Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 15:05

Lors de la troisième apparition, Marie dit à Bernadette : “ Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours. ”
Marie attend Bernadette.
Marie nous attend.
Nous ne resterons pas quinze jours à Lourdes.
Il est donc d’autant plus important de nous préparer, de demander à la Vierge de nous préparer.

Chaque jour, nous méditerons un des mystères du Rosaire dans lequel Marie est présente.

Nous partirons d’un texte de l’Ecriture.

Nous réciterons ensuite une dizaine de chapelet.

Selon la recommandation du pape Jean-Paul II dans sa Lettre apostolique sur le Rosaire, nous inclurons dans le “ Je vous salue Marie ” la mention du mystère contemplé.

Nous offrirons cette dizaine de chapelet à une intention qui corresponde à une des principales missions de Lourdes : la méditation nous aura orientés dans cette direction.

Evidemment, bien d’autres lectures du texte de l’Ecriture seraient légitimes.

1er jour - L'Annonciation 2ème jour - La Visitation 3ème jour - La Nativité 4ème jour - La Présentation de Jésus au Temple 5ème jour - Jésus, perdu et retrouvé au Temple 6ème jour - Les noces de Cana  7ème jour - Marie à la Croix 8ème jour - La Pentecôte  9ème jour - L'Assomption et le couronnement de la Vierge

1er jour  L'Annonciation

Luc 1, 26-38Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit : “ Réjouis-toi, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. ” A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l’ange lui dit : “ Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. ” Mais Marie dit à l’ange : “ Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? ” L’ange lui répondit : “ L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; car rien n’est impossible à Dieu. ” Marie dit alors : “ Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! ” Et l’ange la quitta.

Marie a dit “ oui ”. Elle est la servante du Seigneur. Nous offrirons cette dizaine à l’intention de tous les bénévoles de Lourdes qui se mettent au service de Dieu en la personne de leurs frères, particulièrement les personnes malades et handicapées.

2ème jour La Visitation

Luc 1, 39-56 En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth. Et il advint, dès qu’Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit : “ Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! Et comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? Car, vois-tu, dès l’instant où ta salutation a frappé mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en mon sein. Oui, bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de qui lui a été dit de la part du Seigneur ! ” Marie dit alors : “ Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur, parce qu’il a jeté les yeux sur l’abaissement de sa servante. Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom, et sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras, il a dispersé les hommes au coeur superbe. Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles. Il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides. Il est venu en aide à Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricorde, - selon qu’il l’avait annoncé à nos pères - en faveur d’Abraham et de sa postérité à jamais ! Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Comme Marie à la visite de l’ange, Elisabeth est surprise par la visite de Marie. “ Surprise ” : le mot est faible. “ Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? ” C’est aussi la surprise de Bernadette qui jusqu’à la 16ème apparition, le 25 mars, n’ose pas affirmer que c’est la Vierge qui lui apparaît.La conversion naît d’une surprise : comment se fait-il que le Seigneur s’intéresse à moi ? que je compte à ses yeux ? Nous offrirons cette dizaine pour que les hommes, et nous-mêmes les premiers, entendions les appels à la conversion et que nous fassions pénitence comme Jean-Baptiste, Jésus et Marie nous le demandent.

3ème jour La Nativité

Luc 2, 1-20 Or, il advint, en ces jours-là, que parut un édit de César Auguste, ordonnant le recensement de tout le monde habité. Ce recensement, le premier, eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville. Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée, à la ville de David, qui s’appelle Bethléem - parce qu’il était de la maison et de la lignée de David - afin de se faire recenser avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. Or il advint, comme ils étaient là, que les jours furent accomplis où elle devait enfanter. Elle enfanta son fils premier-né, l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’ils manquaient de place dans la salle. Il y avait dans la même région des bergers qui vivaient aux champs et gardaient leurs troupeaux durant les veilles de la nuit. L’Ange du Seigneur se tint près d’eux et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa clarté ; et ils furent saisis d’une grande crainte. Mais l’ange leur dit : “ Soyez sans crainte, car voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David. Et ceci vous servira de signe : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche. ” Et soudain se joignit à l’ange une troupe nombreuse de l’armée céleste, qui louait Dieu, en disant : “ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes objets de sa complaisance ! ” Et il advint, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, que les bergers se dirent entre eux : “ Allons jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé et que le Seigneur nous a fait connaître. ” Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche. Ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant ; et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers. Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son coeur. Puis les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, suivant ce qui leur avait été annoncé.

Le Messie est né dans la ville de David, Bethléem : Dieu est fidèle à ses promesses. Mais le message des anges vaut pour le monde entier : tout homme est appelé à rendre gloire à Dieu, son Créateur, et tout homme, aimé de Dieu, reçoit de lui une promesse de salut et de paix. A Lourdes, depuis longtemps, les pèlerins prient pour la paix.Tout particulièrement lors du Pèlerinage militaire international auquel participent des pays qui se sont souvent fait la guerre. Nous offrirons cette dizaine pour la paix entre les peuples, dans la société et dans les familles.

