Croix
Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu dit Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha. (Jean 19, 17)
Au XVIIIe siècle se diffusent les 14 stations sous l'influence de saint Léonard de Port-Maurice qui en fit ériger 572, dont celui du Colisée à Rome. Chaque année, le Pape le parcourt au jour du Vendredi Saint.
Les 14 tableaux en marbre de Carrare qui couvrent les murs de la chapelle datent de 1930, centenaire des apparitions. Comme toujours, neuf stations illustrent des faits rapportés par les évangélistes, les cinq autres des épisodes rapportés par la tradition. Parcourir le chemin de croix, c'est pénétrer dans les profondeurs de l'amour de Dieu et découvrir la source de notre salut éternel. C'est aussi apprendre à porter les fardeaux les uns des autres.
Ceux qui ont applaudi aux miracles de Jésus, les amis des jours heureux, ont disparu. Un petit groupe de femmes lui est seul resté fidèle et le suit, ainsi que celui que Jésus aimait, comme se nomme lui-même saint Jean. Puissions-nous être désormais avec le petit groupe de ceux qui consolent Jésus par leur fidélité et leur amour.
Tous ces pauvres qui souffrent partout, c'est là mon poids et ma douleur, disait saint Vincent.
Le Crucifiement et la Mort de Jésus Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là le disciple la prit chez lui. (Jean 19, 25-27)
Jean tiendra auprès de la Mère de Jésus la place de son Fils qui va mourir, il l'abritera, la nourrira, l'aimera. Après sa mort, une ultime révélation de l'amour de Jésus nous est donnée par un dernier acte chargé de symbole : son coeur est transpercé par une lance et il en sort du sang et de l'eau.
 Au pied de la croix, Marie devient Mère des hommes. Le don de la médaille en notre chapelle, c'est le cadeau d'une mère qui protège et guide ses enfants pour les amener à Dieu. Et Dieu a choisi pour cela une chapelle dédiée au Sacré-Coeur !
 Demandons de contempler le Christ crucifié, perfection de l'amour, dans la messe qui renouvelle sans cesse le sacrifice de la croix. L'autel de nos églises est un nouveau calvaire.
En apparence, Jésus est abandonné de son Père, Marie est abandonnée de son Fils. Quand l'épreuve nous accable, regardons Jésus, regardons Marie.
 
Les Mystères Glorieux
La contemplation du visage du Christ ne peut s'arrêter à son image de crucifié. Il est le Ressuscité! Les mystères glorieux célèbrent le triomphe du Christ sur le pouvoir des ténèbres. Saint Matthieu, un des douze apôtres, ancien collecteur d'impôts, raconte avec détails les habitudes de vie en Palestine et il cite abondamment l'Ancien Testament pour démontrer que Jésus est bien le Messie attendu, le Roi de Juifs, celui qui accomplit les Ecritures. Il tient son symbole : l'homme, de ce qu'il commence son témoignage par la généalogie de Jésus. Avec un grand souci pédagogique, il propose une catéchèse en chapitres bien organisés : cinq grands discours puis la Passion. Et il fait découvrir l'Eglise, avec la conscience qu'elle est le véritable Israël, le peuple de Dieu qui portera du fruit. Nous revivons ici la joie de ceux à qui le Christ s'est manifesté, et la joie de Marie. A la gloire qui, par l'Ascension, place le Christ à la droite du Père, elle sera elle-même associée par l'Assomption. Enfin, par son Couronnement elle brille comme Reine des Anges et des Saints. Au centre de ce parcours glorieux du Fils et de sa Mère, la Pentecôte montre le visage de l'Eglise comme famille unie à Marie, ravivée par l'effusion de l'Esprit et prête pour la mission évangélisatrice.
 
