Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 15:23

Les saintes Marie-Jacobé et Marie-Salomé

 

 Que savons-nous d'elles ? Le « mémoire » liturgique en date du 24 mai  nous dit que « Le culte des saintes Marie-Jacobé et Salomé est confirmé, entre autres témoignages, par le concours de nombreux fidèles en l'église des Saintes-Maries-de-la-Mer où des grâces abondantes sont obtenues par leur patronage. Elles furent parmi les femmes qui accompagnaient Jésus au cours de sa vie apostolique et lui venaient en aide par leurs biens matériels. Marie-Jacobé était mère de Jacques le Mineur, de José et peut-être de Simon le Zélote et de Jude. Salomé était mère de Jacques le Majeur et de Jean. Fidèles, avec Marie et Marie-Madeleine, au temps de la Passion, elles vinrent au sépulcre le matin de Pâques, où un ange leur déclara que Jésus est vivant. Elles furent ainsi les premiers témoins de la Résurrection.

 

Elles ont embarqué ensuite avec Lazare, Marie-Madeleine, Marthe et leurs amis sur le bateau qui les déposa en Camargue, dans un endroit désertique. Ils y dressèrent un pauvre autel de terre pour remercier le Seigneur de les avoir menés à bon port et là une source d'eau douce se mit à sourdre. Les saintes Marie-Jacobé et Marie-Salomé décidèrent alors de rester en cet endroit béni alors que les autres partirent évangéliser la région. A leur mort, elles furent inhumées près de la source, dans l'oratoire.  On raconte qu'une égyptienne, Sara, les servaient.

 

On sait par le testament de saint Césaire d'Arles (Ve-VIe siècle) qu'une église existait à cet endroit, nommée Sainte Marie de la Barque, et qu'il l'avait donnée à des religieuses. Des pèlerinages y avaient été organisés très tôt. Après deux siècles d'occupation sarrasine, il ne restait rien et une nouvelle église fut reconstruite, toujours au-dessus de la source et de l'oratoire. C'est une église fortifiée qui date en partie de la fin du XIIe siècle, en partie des XIVe et XVe siècles, et qui est très connue aujourd'hui pour être le cœur de pèlerinages qui chaque année attirent les foules, de gitans particulièrement. La tradition voulant que les saintes aient leur sépulture sous l'église, en 1448 le Roi René demanda et obtint du Pape l'autorisation de mener des fouilles officielles dont le procès-verbal fut rédigé par Nicolas de Brancas, évêque de Marseille. On retrouva leurs corps qui exhalaient une merveilleuse odeur.

A voir : http://surlespasdessaintes.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Divers vies de Saints
commenter cet article

commentaires