Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 13:43

Historique Au XVIIème siècle, après une importante victoire due à la protection de la Sainte Vierge, l'empe­reur Ferdinand II fonde à Prague un couvent de Carmes déchaussés.

 

En 1628. la princesse Polixène de Lobskowitz offre aux religieux une statue en cire représentant l'Enfant-Jésus. Haute de 48 centimètres, cette statue représente le divin Enfant debout, la main droite levée pour bénir, un globe d'or à la main gauche. Une couronne, symbole de la Majesté royale, brille sur la tête de l'Enfant-Dieu.

 

« Mes Pères, déclara la donatrice, je vous remets ce que j'ai de plus cher. Honorez cette représen­tation du Dieu-Enfant et il ne vous manquera plus de rien. »

 

En 1631, l'armée de Saxe s'empara de la ville de Prague. Le couvent des Carmes fut pillé, la sta­tue de l'Enfant-Jésus eut les mains arrachées et on s’en débarrassa derrière l'autel. Sept ans plus tard, le père Cyrille la retrouva, aussi pure et blanche qu'avant l'invasion. Un jour, alors qu'il s'agenouillait devant elle, il entendit la voix de l’Enfant-Jésus : "Ayez pitié de moi et j'aurai pitié de vous.., Rendez-moi les mains que l'on m'a coupées et je vous donnerai la paix. Plus vous m’honorerez, plus je vous favoriserai de mes grâces. »

 

Mais la communauté vivait dans un dénuement extrême et le père Cyrille ne pouvait que prier Dieu d'envoyer une bonne âme pour restaurer la divine statue. Alors qu'il répétait cette prière, la même voix se fit entendre "Placez-moi à l'en­trée de la sacristie et alors quelqu'un aura pitié de moi". De fait, un homme riche se présenta tout aussitôt, sollicitant la faveur de se charger de la réparation.

 

C'est en 1638 que la Sainte Vierge révéla au père Cyrille que son Fils voulait résider dans une égli­se qui lui serait consacrée (jusqu'alors, la statue de l'Enfant-Jésus avait été placée dans différentes parties du couvent). Il fallut attendre près de vingt ans la concrétisation de ce projet. Jean-Ernest et François de Talmberg firent construire dans l'église de Notre-Dame de la Victoire, une splendide chapelle en l'honneur de l'Enfant-Jésus. Le 19 mars 1656, jour de la fête de saint Joseph, la statue y fut installée solennellement avec tous les honneurs.

 

La dévotion toujours croissante des fidèles, qui connut son apogée de 1668 à 1741, rendit trop exigu le sanctuaire. On mit alors toute l'église à disposition de la piété populaire. La suppression des ordres religieux, sous l'empe­reur Joseph II, conduisit à la fermeture, pour la seule ville de Prague de soixante-dix églises, cha­pelles et couvents. Le monastère des Carmes ne fut pas épargné mais l'église Notre-Dame de la Victoire, providentiellement transformée en église paroissiale,  resta ouverte. Aussi  le culte  de l'Enfant-Jésus ne se perdit-il jamais complètement.

 

Vieille maintenant de trois siècles, cette dévotion à la Statue miraculeuse de Prague, s'est aujour­d'hui propagée un peu partout. Ainsi que l'écri­vait un historien du siècle dernier : « Tous ceux qui approchent de cette Statue miraculeuse et prient avec foi devant elle, obtiennent assistance dans les périls, consolation dans les tristesses, secours dans la pauvreté, soulagement dans les angoisses, lumière dans les ténèbres, grâces dans les aridités, santé dans les maladies, espérance aux heures de découragement. L'œil si doux de l'Enfant-Jésus, ses lèvres souriantes ont des charmes auxquels ne savent résister même les âmes les plus insensibles. Il n'est pas de douleur si aiguë, de fièvre si violente, d'infirmité  si grave, de plaie si profonde,   d'accidents si fâcheux, de folie si dangereuse, d'influence dia­bolique si puissante, en un mot, il n'est aucun mal auquel le divin Enfant n'ait apporté remède et procuré la guérison C'est encore Lui qui met la paix dans les familles, termine les procès, bénit les unions stériles, donne l'ouvra­ge ou un emploi à ceux qui en manquent, fait réussir les examens..

 

 "Allons donc à Lui avec confiance !

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Enfant Jésus
commenter cet article

commentaires