4ème jour La Présentation de Jésus au Temple

Luc 2, 27-38 Il vint donc au Temple, poussé par l’Esprit, et quand les parents apportèrent le petit enfant Jésus pour accomplir les prescriptions de la Loi à son égard, il le reçut dans ses bras, bénit Dieu et dit : “ Maintenant, Souverain Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël. ” Son père et sa mère étaient dans l’étonnement de ce qui se disait de lui. Syméon les bénit et dit à Marie, sa mère : “ Vois ! cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction - et toi-même, une épée te transpercera l’âme ! - afin que se révèlent les pensées intimes de bien des coeurs. ” Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanouel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge. Après avoir, depuis sa virginité, vécu sept ans avec son mari, elle était restée veuve ; parvenue à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le Temple, servant Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle louait Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Marie et Joseph offrent l’Enfant Jésus à Dieu son Père, comme tout premier-né en Israël. Toute la vie de Jésus sera une offrande. Il venait accomplir les sacrifices de l’ancienne Alliance et il s’offre toujours pour nous dans l’Eucharistie. L’Ecriture lui applique le verset du psaume 40, 7 : Tu ne voulais sacrifice ni oblation, tu m’as ouvert l’oreille. Tu n’exigeais holocauste ni victime, alors j’ai dit : Voici, je viens. Quand il s’est adressé aux personnes malades et handicapées, à Lourdes, le 15 août 1983, le pape Jean-Paul II, gravement blessé deux ans plus tôt, leur disait que, pour un chrétien, “ le plus beau geste à faire est celui de l’oblation ”. Nous réciterons donc cette dizaine à l’intention des malades, des handicapés, de leurs familles, pour qu’ils trouvent dans l’offrande d’eux-mêmes une issue à leur mal.

5ème jour Jésus, perdu et retrouvé au Temple

Luc 2, 41-52 Ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Et lorsqu’il eut douze ans, ils y montèrent, comme c’était la coutume pour la fête. Une fois les jours écoulés, alors qu’ils s’en retournaient, l’enfant Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. -Le croyant dans la caravane, ils firent une journée de chemin, puis ils se mirent à le rechercher parmi leurs parents et connaissances. Ne l’ayant pas trouvé, ils revinrent, toujours à sa recherche, à Jérusalem. - Et il advint, au bout de trois jours, qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant ; et tous ceux qui l’entendaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses. - A sa vue, ils furent saisis d’émotion, et sa mère lui dit : “ Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés. ” - Et il leur dit : “ Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? ” Mais eux ne comprirent pas la parole qu’il venait de leur dire. Il redescendit alors avec eux et revint à Nazareth ; et il leur était soumis. Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son coeur. - Quant à Jésus, il croissait en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes.

Cet épisode annonce la mort et la résurrection du Seigneur : c’est au troisième jour que Jésus est retrouvé et qu’il ressuscite. Mais, chez Marie et Joseph, à cette heure-là, c’est l’incompréhension qui domine. Pourtant, sa mère “ garde fidèlement toutes ces choses en son coeur ” et la vie familiale reprend à Nazareth.Dans la société et dans l’Eglise, il faut tâcher au maximum de se comprendre. Mais l’effort n’est pas toujours couronné de succès. Il faut apprendre à vivre avec ceux que nous ne comprenons pas et qui ne nous comprennent pas, ceux que nous excluons ou qui se considèrent comme exclus.De son temps et aujourd’hui, Jésus est le grand Exclu. Et pourtant, c’est lui, le Sauveur. Nous réciterons cette dizaine pour tous ceux qui se sentent incompris ou exclus.

6ème jour Les noces de Cana

Jean 2, 1-11 Le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était. Jésus aussi fut invité à ces noces, ainsi que ses disciples. Or il n’y avait plus de vin, car le vin des noces était épuisé. La mère de Jésus lui dit : “ Ils n’ont pas de vin. ” Jésus lui dit : “ Que me veux-tu, femme ? Mon heure n’est pas encore arrivée. ” Sa mère dit aux servants : “ Tout ce qu’il vous dira, faites-le. ” Or il y avait six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs, et contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus leur dit : “ Remplissez d’eau ces jarres. ” Ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : “ Puisez maintenant et portez-en au maître du repas. ” Ils lui en portèrent. Lorsque le maître du repas eut goûté l’eau changée en vin - et il ne savait pas d’où il venait, tandis que les servants le savaient, eux qui avaient puisé l’eau - le maître du repas appelle le marié et lui dit : “ Tout homme sert d’abord le bon vin et, quand les gens sont ivres, le moins bon. Toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à présent ! ” Tel fut le premier des signes de Jésus, il l’accomplit à Cana de Galilée et il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.

