Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 15:55

L'idéal de Sainteté a considérablement évolué entre le début de notre ère et la période mérovingienne :

 

*      vers le IIIe : le Saint était un martyr, comme Saint Denis ou Saint Valentin, à l'origine de la célèbre fête des amoureux du 14 février. Il sera exécuté pour avoir continué à célébrer des mariages catholiques à une époque où les romains s'y opposaient.

*      entre le IVe et le Ve : il s'agissait plutôt d'un confesseur ou d'un ermite,

*      à partir du VIe : la carence des structures politiques et sociales va rendre la sainteté active. Elle se développe dans l'effondrement des cadres de la cité et devient une action pragmatique au service de la collectivité en donnant naissance aux 1ères communautés monastiques en occident : on peut citer en exemple Saint Martin ou Cassien (après avoir été moine à Bethléem pendant 20 ans, il fondera la monastère Saint-Victor à Marseille vers 415).

 

Saint Benoit de Nursie, patron de la chrétienté occidentale (490 - 547)

 

Benoit naît en 490 en Nursie en Italie centrale et ses parents aisés le destinent à une carrière administrative. Sa ferveur l'incite à vivre en ermite dans une grotte pendant 3 ans pour se consacrer à la prière et la méditation religieuse : "Voulant plaire à Dieu seul, il habita avec lui-même sous le regard de Dieu" (citation du pape Grégoire le Grand, 540-604).

 

Benoit accepte d'être abbé, détail d'une fresque du cloître de Monte Oliveto Maggiore

       

Il s'établit en 534 au mont Cassin (en Italie entre Rome et Naples) et y fonde un monastère dans lequel il rédigera sa célèbre "règle monastique de Saint Benoit" jusqu'à sa mort en 547. Cette règle décrit la vie spirituelle et matérielle des moines ainsi que l'organisation du monastère en faisant preuve d'une grande compréhension de la psychologie humaine. Il s'est probablement inspiré de textes anciens de Basile et de Cassien (qui a fondé le monastère Saint-Victor à Marseille vers 415).

 

Le monastère du mont Cassin sera détruit par les lombards à la fin du VIe, et la dépouille de Saint Benoit sera retrouvée dans les ruines au VIIe avant d'être transférée à l'abbaye de Fleury-sur-Loire.

 

En introduisant une règle monastique équilibrée, fondée sur la réhabilitation du travail manuel et du travail intellectuel et en invitant aussi ses moines à redécouvrir l'héritage intellectuel de l'Antiquité, Saint Benoît a ouvert la voie à un monde nouveau :

 

*      le pape Grégoire le Grand (590-604) s'emploiera à diffuser cette règle, ce qui contribuera au développement des abbayes bénédictines dans toute l'Europe durant les VII et VIIIe,

*      Charlemagne va largement promouvoir cette règle dans le but de pacifier et d'unifier son territoire. En 817, son fils Louis le Pieux imposera à tous les monastères d'occident de la respecter,

*      le nom de "Benoit" donnera naissance à l'ordre des "bénédictins", ordre d'appartenance des futurs clunisiens et cisterciens : il peut à juste titre être considéré comme le père du monachisme occidental.

 

Cette performance est d'autant plus remarquable qu'elle intervient dans une société en décomposition où la paix romaine a depuis longtemps cédé la place aux guerres entre barbares. Il s'agit du legs spirituel le plus important que la période mérovingienne laissera aux siècles suivants.

 

Saint Benoît de Nursie a mérité pour cela d'être proclamé en 1958 père de l'Europe et saint patron de la Chrétienté occidentale.

       

Règle de Saint Benoit

 

L'objectif de cette règle est de parvenir à la sainteté en laissant la "grâce de Dieu agir progressivement en soi" :

 

*      respect du silence pour laisser parler Dieu,

*      obéissance au supérieur,

*      humilité, pauvreté et charité,

*      partage du temps entre 8 prières quotidiennes (dont les vigiles entre 2 et 3h du matin), le travail manuel (conçu comme une libération spirituelle) et les lectures sacrées (lectio divina).

 

La règle de Saint Benoît distille en fait certains concepts étonnamment modernes ... qui font aujourd'hui encore référence en matière de management.

Sur ses 73 chapitres, dont certains sont périmés ou sans lien avec l'entreprise, on peut citer :

 

*      le fait que le travail quotidien soit clairement réparti : chacun sait ce qu'il doit faire avec une répartition des tâches individuelles et un roulement pour les tâches d'intérêt général,

*      le rôle qui est confié à l'abbé : "une fois nommé, l'abbé saura qu'il doit servir et non asservir". Il doit donc remplir sa mission et accompagner ceux qu'il dirige dans l'accomplissement de la leur". C'est ce qu'on demande aujourd'hui au manager !

*      la notion de prise en compte de l'individualité en "se pliant aux caractères multiples et en s’adaptant à tous selon les dispositions et l'intelligence de chacun".

*      la collégialité des prises de décision : "chaque fois que des affaires importantes devront être traitées au monastère, l'abbé convoquera toute la communauté et dira lui-même de quoi il s'agit. Après avoir entendu l'avis des frères, il réfléchira et fera ce qu'il juge le plus utile". Cette position ne ferait pas l'unanimité dans tous les conseils d'administration !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Benoît
commenter cet article

commentaires