La Résurrection ...je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. II n'est pas ici, car il est ressuscité, comme il l'avait dit. (Matthieu 28, 5-6)
L'ange confie aux femmes un message pour les Apôtres. Jésus lui-même vient à leur rencontre et leur réitère le même ordre.
 La Résurrection du Christ est le message central de notre foi. Nous la professons dans le Credo, ainsi que la résurrection des morts. A la chapelle, la présentation à la vénération des fidèles du coeur de saint Vincent, des reliques de sainte Louise et du corps de sainte Catherine, retrouvé intact en 1933, nous interpelle sur les fins dernières auxquelles nous sommes destinés. Avec saint Paul, osons dire dans l'espérance : « Ô mort, où est ta victoire ? ».
Que l'espérance, enracinée dans la victoire pascale du Christ ressuscité qui nous révèle le triomphe de la vie, stimule notre ardeur dans le combat pour la vie.
Nous sommes déjà sauvés. Notre bonne volonté suffit. Dieu est à nous et nous sommes à Dieu, si nous le voulons.
L'Ascension Saint Luc, le seul évangéliste qui évoque l'Ascension de Jésus, nous la raconte deux fois. Dans son Evangile, le récit est très bref, il est plus détaillé dans les Actes des Apôtres.
Tandis qu'il les bénissait, il se sépara d'eux et fut emporté au ciel. (Luc 24, 51)
 Le 40ème jour après sa Résurrection, Jésus apparaît une dernière fois à ses disciples dans le Cénacle, à Jérusalem. Après avoir partagé leur repas, il leur donne rendez-vous au mont des Oliviers. Jésus a donc refait le parcours de la nuit du Jeudi saint. La petite troupe dépasse le jardin de Gethsémani et gravit le mont des Oliviers jusqu'à son sommet. Là, Jésus adresse à ses disciples un solennel adieu, et après une dernière bénédiction, il s'élève majestueusement devant ses disciples prosternés, et bientôt une nuée lumineuse le cache à tous les regards.
Le dernier geste de Jésus est une bénédiction. Quelle délicatesse! Aujourd'hui, Jésus continue d'envelopper chacun de nous de la même sollicitude et du même amour que durant sa vie mortelle. A la chapelle, la bénédiction des médailles nous le rappelle. Par ce geste sacré de bénédiction institué par l'Eglise, nous sommes préparés à recevoir les grâces et disposés à y coopérer.
Jésus est monté au ciel mais il reviendra parmi nous. Au cours de chaque messe, après la Consécration, demandons avec ferveur le second « avènement de Jésus-Christ notre Sauveur ».

La Pentecôte
Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit-Saint. (Actes 2, 1-4)

Une belle mosaïque nous rappelle le souvenir lumineux de l'irruption du Saint-Esprit dans la vie de sainte Louise de Marillac. Le jour de Pentecôte 1623, en l'église St.-Nicolas-des-Champs à Paris, Louise reçut toute consolation et l'annonce de sa mission. Elle en gardera toute sa vie une dévotion particulière pour la troisième personne de la Trinité.
L'Esprit-Saint est à l'oeuvre dans l'Eglise et dans nos vies. Qu'à l'exemple des apôtres, transformés soudainement par la visite de l'Esprit de Dieu, nous devenions des ouvriers infatigables de son règne.Comme les apôtres, faire retraite avec Marie pour se rendre disponible à l'Esprit-Saint.

L'Assomption. 
l'Assomption de Marie, implicitement contenue dans l'Evangile et enseignée par l'Eglise.
 
La dernière demeure de la Sainte Vierge est probablement la ville d'Ephèse. Là, au terme de sa vie terrestre que la tradition orientale appelle dormition, Marie a été élevée en corps et en âme à la gloire du Ciel. Le corps de Marie n'a pas connu la corruption. Le 1er novembre 1950, Pie XII a proclamé solennellement le dogme de l'Assomption de Marie, participation singulière à la Résurrection du Christ et anticipation de notre propre résurrection. Ce privilège accordé à la Vierge Marie découle de sa maternité divine, exempte de toute faute personnelle et préservée du péché originel, du fait de son immaculée conception, la glorification de son corps a été immédiate.
C'est ici qu'en 1830 Catherine a vu la Sainte Vierge, « en chair et en os » a-t-elle dit, « vêtue d'une robe de soie blanche aurore ». Elle a reçu de Marie la mission de faire frapper une médaille dont la diffusion extraordinaire a préparé le dogme de l'Immaculée Conception, proclamé en 1854.Marie est la première créature à partager déjà la victoire du Christ ressuscité, nous montrant par avance la gloire qui nous est réservée. Demandons la grâce de ne pas passer un seul jour sans adresser à Marie, notre Mère, une fervente prière et, mieux encore, la récitation du chapelet.
Le couronnement de la Vierge Marie est Mère du Roi, Mère du Créateur et Mère du Sauveur. Marie est donc Reine.

