Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 13:51

LES DIX COMMANDEMENTS DE DIEU

 

 

1.           Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout et… (seulement ensuite) tu aimeras ton prochain comme toi même.

 

Veillons à ne pas rendre notre religion plus fraternelle que Divine

 

Nous ne pouvons pas aimer, véritablement, le prochain si nous n’avons pas d’abord l’amour de Dieu en nous.

 

« Dieu est amour et Il me donne Son Amour pour t’aimer » (Ste Elisabeth de la Trinité )

 

2.           Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect.

 

Les hommes et parfois même les enfants… ne peuvent se mettre en colère sans y mêler le Nom de Dieu.

 

A présent, nous l’entendons même dans les spectacles !

 

3.           Tu sanctifieras le jour du Seigneur.

 

Combien travaillent ou font travailler le dimanche sans même avoir une pensée pour Dieu !

 

4.           Tu honoreras ton père et ta mère afin de vivre longuement.

 

Par analogie, ce Commandement comprend tous les devoirs des inférieurs envers leurs supérieurs. Vice versa on ne doit pas profiter de sa supériorité.

 

Qu’il est triste d’entendre les enfants dire :

 

« Mon Vieux, Ma Vielle… »

 

5.           Tu ne tueras pas.

 

De nos jours, on vote des lois qui légalisent le crime…

 

L’avortement et l’euthanasie sont des crimes.

 

6.           Tu ne commettras pas d’impureté.

 

Ce commandement est un des plus bafoués aujourd’hui.

 

Les sexologues excitent les gens à la fornication.

 

L’homosexualité s’installe en maître chez les jeunes comme chez les vieux !

 

Notre corps n’est-il pas le Temple de l’Esprit-Saint !

 

7.           Tu ne voleras pas.

 

Respectons les biens et la propriété du prochain.

 

8.           Tu ne mentiras pas et tu ne feras pas de faux témoignage.

 

Il faut être sincère avec son prochain et ne pas porter atteinte à sa réputation et à son honneur.

 

9.           Tu n’accompliras œuvre de chair qu’en mariage seulement.

 

« Celui qui, du regard, désire la femme de son prochain, a déjà commis l’adultère dans son cœur. » L’adultère, la débauche de toutes sortes se pratiquent partout. Les divorces ne se comptent plus.

 

10.       Tu ne désireras pas les biens d’autrui pour les avoir injustement.

 

Ces deux derniers Commandements défendent les désirs contraires au 6ème et au 7ème. Le désir conduisant à l’acte et la volonté étant réputée pur le fait.

 

Ces commandements ne sont pas des barrières ennuyeuses mais une Route qui conduit au Bonheur, Au vrai bonheur !

 

Moïse montra aux Israélites que tout cela se résumait en peu de mots : AIMER DIEU ET LUI RESTER FIDELE -

 

Cette loi divine est, complètement, bafouée et que dire des Chrétiens qui ne luttent plus et qui se voilent la face… Ils sont rongés par leur égoïsme, ils ont peur du « qu’en dira-t-on » mais se moquent du « qu’en dira Dieu » !!!… Réapprenons notre Catéchisme et sachons que, chaque fois que nous nous écartons de ces commandements, nous sommes en état de péché mortel. Aller ainsi recevoir le Corps du Christ est faire une communion sacrilège ! Nous attirons ainsi sur nous, les châtiments annoncés pour cette fin des temps déjà commencée.

 

 

Les Israélites, ce Peuple à la « nuque raide » comme les nomma Yahvé à Moïse, n’ont pas reconnu Jésus, le Fils de Dieu et le clouèrent sur une croix en disant : « que son sang retombe sur nous et sur nos enfants » !… - Dieu va alors faire alliance avec un autre Peuple. Franc veut dire : « homme libre ».

 

Ce fut le Peuple franc qui fut désigné mais qui ne paraissait pas destiné à cette vocation. Les Francs n’avaient qu’un mince Territoire à l’embouchure du Rhin. Leur Chef était Clovis.

 

« O DIEU QUE CLOTILDE ADORE, J’IMPLORE TA PROTECTION SI TU ME DONNES LA VICTOIRE. JE CROIERAI EN TOI ET JE ME FERAI BAPTISER. »

 

Levant son glaive vers le ciel, Clovis fit ce pacte avec Dieu, alors qu’il repoussait les Alamans à Tolbiac.

 

Clovis païen perdait toutes les batailles.

 

Clovis converti va gagner toutes les batailles et par lui, Dieu va donner, toute sa grandeur, à la France  !

 

- LA CAUSE DE LA VICTOIRE DU PASSE DOIT ETRE AUSSI LA CONDITION DE LA VICTOIRE DE L’AVENIR  Ste-Clotilde avait compris depuis longtemps, que si Clovis ne se convertissait pas, il perdrait toutes les batailles. Elle pria donc pour sa conversion dans sa chapelle au Frankenbourg (Alsace) durant la bataille de Tolbiac. C’est de ce Haut-Lieu, que ses prières, si ferventes, percèrent la Voûte des Cieux et Dieu l’entendit. Clovis fit à Tolbiac un premier pas vers sa conversion, mais il était tenté de se faire arien. Celle-ci ne sera définitive que sur le Tombeau de St-Martin à Tours. Ce grand Evêque deviendra alors le - Patron de la France  : « COURBE LA TETE FIER SICAMBRE : ADORE CE QUE TU AS BRULE ET BRULE CE QUE TU AS ADORE ! » (St-Rémi)

 

Clovis, sa famille et ses 3000 soldats furent Baptisés en la Nuit de Noël 496 par l’Evêque Rémi de Reims.

