Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 11:41

Dans le nouveau testament


Cette expression trouvera probablement son image la plus forte dans la nouvelle alliance avec le transpercement du coeur du Christ par la lance du soldat romain au calvaire, d’où il sortira du sang et de l’eau : "l’eau pour nous laver, le sang pour nous racheter", nous dit Saint Jean. A partir de cet épisode, le Christ devient "Celui qu’ils ont transpercé" (Saint Jean, 19, 37) , et cet amour auquel peu d’hommes ont su répondre va s’incarner tout entier dans le Sacré-Coeur ; en se tournant vers celui-ci, les saints puis les fidèles vont chercher à s’élever vers cet idéal et à réparer les outrages qui lui ont été faits.

 


 

L’enseignement des Saints


A l’époque du Moyen-âge et de la Renaissance, ce sont essentiellement les saints qui se vouent fidèlement au Sacré-Coeur et cherchent à en pénétrer les mystères, tels Saint Augustin qui écrit : "Le côté fut ouvert, c’est-à-dire que la porte de vie s’ouvrit, d’où s’épanchèrent sur le monde les sacrements et toutes les grâces." De même, Saint Bernard et Sainte Brigitte, tout en contemplant avec affliction le coeur de Jésus, blessé,  sauront traduire la signification et la portée de cette blessure ; ainsi s’adressant à Notre-Seigneur, Saint Bernard écrit : "Votre coeur a été blessé afin que la blessure visible nous fit connaître l’invisible blessure de l’amour, car qui se laisserait blesser le coeur si déjà l’amour ne l’avait atteint ? Mais aussi , qui ne chercherait pas, qui n’aimerait pas un coeur ainsi blessé ?"


Sainte Brigitte de conclure : " Etant en croix, le Divin Sauveur souffrit pour l’amour de nous des douleurs si vives, si pénétrantes, si violentes et si terribles, que son Coeur se rompit et se brisa."

 


 

Les apparitions de Paray-Le-Monial


C’est avant la mort du Saint, en 1673, que se produisent les premières apparitions du Sacré-Coeur à une religieuse du monastère de la visitation de Paray-Le-Monial, soeur Marguerite-Marie : pour la première fois, il va confier un message spécial à l’humanité en la personne de l’humble visitandine de Paray-le-Monial. 


Ces apparitions contiennent deux grands messages : un message à l’humanité, un message à la France.


Les trois premières
qui ont lieu le 27 décembre 1673, au début de 1674 et le 16 juin 1675 concernent l’Eglise : notre Seigneur demande l’institution d’une fête du Sacré-Coeur à l’échelle universelle, le vendredi après l’octave du Saint-Sacrement, avec recommandation de communion réparatrice le premier vendredi du mois :


"Voici ce Coeur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour. Et en reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et sacrilèges, et par les froidures et mépris qu’ils ont pour moi dans ce sacrement d’amour, c’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint-Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon coeur, en communiant ce jour-là et en lui faisant une réparation d’honneur par une amende honorable pour les indignités qu’il a reçues. Et je te promets que mon coeur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son amour sur tous ceux qui lui rendront cet honneur."


En 1668 sera révélé à Sainte Marguerite-Marie le message à la France qui servira de référence aux catholiques français et dans lequel notre Seigneur exprime trois demandes :

 
La consécration publique et solennelle du chef de l’Etat au Sacré-Coeur

 L’apposition du Sacré-Coeur sur le drapeau : "Faites savoir au fils aîné de mon Sacré-Coeur que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu’il fera de lui-même à mon Coeur adorable qui veut triompher du sien, et par son entremise, de celui des grands de la terre. Il veut régner dans son palais, être peint dans ses étendards et gravé dans ses armes pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds ces têtes orgueilleuses et superbes pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Eglise ».

 La construction d’un édifice en l’honneur du Divin Coeur et l’intercession auprès du Saint Siège pour obtenir la messe et tous les privilèges en vue de l’établissement du culte du Sacré-Coeur : "Faire faire un édifice où serait le tableau de ce Divin Coeur pour y recevoir la consécration et les hommages du roi et de toute sa cour, faire autoriser la messe en son honneur par le saint-siège apostolique.

Confirmant ainsi une nouvelle fois la France dans son rôle de fille aînée de l’Eglise, titre acquis depuis le baptême de Clovis, notre Seigneur lui promet une pluie de grâces si elle répond à sa requête, et à travers elle, c’est le monde entier qui bénéficiera de ces mêmes grâces.

En 1684 le confesseur de Sainte Marguerite-Marie, le Père de la Colombière, révèle les premiers messages qui rencontrent un large écho auprès des fidèles, notamment autour de Paray-le-Monial. A plusieurs reprises, le Sacré-Coeur manifestera sa bienveillance à divers endroits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Sacré Coeur
commenter cet article

commentaires