Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 14:36

            Bernadette est née le 7 janvier 1844 ; Elle est l’aînée de six enfants q’une famille extrêmement pauvre. Elevée près de Lourdes Chez une nourrice dont elle garde les moutons, elle ne retourne au foyer familial que vers l’âge de treize ans. C’est une enfant chétive, souffrant de crises d’asthme et ignorante car elle n’est jamais allée à l’école.

            Le jeudi 11 février 1858, envoyée par sa mère ramasser du bois sur les bords du Gave avec sœur cadette Marie et une amie, Jeanne Abadie, Bernadette voit « une jeune fille, belle comme jamais elle n’en a vue, en robe blanche et ceinture bleue, un voile sur la tête, une rose d’or sur chaque pied » . L’apparition lui promet le bonheur dans l’autre monde. La Sainte Vierge lui apparaît ainsi dix-huit fois entre le 11 février et le 16 juillet, en un lieu dénommé Massabielle.


           
Le 23 février, la Vierge demande que des prêtres lui bâtissent une chapelle. Le 25, elle demande à Bernadette d’aller boire et se laver à la fontaine : Bernadette gratte la terre à l’endroit indiqué, une source naît et grossit de jour en jour. L’eau la guérit ainsi que d’autres habitants de Lourdes. Ce n’est qu’à la seizième apparition que la « Dame » lui révèle qu’elle est l’Immaculée Conception, confirmant ainsi le dogme récemment proclamé par Pie IX. Bernadette devient la proie des contradictions, des menaces, des insultes… On lui fait subir des interrogatoires épuisants auxquels, courageusement, elle fait face. La fillette souffre une vraie passion sans jamais taire la vérité de ce qu’elle a vu et entendu, mais son curé, l’abbé Peyramale reste prudent et l’évêque de Tarbes Mgr Laurence encore davantage. Mais en 1862 ils acceptent de déclarer que Marie est réellement apparue à Bernadette Soubirous.


           
Elle est alors prise en charge par les soeurs de la Charité de Nevers installées à Lourdes. Elle attend à lire, à écrire, étudie le catéchisme. En juillet 1866 elle fait son entrée au noviciat de Nevers. Devenue Sœur Marie-Bernard, elle est tour à tour sacristine et infirmière. La volontaire dureté de la Mère Supérieure, qui veut à tout prix sa fille « favorisée particulièrement » de devenir orgueilleuse, purifie encore davantage cette âme dont le destin exceptionnel ne parvient pas à ternir la simplicité et l’esprit d’enfance.


           
Au long de ses douze années de vie religieuse, Bernadette souffre de crises d’asthme de plus en plus violentes et fréquentes. En 1878 une tumeur au genou l’oblige à s’aliter. Ses derniers mois sont un martyre ; elle a peur de la mort et embrasse sans cesse son crucifix. Elle meurt le 16 avril 1879 en invoquant Marie et le ciel s’ouvre pour celle qui avait dit : « Marie est si belle que quand on l’a vue une fois, on voudrait mourir pour la revoir ». Bernadette est béatifiée en 1925 et canonisée en1933. Son tombeau à Nevers est un but de pèlerinage.


Le livre des Bannières Tome 1.

Association pour le Xvème centenaire de la France

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Bernadette
commenter cet article

commentaires