Marie voit la honte qui va frapper cette famille imprévoyante. A Lourdes, Marie voit les attentes des pèlerins et les pèlerins ont confiance dans son amour maternel.Marie n’opère pas de miracle. C’est son Fils qui fera couler le vin de la Nouvelle Alliance : Cana annonce la Cène et la Croix. Marie joue cependant un rôle décisif en disant aux serviteurs : “ Faites tout ce qu’il vous dira. ” Elle est bien placée pour leur donner cet ordre, elle qui a répondu à l’ange : “ Qu’il me soit fait selon ta parole. ”Nous offrirons cette dizaine de chapelet pour les jeunes qui cherchent leur voie. Marie leur dit, en leur montrant son Fils : “ Faites tout ce qu’il vous dira. ”

7ème jour Marie à la Croix

Jean 19, 25-37Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d’elle, le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : “ Femme, voici ton fils. “ Puis il dit au disciple : “ Voici ta mère. “ Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit chez lui. Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : “ J’ai soif. ” Un vase était là, rempli de vinaigre. On mit autour d’une branche d’hysope une éponge imbibée de vinaigre et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : “ C’est achevé ” et, inclinant la tête, il remit l’esprit. Comme c’était la Préparation, les Juifs, pour éviter que les corps restent sur la croix durant le sabbat - car ce sabbat était un grand jour -, demandèrent à Pilate qu’on leur brisât les jambes et qu’on les enlevât. Les soldats vinrent donc et brisèrent les jambes du premier, puis de l’autre qui avait été crucifié avec lui. Venus à Jésus, quand ils virent qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais l’un des soldats, de sa lance, lui perça le côté et il sortit aussitôt du sang et de l’eau. Celui qui a vu rend témoignage - son témoignage est véritable, et celui-là sait qu’il dit vrai - pour que vous aussi vous croyiez. Car cela est arrivé afin que l’Écriture fût accomplie : Pas un os ne lui sera brisé. Et une autre Écriture dit encore : Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé.

La veille de sa Passion Jésus a institué l’eucharistie et a demandé aux apôtres de “ faire cela en mémoire ” de lui. Chaque fois que nous célébrons l’eucharistie, “ nous annonçons la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne ” (1 Corinthiens 11, 26). Parce qu’il est ressuscité, nous pouvons aujourd’hui communier à son corps livré et à son sang versé. Le pape Jean-Paul II a parlé de Marie, “ femme eucharistique ”. Le vieillard Syméon lui avait dit qu’elle serait transpercée par la douleur comme par une épée. La prophétie se réalise à l’heure où la lance du soldat transperce le côté de son Fils : “ Et il en sortit du sang et de l’eau. ”Nous offrirons cette dizaine de chapelet pour que les chrétiens se nourrissent de l’eucharistie et apprennent ce qu’est une vie eucharistique, à la suite du Christ, de sa Mère et de Bernadette.

8ème jour La Pentecôte

Actes 2, 1-4 Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent alors remplis de l’Esprit-Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

L’Esprit-Saint descend sur les apôtres. C’est la naissance de l’Eglise. Marie est présente. Elle n’est peut-être pas au centre, comme sur la mosaïque de la basilique du Rosaire. Mais elle est là et celle que Jésus a donnée comme mère au disciple bien-aimé n’abandonne pas l’Eglise au long de sa difficile croissance au long des siècles. Une mère de famille n’aime pas que ses enfants se disputent. L’Esprit-Saint a permis aux apôtres, le jour de la Pentecôte, de dire en diverses langues les “ merveilles de Dieu ”. Diverses langues, mais une même parole. Nous offrirons cette dizaine de chapelet pour l’unité des chrétiens.

9ème jour L’Assomption et le couronnement de la Vierge

Apocalypse 12, 1 Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête.

Comme elle a été associée à la Passion de son Fils, Marie est associée à sa Résurrection. Ne cherchons pas parmi les morts celle qui est vivante. Elle est entrée dans le Royaume.Tout homme est appelé à entrer dans ce Royaume. Au Dernier Jour, c’est sur l’amour que nous serons jugés, quelle qu’ait été notre religion. C’est pourquoi nous prierons pour les relations entre les religions. Que chacune d’elle inspire l’amour à ceux qui la suivent et, entre elles, que règne la concorde et jamais la guerre.Lors de la troisième apparition, Marie dit à Bernadette : “ Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours. ” Marie attend Bernadette. Marie nous attend. Nous ne resterons pas quinze jours à Lourdes. Il est donc d’autant plus important de nous préparer, de demander à la Vierge de nous préparer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Rosaires médités
commenter cet article

commentaires