Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 15:49

Saint Louis-Marie de Montfort

 

Louis-Marie Grignion de Montfort est né en France le 31 janvier 1673 dans la petite ville de Montfort-sur-Meu, située à l'ouest de Rennes en Bretagne. Dans la nombreuse famille de Jean-Baptiste Grignion et de son épouse Jeanne Robert, c'était l'aîné des enfants survivants. Louis-Marie passa presque toutes ses premières années et sa petite enfance à Iffendic, à quelques kilomètres de Montfort, où son père avait acheté une ferme connue sous le nom de "Le Bois Marquer". D'après les personnes qui l'ont connu au début de sa vie, il faisait déjà preuve d'une maturité spirituelle peu commune à cet âge. A l'âge de 12 ans, il entra au collège des Jésuites de St Thomas Becket à Rennes; il s'y montra très bon étudiant et aussi accentua certaines lignes de force qui devaient plus tard marquer sa vie. Les récits d'un prêtre de l'endroit, l'Abbé Julien Bellier, parlant de sa vie de missionnaire itinérant, l'embrasaient d'ardeur pour la prédication de missions. Et, guidé par d'autres prêtres, il entretint une vive dévotion à la Sainte Vierge. En même temps, il commença à éprouver les privations des déshérités, et il leur témoigna de plus en plus d'affection et de sollicitude, non seulement en théorie mais aussi d'une manière concrète. Pendant ses années d'études, il se sentit appelé à devenir prêtre, et, au terme de ses études ordinaires, commença ses études de philosophie et de théologie, toujours au collège St Thomas de Rennes. Cependant, grâce à un bienfaiteur, il put compléter ses études au célèbre Séminaire de Saint-Sulpice à Paris. Il se mit en route pour la capitale vers la fin de 1693.A son départ de Rennes et au seuil d'une nouvelle vie, Louis-Marie fut l'acteur d'un petit drame indicatif du style de vie qu'il avait désormais résolu d'embrasser. Sa famille lui avait offert un cheval pour se rendre à Paris, mais il le refusa; sa mère lui donna un costume neuf et son père lui fit cadeau de dix écus pour subvenir aux dépenses du voyage. Certains membres de sa famille l'accompagnèrent jusqu'à Cesson, où la route de Paris passait sur la rivière de la Vilaine, et c'est là qu'ils lui firent leurs adieux. Après avoir franchi le pont, Louis-Marie profita de la première occasion pour donner ses dix écus, échanger ses habits neufs pour ceux d'un mendiant, et poursuivit ensuite sa route, résolu dès lors à vivre proche des pauvres et à ne compter que sur la Providence pour subvenir à ses besoins. En arrivant à Paris il constata que son bienfaiteur n'avait pas fourni la somme nécessaire pour lui permettre d'entrer même au collège appelé le "Petit Saint-Sulpice", collège relié au séminaire principal mais qui en restait séparé et était destiné à accueillir les étudiants pauvres. Il logea donc dans diverses pensions de famille dirigées par les Sulpiciens: la nourriture était médiocre, et le logement exigu, et il suivait les cours de théologie de la Sorbonne. Avec une ardeur peut-être exagérée pour la pénitence, il ajouta ses propres mortifications à celles d'une vie austère si bien qu'après moins de deux ans il était très malade et dut entrer à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu. Presque par miracle, il se remit de la maladie et des saignées qu'il dut subir à l'hôpital. Ce qui est peut-être encore plus miraculeux, c'est qu'à sa sortie de l'hôpital il eut la surprise d'apprendre qu'une place était réservée pour lui au Petit Saint-Sulpice, et il y entra en juillet 1695. Saint-Sulpice avait été fondé par Jean-Jacques Olier, qui était l'un des chefs de file de ce qu'on appelle l'"Ecole française de spiritualité". On y mettait l'accent sur le mystère de l'Incarnation, et sur la place de Marie dans le dessein divin du salut; c'était pour Louis-Marie l'endroit idéal où développer les thèmes de sa spiritualité personnelle. Mais il y avait d'autres aspects de la spiritualité sulpicienne qu'il trouvait moins attrayants: la tendance à mettre le clergé sur un piédestal au point que les prêtres couraient le risque de "s'installer" et même de céder à la suffisance. Le temps qu'il passa à Saint-Sulpice lui fournit cependant l'occasion d'étudier la plupart des ouvrages de spiritualité alors disponibles, en particulier ceux qui concernaient la place de Marie dans la vie chrétienne, surtout après qu'il fut nommé bibliothécaire, et il ne perdit pas cette occasion. Il eut aussi le temps de perfectionner son enseignement du catéchisme, surtout parmi les jeunes déshérités de la paroisse de Saint-Sulpice. Le moment vint pour lui d'être ordonné prêtre et il le fut en juin 1700 et dit sa première messe quelques jours plus tard à l'autel de la Sainte Vierge dans l'église de Saint-Sulpice. Il resta encore quelques mois à Paris avant de se lancer dans le ministère sacerdotal.


