Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 21:12

 

Né en 1786 à Dardilly près de Lyon, fils d’un modeste agriculteur, Jean-Marie Vianney n’apprend à lire qu’à l’age de dix-huit ans, grâce aux leçons de l’abbé Balley, curé d’Ecully, une commune voisine de Dardilly. En 1811, l’abbé Balley parvient à le faire admettre au séminaire, mais il en est congédié deux ans plus tard tellement les qualités intellectuelles lui font défaut. L’abbé Balley s’attelle de nouveau à la tâche et se fait le répétiteur de ce séminariste bien faible qui reste désespérément imperméable au latin.

            Présenté à un examen de rattrapage, Jean-Marie échoue, mais devant la pénurie de prêtres, conséquence de la fermeture des séminaires pendant la période révolutionnaire, on finit par l’admettre au sacerdoce en envisageant de lui interdire le ministère de la confession. Jean-Marie Vianney est ainsi ordonné prêtre le 13 août 1815. Il est nommé vicaire à Ecully auprès de son bienfaiteur et le demeure jusqu’à la mort de ce dernier, trois années plus tard. L’abbé Vianney est alors nommé à Ars, un petit village, de 230 habitants situé à 35 km de Lyon.

            C’est là que Jean-Marie Vianney devient le Curé d’Ars. Il est presque constamment à l’église priant Dieu présent dans le tabernacle et Marie qui tenait une grande place dans sa vie de prêtre. Il acquiert une réputation de prédicateur et surtout de confesseur qui atteint la France entière.

            Gratifié du don de discernement des esprits, il lit dans les cœurs, permet aux pêcheurs de se convertir, rend la foi à ceux qui l’ont perdue, réveille les ferveurs assoupies et apaise les consciences tourmentées.

            A partir de 1830 on compte jusqu’à 100 000 pénitents qui viennent recourir au ministère du Curé d’Ars. Celui-ci confesse de douze à dix-huit heures par jour et s’impose un ascétisme rigoureux. Pendant 35 ans, de 1824 à 1858, il doit lutter contre les assauts du démon qui le tourmente sans relâche. A trois reprises, épuisé par son ministère et s’en estimant incapable, le curé d’Ars cherche à s’enfuir pour s’enfermer à la Trappe, mais à chaque fois il est ramené par les habitants à son presbytère.

            Il meurt épuisé le 4 août 1859 à l’âge soixante-treize ans et devient le patron et le modèle des curés de paroisse.

Béatifié le 8 janvier 1905, il est déclaré la même année, “patron des prêtres de France”. Canonisé en 1925 par Pie XI (la même année que sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus), il sera proclamé en 1929 “patron de tous les curés de l'univers”. Aujourd'hui Ars accueille 450000 pèlerins par an et le Sanctuaire propose différentes activités. Un séminaire a été ouvert en 1986, qui doit former les futurs prêtres à l'école de "Monsieur Vianney". Car, Là où les saints passent, Dieu passe avec eux !

« Un seul je vous salue Marie bien dit fait trembler tout l’enfer » St Jean-Marie Vianney

Le livre des Bannières Tome I Association pour le XV ème centenaire de la France

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Jean-Marie Vianney
commenter cet article

commentaires