Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 22:09

Basilique Sainte-Marie-Madeleine

Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var)

 

La basilique

 

Situé à la fois sur l'antique Via Aurelia, sur la route de Saint-Jacques de Compostelle et sur le chemin emprunté par les papes entre Rome et Avignon, Saint-Maximin a été depuis toujours une terre d'accueil.

 

La découverte du tombeau de Sainte-Marie-Madeleine en 1279 par Charles II d'Anjou, Comte de Provence et neveu de Saint Louis, en fit un haut lieu de pèlerinage. La présence des Dominicains, approuvée par le pape Boniface VIII, fit qu'ils y construisirent leur couvent d'études et en fire aussi un haut lieu de culture. Cette terre d'accueil, ce lieu saint a toujours été protégé des invasions et des sièges par la tradition religieuse qui en interdisait l'entrée à toute personne en armes ou ayant des idées belliqueuses. L'armée n'y avait pas droit de cité. Cette exceptionnelle spiritualité se concrétisa par l'édification d'une basilique, et quelle basilique!

 

Il s'agit du grand édifice gothique du sud-est de la France. Sa construction fut décidée par Charles II et il choisit un architecte français spécialisé dans l'art gothique, Maître Pierre, qui en fera les plans et commencera la construction. Jean Baudici, créateur du palais d'Aix-en-Provence, lui succédera en 1305.

 

La construction démarra en 1295 et le première partie des travaux, la crypte, est achevée en 1316. La peste de 1348 interrompit les travaux qui ne reprendront qu'en 1404 et, en 1412, la 6e travée est terminée. Différents architectes ont travaillé sur cet édifice sans toutefois en perturber l'unité. En 1532, après 237 ans, il est décidé de mettre fin aux travaux et la basilique restera inachevée: le portail de l'entrée principale et le clocher ne seront jamais édifiés. La basilique, sans transept ni déambulatoire, se compose d'une abside plus 2 absidioles, d'une grande nef et 16 chapelles. Ses dimensions (73 mètres / 240 pi. de long par 37 mètres / 121 pi. de large par 29 mètres / 95 pi. de haut) sont bien supérieures aux habituelles églises dominicaines de la région.

 

L'abside, décorée au XVIIe siècle contient l'oeuvre « La Gloire », sculptée par Joseph Lieutaud, représentant la Sainte-Trinité entouré par des anges. En 1676, le maître-autel est installé, son retable est en marbre du pays et les côtés latéraux sont décorés de revêtement en stuc. Quant au choeur, sculpté de 1681 à 1692 dans du bois de noyer par le frère Vincent Funel et Jean-Baptiste Oleri, il contient 94 stalles et 22 médaillons représentant la vie des dominicains et, plusieurs anges sur le pourtour ainsi qu'un grand crucifix au-dessus de la porte principale. La chaire, sculptée en 1756, par le frère Louis Gudet, est en bois de noyer. Sa rampe est sculptée en un seul bloc et la balustrade contient 7 médaillons représentant des scènes de la vie de Sainte Marie-Madeleine.

 

La basilique a été consacrée le 29 septembre 1776 par l'évêque de Nice, Thomas d'Artesan, ancien religieux du couvent des Dominicains.

 

La crypte est le coeur et lieu saint de la basilique. Elle contient un ancien monument funéraire gallo-romain du IVe siècle ainsi que 4 beaux sarcophages en marbre décorés de dcènes de la religion chrétienne et, la châsse contenant les reliques de Sainte Marie-Madeleine.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sainte Marie Madeleine
commenter cet article

commentaires