Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 21:30

« Cette consécration, dit Monseigneur Bougaud, a quelque chose

de solennel et de tragique, comme les derniers cris d'un naufrage

qui cherche encore a sauver ceux qu'il aime et qui ne le peut plus »

 

En voici le texte :

« Vous voyez, 0 mon Dieu, toutes les plaies qui déchirent mon cœur

et la profondeur de l'abîme dans lequel je suis tombé. Des maux sans

nombre m'environnent de toutes parts. A mes malheurs personnels

et à ceux de ma famille, qui sont affreux, se joignent, pour accabler

mon âme, ceux qui couvrent la face du royaume.
Les cris de tous les infortunes, les gémissements de la religion

opprimée retentissent à mes oreilles, et une voix interieure m'avertit

encore que peut-etre, votre justice me reproche toutes ces calamites,

parce que dans les jours de ma puissance, je n'ai pas reprimé la

licence du peuple et l'irreligion qui en sont les principales sources;

parce que j'ai fourni moi-même des armes à l'hérésie qui triomphe,

en la favorisant par des lois qui ont doublé ses forces et lui ont

donné l'audace de tout oser.

 

« O Jésus-christ, divin rédempteur de toutes nos iniquités, c'est dans

votre Cœur adorable que je veux déposer les effusions de mon âme affligée.

J'appelle a mon secours le tendre coeur de Marie, mon auguste protectrice

et ma mère et l'assistance de saint Louis, mon patron et le plus illustre de

mes aieux.

« Ouvrez-vous Cœur adorable et par les mains si pures de mes puissants
intercesseurs, recevez avec bonté des vœux satisfactoires que la

confiance m'inspire et que je vous offre comme l'expression naïve de mes

sentiments.

« Si, par un effet de la bonté infinie de Dieu, je recouvre ma liberté,

ma couronne et ma puissance royale, je promets solennellement :

 

« 1° De révoquer le plutôt possible toutes les lois qui me seront indiquées
soit par le Pape soit par un Concile, soit par quatre évêques choisis

parmi les plus éclairés et les plus vertueux de mon royaume...

notamment la Constitution Civile du Clergé.

« 2° D'établir, en suivant les formes canoniques, une fête solennelle

en L'honneur du Sacré-Cœur de Jésus laquelle sera célébrée à perpétuité

dans toute la France...

 

« 3° D'aller moi-même..., après ma délivrance, dans I'Eglise Notre-Dame de
Paris... prononcer un acte solennel de consécration de ma personne, de ma

famille et de mon royaume au Sacré-Cœur de Jésus...

 

« 4° D'ériger et de décorer a mes frais, dans I'église que je choisirai, une

chapelle ou un autel qui sera dédié au Sacré-Cœur de Jésus.

 

« 5° Enfin, de renouveler tous les ans, au lieu ou je me trouverai,

le jour qu'on célébrera la fête du sacré-cceur, l'acte de consécration

exprime dans I'article troisième et d'assister à la procession générale

qui suivra la messe de ce jour .

 

« Je ne puis, aujourd'hui, prononcer qu'en secret cet engagement, mais je le
signerais de mon sang s'il le fallait; et le plus beau jour de ma vie sera celui

ou je pourrai le publier à haute voix dans le temple.

 

« O Cceur Adorable de mon Sauveur, que j'oublie ma main droite et que je
m'oublie moi-même si jamais j'oublie vos bienfaits et mes promesses si je

cesse de vous aimer et de mettre en vous ma confiance et ma consolation ».

Au moment de son exécution, par les paroles qu'il proféra, en face du peuple
qui applaudissait a sa mort, Louis XVI montra qu'il se rendait compte du sort qui lui était réservé par une minorité impitoyable :

« Français, je suis innocent; je pardonne aux auteurs de ma mort, je prie Dieu que le sang qui va être répandu ne retombe jamais sur la France ».

 

L'abbé Edgeworth, aumonier de la prison du Temple, et assistant du roi qui allait expier par sa mort les fautes de plusieurs de ses ancêtres, s'écria au moment supreme: « Fils de saint Louis, montez au ciel ».

 

Le témoignage du prêtre au royal mourant semble bien indiquer que la dynastie capétienne, qui pendant mille ans avait fait la France, se purifiait de toute responsabilité dans la mort de Louis XV I dont le sang la regénérait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Histoire Sainte
commenter cet article

commentaires