Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 15:27

On avait encore au XIXe siècle, dans la cathédrale d'Aix, l'oratoire de Saint-Sauveur édifié par saint Maximin et Marie-Madeleine. Il a été démoli. On a trouvé à Saint-Victor de Marseille une très ancienne inscription chrétienne, la plaque funéraire de Volusianus et Fortunatus, et à la Gayolle, près de Brignoles dans le Var le plus ancien sarcophage chrétien de France.

Mais il fallut attendre Constantin au IVe siècle pour que les chrétiens puissent s'exprimer au grand jour. Les vestiges que nous avons de ces premiers temps du christianisme sont le reflet d'une Eglise déjà très vivante: de superbes sarcophages dont celui de Marthe et de Marie-Madeleine et des baptistères.

Les premiers chrétiens baptisaient les adultes par immersion dans un édifice spécifique nommé baptistère, situé près d'une église et souvent consacré à saint Jean-Baptiste. La base en était un bassin alimenté en eau. La taille du baptistère était proportionnelle au nombre des chrétiens et son luxe à la richesse de l'Eglise locale. Ils ont donc été agrandis et enrichis au fil des siècles. Les vestiges qui ont pu être étudiés prouvent à quel point l'Eglise était florissante entre Aix, Marseille et Saint-Maximin au Ve siècle :

 

Saint-Maximin

 En 1993, à côté de la basilique de Saint Maximin, des fouilles archéologiques mirent à jour un baptistère d'un plan carré de 10 m de côté, avec une piscine baptismale hexagonale d'1,43m de diamètre, des colonnades et des chapiteaux, des restes de mosaïques et des petits vases à eau bénite. Il était contigu à une basilique paléo-chrétienne du IVè siècle et daterait du Ve, époque à laquelle saint Cassien a pu baptiser les nombreux pèlerins qui demandaient le baptême. Par son importance il égale ceux de Fréjus et Riez qui étaient villes épiscopales,

 

Aix-en-Provence

 Le baptistère d'Aix se trouvait près de l'oratoire de Saint-Sauveur. Il est du Ve siècle, superbe lui aussi, entouré de huit colonnes antiques, de plan octogonal. La cuve baptismale, d'époque paléochrétienne est plaquée de marbre. Il est plus grand que celui de Saint-Maximin ce qui est normal puisque Aix était le siège de l'évêché.

 

Les pèlerinages

 Pour les chrétiens, partir en pèlerinage c'est faire une démarche spirituelle, quitter son quotidien pour mettre ses pas dans ceux du Christ, de la Vierge Marie ou des saints, demander leur protection et obtenir la rémission de ses péchés. Qu'on aille en Terre Sainte, à Rome, à Saint Jacques de Compostelle ou bien en Provence, les routes sont balisées de sanctuaires. Très tôt, l'accueil et la garde des lieux saints s'organisent. Ainsi, saint Cassien installe des moines à la Sainte Baume et à Saint-Maximin dès le Ve siècle. Ainsi, on sait que Clovis vint à Tarascon en 500, « frappé par la grandeur et la multitude des miracles », et que « à peine eut-il touché la tombe de la sainte, qu'il fut délivré d'un mal de reins très grave, qui l'avait vivement tourmenté » nous dit Raban Maur. Mais du VIe au Xe siècle la Provence va connaître des périodes troublées par la peste, les invasions sarrasines. Dès le XIe siècle les pèlerins reprennent la route en grand nombre. Les croisés descendent dans le Midi où ils embarquent pour la Terre Sainte. Saint Louis en 1248, avant d'embarquer à Aigues-Mortes pour la septième croisade, va se recueillir à Vézelay sur les reliques de Marie-Madeleine (on croyait que le corps de la sainte y avait été transporté). Six ans après, en 1254, à son retour, le moral très affecté par l'échec de la croisade, il débarque à Hyères et se rend à la Sainte Baume et à Saint-Maximin.

La route de Saint-Jacques de Compostelle pouvait passer par la Provence car il  était plus aisé et moins dangereux d'aller à Compostelle par la mer que par la terre. On embarquait donc à Marseille. Un bon exemple est celui de sainte Brigitte (la patronne des pèlerins) qui quitta la Suède en 1321 et  se donna une année pour faire son aller et retour à Compostelle. Elle viendra à la Sainte Baume et à Saint-Maximin, à Tarascon et à Arles avant d'embarquer à Marseille.

D'ailleurs, au pied de la Sainte Baume l'église est consacrée à saint Jacques.

De nombreux rois et reines sont montés à la Sainte Baume. Le superbe chemin que l'on emprunte pour atteindre la grotte ne s'appelle-t-il pas le Chemin des Rois? Le « Bon Roi René », Louis XI et François Ier, Henri IV, Louis XIII y sont venus et, en 1660, Louis XIV aussi, accompagné de sa mère Anne d'Autriche. Il présida à la translation des reliques de Marie-Madeleine dans une urne de porphyre. (Leur chemin devait les mener ensuite à Cotignac). De plus, les rois se montrèrent très généreux envers les sanctuaires et les religieux qui les gardaient. Ainsi, si la basilique de Saint-Maximin est dite « royale », c'est que sa construction et son entretien furent financés par les comtes de Provence puis par les rois de France jusqu'à la Révolution.  Il fallut attendre Louis XVIII et le pontificat de Pie VII pour que revive la Sainte Baume: en 1822, le pèlerinage du lundi de Pentecôte draina plus de quarante mille personnes à la grotte.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Divers vies de Saints
commenter cet article

commentaires