Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 21:09

Né le 13 octobre 1253 au manoir de Kermartin, près de Tréguier, Yves Hélori est envoyé à Paris en 1267, accompagné de son précepteur Jean de Kerhos, afin d¹y poursuivre ses études. Tout en étudiant la dialectique et la théologie, Yves fréquente les églises parisiennes de Saint Julien le Pauvre et de saint Séverin, et se prive pour venir en aide aux pauvres.

En 1277, il se rend à Orléans pour étudier la jurisprudence sous la direction de Pierre de la Chapelle et, muni de tous ses grades, il est appelé par un architecte de Rennes pour occuper une charge de conseiller juridique du diocèse. Dans l¹exercice de ses charges, Yves abandonne le tiers de ses droits de chancellerie aux pauvres. Il recueille deux orphelins dont l¹un deviendra dominicain et l¹autre gardien de la cathédrale de Tréguier.

En 1284, l¹évêque de Tréguier, Alain de Bruc, le choisit comme official, c¹est-à-dire comme juge ecclésiastique, l¹ordonne prêtre, et lui confie les paroisses de Trédez, près de Lannion, puis de Lavainec, sur la baie de Perros. Son sens de la justice le rend rapidement populaire, aussi bien auprès des grands que chez les pauvres, car il défend les uns et les autres avec une parfaite impartialité. Il s¹emploie aussi à apaiser les querelles et parvient à éviter bien des procès.

En 1298, il abandonne sa charge d¹official et se retire au manoir de Kermartin qui l¹avait vu naître. Il s¹y fait construire une chapelle et se consacre à la prière jusqu¹à sa mort, le 19 mai 1303. Son corps est transporté à la cathédrale de Tréguier, où Jean V, duc de Bretagne, lui fait élever un tombeau magnifique. Les miracles se multiplient bientôt sur son tombeau qui ne tarde pas à devenir un lieu de pèlerinage. Son procès de canonisation, ouvert en 1330, est conclu en 1347 sous le pontificat de Clément VI.

Saint Yves est l¹un des patrons des marins ; il est de Tréguier. Mais les avocats le disputent aux Bretons, et c¹est en avocat que les images le représentent presque toujours : il a la robe de docteur en droit et tient le rouleau de parchemin ou un sac à procès d¹où pendent des sceaux. Souvent il est entouré de pauvres, il leur donne conseils et aumônes, il mange avec eux et une colombe descend du ciel et vient planer au-dessus de sa tête. Quelquefois le saint avocat a, d¹un côté, une veuve qui l¹implore, de l¹autre, un riche bourgeois qui lui tend une bourse ; il se penche vers la veuve et sa juste cause et tourne le dos à l¹argent. De nombreuses églises de Bretagne ont conservé de très belles statues de saint Yves.

Le livre des Bannières Tome I p. 316 - Association pour le Xve centenaire de la France

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Yves
commenter cet article

commentaires