En 1954, pour le centenaire du dogme de l'Immaculée Conception, le pape Pie XII a institué la fête liturgique de « La Sainte Vierge Marie, Reine », le 22 août. Il ne s'agit pas d'une nouvelle vérité à croire. En effet, la dignité royale de Marie a de tout temps été formulée dans les documents anciens de l'Eglise et dans les livres liturgiques. L'intention du pape était d'offrir aux chrétiens une occasion de louer Marie en ranimant la mémoire de cette tradition ancienne à laquelle correspond aussi une importante iconographie. Plus proche de nous, le Concile Vatican II a rappelé que la Vierge Immaculée, après avoir été élevée avec son corps et son âme à la gloire du ciel, a été exaltée par le Seigneur comme Reine de l'Univers. Il faut comprendre la royauté de Marie dans l'esprit de l'Evangile, c'est-à-dire comme un service. Marie est une Reine maternelle, puisqu'elle est notre Mère dans l'ordre de la grâce, et une Reine suppliante qui intercède pour chacun de nous.
Par la fresque céleste où règne Marie avec simplicité, par les deux Coeurs de la coupole, brûlants de Charité, par la Vierge au Globe qui porte avec amour la terre contre son coeur, par la Vierge aux Rayons couronnée et auréolée d'étoiles, ici nous contemplons Marie, associée parfaite de l'Unique Rédempteur, parfaite associée de l'Unique Médiateur.
Marie n'attend qu'une chose : qu'on lui demande de répandre en nos coeurs les grâces divines Celle qu'elle préfère, c'est de nous changer de pécheurs en saints...Aimer et faire aimer notre Reine.
La Médaille Miraculeuse
Les Apparitions de la Vierge Marie N.D. de la Médaille Miraculeuse 140 rue du Bac Paris 75007 Paris Tél : 01 49 54 78 88 Fax : 01 49 54 78 89 – Métro : Sèvres-Babylone - Vanneau
Soeur Catherine Labouré s'était couchée pleine d'espoir, ce 18 juillet 1830. C'était la fête du fondateur des Filles de la Charité: Saint-Vincent de Paul... et elle avait avalé la petite relique reçue de la Mère Supérieure en demandant au grand saint la faveur de voir un jour la Sainte-Vierge.
Vers minuit, elle fut réveillée par un petit enfant qui lui dit: "Ma soeur, tout le monde dort bien ; venez à la chapelle; la Sainte Vierge vous attend." Croyant rêver, Catherine se lève, s'habille et suit l'enfant. La maison est tout illuminée et les portes fermées à clef s'ouvrent facilement sous les doigts de l'enfant.
À la chapelle, Catherine est à peine agenouillée qu'elle entend le froufrou d'une robe de soie. La sainte Vierge est là, resplendissante. Elle s'asseoit dans le fauteuil de l'aumônier, Catherine se jette à ses genoux. Et pendant deux heures, la Vierge Marie parle à Catherine comme une mère qui se confie à son enfant. Catherine a les mains jointes sur les genoux de Marie...
Ensuite, la vie ordinaire, jusqu'au 27 novembre 1830. Ce soir-là, un samedi, vers 17h30, pendant que les Soeurs se trouvaient réunies à la chapelle pour la méditation, la Sainte Vierge revient.
Catherine l'aperçoit, debout, les pieds posés sur un globe terrestre, où s'agite un serpent de couleur verdâtre. La Vierge avait le pied posé sur le bête immonde. 

Elle dit à Catherine:
"Cette boule représente le monde entier, la France, chaque personne en particulier." (N'est-ce pas l'Immaculée Conception? Le démon cherchant à étendre son emprise et Marie qui entrave sa marche en le foulant au pied comme c'est annoncé dans la Bible?)
La Vierge tenait entre ses mains un globe plus petit surmonté d'une croix d'or. Elle l'offrait à Dieu d'un geste suppliant. (N'est-ce pas le symbole de sa Médiation universelle à côté du Médiateur et de sa royauté universelle?) Tout à coup les doigts de ses mains se remplissent d'anneaux porteurs de diamants qui jettent des rayons de tous côtés...Elle dit:
"C'EST L'IMAGE DES GRÂCES QUE JE REPANDS SUR LES PERSONNES QUI ME LES DEMANDENT..." Et pour expliquer les pierres qui ne projettent pas de rayons. Elle dit: "C'EST L'IMAGE DES GRÂCES QUE L'ON OUBLIE DE ME DEMANDER." À ce moment, se forme autour de la Vierge un tableau ovale sur lequel Catherine voit apparaître en lettres d'or: "Ô MARIE CONÇUE SANS PECHE PRIEZ POUR NOUS QUI AVONS RECOURS À VOUS! "
Puis le tableau paraît se retourner. C'est le revers de la médaille: un grand M, initiale de Marie, surmonté d'une croix. Au-dessus, les deux Coeurs: celui de Jésus, couronné d'épines; celui de Marie, percé par le glaive...douze étoiles entourent ce tableau. Catherine mourut 46 ans après les apparitions sans jamais avoir révélé son secret à d'autres qu'à son directeur. Son corps, parfaitement conservé, est dans la chapelle des apparitions, sous la statue de la Vierge au globe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Laure CARDON - dans Vidéos - Livres
commenter cet article

commentaires