 

Une colombe, envoyée du Ciel, amena, dans son bec, une Ampoule de St-Chrême que le Seigneur avait « ratifié » pour l’onction Royale. (Tous les Rois de France ont été oint de cette huile bénie du Ciel.)

 

Lorsque l’Eglise vit Clovis et ses Leudes dans la cuve baptismale et entendit retentir la clameur immense des Francs, saluant « Roi » le Christ, Ses Entrailles tressaillirent et Elle s’écria : « VOILA MA FILLE AINEE »

 

Le Baptême de Clovis et de la nation franque, marque dans notre histoire, un point de départ et une destinée :

 

-          la vocation de la France  : Clovis & Clotilde vont être sacrés roi & reine de France.

 

Ce sont  NOS PREMIERS ROIS FRANCS CHRETIENS

 

Le Sacre est le lien qui unit le Roi à Dieu et la Canal par lequel, la Puissance , l’assistance et le rayonnement de la Majesté Divine se communiquent au Souverain au moment où il devient « l’oint du Seigneur ».

 

Jésus-Christ lui conférait, dans la Basilique de Reims, l’investiture du Royaume. Un caractère sacré s’imprimait sur toute la personne royale et en faisait un être à part, un Consacré. Le Peuple chrétien le prenait pour « l’Elu de Dieu ».

 

De son côté, le Souverain acceptait sa Fonction comme un mandat : - Il régnait au Nom du Tout-Puissant.Le Roi appartenait à la France et la France appartenait à son Roi. – Le Sacre faisait du Prince un homme Ecclésiastique. Sa souveraineté apparaissait comme une Fonction Sainte.

 

La main sur l’Evangile le Roi prête serment :

 

·         Il promet, avec le secours de Dieu, de protéger l’Eglise qui est commise à ses soins.

 

·         De lui faire conserver la Paix par le peuple chrétien.

 

·         D’expulser du sol de France les hérétiques nommément condamnés par l’Eglise.

 

·         De faire observer la Justice et la Miséricorde dans les Jugements.

 

Comme avec Moïse sur le Sinaï, Dieu va faire alliance avec la nouvelle Nation qu’Il vient de choisir et dont le Roi sera son Lieutenant. Clovis avait fait un pacte avec Dieu à Tolbiac. - Voici que le Seigneur vient lui répondre dans cette nouvelle Alliance qu’Il vient lui donner le Jour de son Sacre. C’est ce que l’on appelle le pacte de Reims résumé ci-dessous : « Votre postérité gouvernera noblement ce royaume ; elle glorifiera la sainte église et héritera de l’empire des romains. Elle ne cessera de prospérer, tant qu’elle suivra la voie de la vérité et de la vertu , mais la décadence viendra par l’invasion des vices et des mauvaises mœurs, c’est là, en effet, ce qui précipite la ruine des royaumes et des nations . »

 

Afin de le différencier des rois des autres nations, Dieu accorda un autre privilège au Roi de France, fils ainé de son église, celui de guérir les écrouelles, cette maladie, personne d’autre que le Roi, ne pouvait la guérir. Ce privilège se manifestait dès la Cérémonie du Sacre terminée.

 

Le Roi touchait alors chaque malade en disant : « Le Roi te touche, Dieu te guérisse »

 

Toutefois, ce Miracle n’était possible au Roi qu’autant qu’il était en état de Grâce et venait de recevoir la Sainte Communion. – Les Historiens racontent que Louis XIV a guéri plus de 2000 malades. On saisit mieux ainsi, que les ennemis jurés de la religion aient tout fait pour détrôner la Royauté en France. Ils savaient que des liens étroits l’unissaient à l’Eglise dont Elle était le soutien. Cette évidence faisant dire à un Religieux Capucin de Toulouse, le Père Marie-Antoinette que : «  La République en France c’est le Diable ! » En effet, dès ce jour, Satan va entrer dans une rage folle et se promet d’anéantir la Fille Ainée de l’Eglise. Il y a donc bien eût en cette nuit de Noël 496, un pacte conclu entre le Christ et les francs. Il ne s’agi pas moins, en l’occurrence, que de l’Avènement du Règne du Christ-Roi sur la France et par elle, sur les autres nations. Mais n’oublions pas qu’avant Reims, tout a commencé, grâce aux prières ferventes de Sainte Clotilde, au Frankenbourg (Château des francs). Cette montagne des francs est donc bien le berceau de la mission de la France que Dieu choisit après le Mont Sinaï.Clovis mourut à l’âge de 45 ans le 27 Novembre 511

 

Sainte Clotilde deviendra le modèle des veuves chrétiennes : A part l’exaltation de la virginité, l’Eglise n’avait rien fait pour relever le sexe féminin rendu au veuvage. C’est Ste-Clotilde qui va rendre l’honneur à ces veuves dans l’Eglise par l’exercice de toutes les vertus, une nouvelle école de perfection chrétienne et presque un ordre religieux. Telle fut à partir de sa 40ème année l’existence humble et mortifiée de la femme qui avait été assise sur le Trône le plus puissant d’Europe. Elle finit ses jours dans sa dernière fondation près de St-Martin à Tours. Elle mourut à l’âge de 70 ans. C’est le 3 juin 545 que sonna l’heure de la délivrance pour Clotilde. A sa mort, au chant des Psaumes funèbres, un cortège imposant conduit par les deux Rois, transporta de Tour à Paris, les restes sacrés de la veuve de Clovis. La France venait de perdre l’ange gardien de la dynastie royale.

 

Clovis et Clotilde vénéraient Saint-Georges Les Rois Francs mettaient leur campagne sous Sa protection, il était à leurs yeux leurs protecteur des guerriers.

Document du recueil d'Odile

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Laure Cardon - dans Vidéos - Livres
commenter cet article

commentaires