Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 22:24

Susception de la Couronne d’épines de Notre Seigneur Jésus-Christ par saint Louis à Villeneuve-l’Archevêque (act. Yonne) en 1239.

 

Le Capétien Baudouin II de Courtenay, empereur de Romanie, c’est-à-dire de Constantinople, avait engagé aux Vénitiens la Couronne d’épines et saint Louis s’en rendit acquéreur pour la somme énorme de 135 000 livres. Deux dominicains apportèrent la relique au roi, qui vint, en compagnie de ses frères Robert, comte d’Artois, Alphonse et Charles, la chercher à Villeneuve-l’Archevêque (dioc. De Sens). Le 19 août, elle fut déposée à Paris en la chapelle Saint-Nicolas. En 1241, le roi put acheter à ce même cousin d’autres insignes souvenirs de la Passion, un grand morceau de la Vraie Croix, des morceaux de la Sainte Lance, du Manteau de pourpre, de la Sainte Eponge, du Linceul et la translation eut lieu le 14 septembre à Paris. De 1241/43 environ à 1248 (dit Louis Grodecki), fut édifiée dans le Palais royal de la Cité et ainsi au cœur de Paris, la Sainte-Chapelle qui devait servir d’écrin à ces reliques si prestigieuses et dont le roi était propriétaire. La chapelle haute fut consacrée à la Sainte Couronne et à la Sainte Croix, et la chapelle basse à la Vierge (Notre-Dame de l’Etoile). Philippe IV le Bel ajouta au trésor le reliquaire du chef de saint Louis, merveille de l’art figurant le buste couronné de son grand-père et contenant le crâne de celui-ci (17 mai 1306) : cette présence symbolique du grand roi lui faisait dire que la tête du royaume de France était la Sainte Chapelle. L’iconographie des vitraux soulignait les connexions entre la royauté du Christ et le royaume de France à la suite des rois de Juda. « Grâce à saint Louis, ce n’est pas seulement l’empire chrétien de Constantin que la France désormais relaye. Elle est devenue, elle doit rester une seconde Jérusalem, elle doit avoir à cœur d’être le « saint royaume », la vraie fille aînée de l’Eglise, le vestibule de la Jérusalem des cieux. Elle doit être, avec l’Agneau, de tous les combats de la foi, se donner pour mission de glorifier et d’étendre le règne du Christ, l’unique et véritable roi » (dom Edouard Guillou, m.b.). Saint Louis instaura deux fêtes en l’honneur des reliques, le 11 août 1297, par Boniface VIII. Tous les reliquaires furent détruits en 1791 et 1793. Les reliques elles-mêmes furent portées à Saint-Denis et une grande partie disparut dans la tourmente. La Couronne d’épines est actuellement déposée au trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ce qui reste du trésor de la Sainte Chapelle est réparti entre la Bibliothèque nationale (cabinet des médailles, département des manuscrits) et le Musée du Louvre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Louis Roi de France
commenter cet article

commentaires