Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 20:27

Le Père Daniel Brottier est un missionnaire spiritain français (Ferté-Saint-Cyr, Loir-et-Cher, 7 septembre 1876 – Paris, 28 février 1936).


Une vocation

Ayant reçu une éducation chrétienne, le jeune Daniel Brottier s'oriente très tôt vers la religion. Ainsi après sa première communion (octobre 1887), il rentre au petit séminaire de Blois. La révélation d'une maladie (1889) dont il aura à souffrir le reste de sa vie, notamment par d'importants maux de tête, ne l'empêche pas de prendre la soutane le 8 décembre 1892. Ordonné prêtre le 22 octobre 1899, l'évêché lui confie la charge de professeur au collège de Pontlevoy, mais, porté par sa vocation de missionnaire, Daniel Brottier entre dans la congrégation du Saint-Esprit (dont les membres sont appelés spiritains). Il commence son noviciat à Grignon-Orly, le 26 septembre 1902 et s'engage de manière temporelle le 30 septembre 1903.


L'Afrique

Malgré les protestations de son père, inquiet pour sa santé, auprès de sa hiérarchie, Daniel Brottier se voit nommer vicaire à la paroisse de Saint Louis du Sénégal, où il arrive le 27 novembre 1903. Il y prononce son premier sermon à l'occasion de l'Immaculée Conception (8 décembre). Suite aux premières lois relatives à la laïcité, dites lois Combes, les religieux de Saint-Louis doivent céder leurs places dans les écoles et les hôpitaux (18 juillet 1904). Afin de poursuivre sa mission, Daniel Brottier fonde un patronage, un jardin d'enfants, un Comité de l'enfance, un bulletin paroissial ("L'Echo de Saint-Louis"), et une chorale (qui existe toujours), entre autres. Il est nommé directeur du Cercle Jeanne d'Arc. Des problèmes de santé l'obligent à rentrer en France, à bord du "Chili". Il revient cependant à Saint-Louis en janvier 1907. Il y fonde la fanfare Faidherbe. Ayant besoin de fonds, Daniel Brottier se tourne vers la botanique : il laisse son nom à une mangue ; ses oeuvres vendent des roses. Par ailleurs, il édite des cartes postales et imprime des livres, soigneusement choisis par ses soins. Il tombe de nouveau malade et s'embarque pour la France le 19 juin 1911, à bord de l'"Italie".


La Guerre

Après quelques semaines de repos en Suisse, et une reconversion en moine trappiste à Lérins, que sa santé force à écourter, Daniel Brottier est nommé vicaire général, résidant en France, auprès de Mgr Jalabert, évêque de Dakar. Il a pour mission de lever des fonds nécessaires à la construction d'une cathédrale à Dakar (cathédrale dite du "Souvenir Africain", en mémoire aux aventuriers et militaires ayant oeuvrés en Afrique). Lorsque la guerre éclate, et bien qu'il soit exempté, Daniel Brottier se porte aumônier militaire volontaire. Il est rattaché au 26ème régiment d'infanterie, le 26 août 1914. Il passe l'intégralité de la guerre en première ligne sans pourtant jamais être blessé, un miracle qu'il attribue à Sainte-Thérèse de Lisieux. Cité cinq fois à l'ordre de l'armée (dont la dernière le 29 juin 1918), Daniel Brottier aura l'occasion de proposer à Clemenceau de fonder l'Union des Combattants ("Unis comme au front") après la guerre. Il recevra la Légion d'Honneur.


Les Orphelins d'Auteuil

En 1923, la congrégation du Saint-Esprit hérite de la gestion des Orphelins Apprentis d'Auteuil ; c'est vers lui que l'on se tourne pour administrer cette institution comptant alors 70 enfants et criblée de dettes. Il commence par lancer une souscription afin de fonder un sanctuaire dédié à Sainte-Thérèse de Lisieux. Grâce aux nombreuses publications qu’il fait paraître, à son activité épistolaire remarquable auprès de bienfaiteurs, et aux concerts qu’il organise, le sanctuaire peut être consacré le 5 octobre 1930, par le cardinal Verdier. L’œuvre s’étend : le Vésinet (1930), La Motte-Grenet (1931), Saint-Michel-en Priziac et Saintry (1932), Malepeyre et Restigné (1933), Perpezac et Verneuil-sur-Indre (1934), Nice et Caminel (1935). En tout, plus de 1400 enfants.


Un épilogue

Pour autant, le Père Daniel Brottier n’a pas abandonné le projet de Cathédrale du Souvenir Africain, mais il se sent trop fragile pour se rendre à son inauguration par Mgr Jalabert, le 2 février 1936. Le lendemain, atteint par la maladie, il doit garder le lit. Il s’éteint le 28 février 1936, à l’hôpital Saint-Joseph.

 

Le 25 novembre 1984, il est béatifié par Jean-Paul II.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Bienheureux Daniel Brottier
commenter cet article

commentaires