Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 15:54

            Marculphe ou Marcouf, premier moine dont le nom porte l’empreinte franque, est né à Bayeux de Parents nobles et riches. Tout jeune il est « enfant de lumière », recherche la solitude par la prière, désire entendre parler de choses divines, pratique la charité pour les pauvres, mène une vie studieuse et obéissante.

            Prêtre à trente ans, il évangélise le Cotentin, part en mission dans le diocèse de Coutances, d’Avranches désirant introduire ceux qui l’écoutent dans le mystère d’Amour de la Trinité, insistant sur la nécessité de croire et de pratiquer les bonnes œuvres. Adorer en esprit et en vérité ». Il exhorte avec force au mépris des richesses et des faux honneurs.

            Plein de douceur, il guérit aveugles, sourds, muets, boiteux, paralytiques. Après sa mort, les miracles sont nombreux et durent jusqu’à nos jours.

            Un ange en songe lui demande d’aller voir le roi Childebert pour obtenir la concession de Nanteuil (actuel Saint Marcouf) afin d’y installer un monastère où l’on prierait pour le roi, la nation des Francs et la Sainte Eglise.

            Durant les carême, il s’en échappe pour, à l’imitation du Christ, passer quarante jours en grande pénitence et solitude dans une île voisine.

            Il part aussi en Bretagne y établir la vraie foi et fonder des monastères et meurt à Nanteuil, le 1er mai 558, assisté de saint Lô.

Marcouf, pour remercier le roi du don de la terre de Nanteuil, a entrepris les pénitences les plus austères afin d’obtenir de Dieu la grâce, pour les rois de France, de guérir les écrouelles.

Après leur sacre, les rois viennent à Corbeny prier devant les reliques de Saint Marcouf, déposées en ce lieu après les invasions normandes. Ils entendent une messe, commencent une neuvaine, passent devant les malades, les bénissant du signe du croix en disant : « le roi te touchent, Dieu te guérit. » Cet usage sera maintenu jusqu’à Charles X ; Jeanne d’Arc y accompagna Charles VII. Pour le sacre de Louis XV, Louis XVI, Charles X, les reliques du saint sont portées à Reims et placées à côté de l’Evangile. « Le privilège des rois de France de guérir les écrouelles est une grâces donnée gratuitement » affirme Benoît XIV. Ce don a disparu avec Philippe 1er (1060-1108) excommunié pour désordres moraux et réapparu avec son fils Charles VII.

            « Autant la France a eu des monarques sacrées, autant saint Marcouf a vu des couronnes prosternées à ses pieds pour y honorer le glorieux protecteur de leur sceptre. »

 

Dom Oudard Bourgeois, prieur de Corbeny, au XIIème siècle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Marcouf
commenter cet article

commentaires