Le vieux pont de Cesson


Devenu prêtre, il fut d'abord désigné pour exercer son ministère dans la Communauté de Saint-Clément à Nantes. Comme le témoignent ses lettres de cette époque, il s'y trouva frustré parce qu'il n'y trouvait pas assez l'occasion de prêcher comme il se sentait appelé à le faire. Il examina plusieurs options, même celle de se faire ermite, mais il était de plus en plus convaincu qu'il était appelé à "prêcher des missions aux pauvres", et il songea, même alors, à fonder dans ce but "une petite compagnie de prêtres" groupés sous l'étendard de la Sainte Vierge. Au bout de quelques mois, Mme de Montespan, l'ancienne maîtresse convertie du roi Louis XIV qu'il avait rencontrée à Paris, le persuada de se rendre à Poitiers. Bien qu'à contre-coeur (parce qu'il ne se croyait pas appelé à "se renfermer dans un hôpital"), il accepta le poste d'aumônier de ce qu'on appelait l'"Hôpital Général", qui était une sorte d'asile où l'on enfermait les miséreux pour les soustraire à la vue du public. Louis-Marie s'adonna au service de ces pauvres avec tout l'enthousiasme qu'il réservait normalement pour ces gens-là. Il semble que les réformes qu'il s'efforça d'introduire dans l'établissement lui attirèrent des démêlés avec les autorités et il partit pour Paris aux environs de Pâques 1703.


L'année qui suivit lui fut particulièrement pénible. Il s'adjoignit d'abord à l'équipe d'aumôniers de la Salpétrière, qui était le premier "Hôpital Général" fondé par saint Vincent de Paul, mais au bout de quelques semaines on lui demanda de partir (pour des raisons que nous ne connaissons pas). C'est alors que commença pour lui une période pendant laquelle il fut rejeté par presque tous ses amis et ses connaissances. Comme cela est arrivé à beaucoup d'autres saints, il semble que sa sainteté extraordinaire constituait un défi pour les personnes moins portées à prendre l'évangile au pied de la lettre, et on l'accusa d'orgueil et d'aveuglement. Pendant près d'un an il vécut dans un logement très pauvre de la Rue du Pot de Fer, sans amis et sans ministère précis. Ce séjour lui fournit cependant l'occasion de méditer plus profondément sur Jésus-Christ, manifestation de la Sagesse de Dieu, et c'est probablement à cette époque qu'il composa L'Amour de la Sagesse Eternelle. Les pauvres de Poitiers ne l'avaient pourtant pas rejeté. et ils lui écrivirent pour lui demander de revenir. Avec l'accord de l'évêque, il retourna à Poitiers comme Directeur de l'"Hôpital Général", et entreprit à nouveau de réformer l'établissement. Il fut aidé dans sa tâche par une jeune femme, Marie-Louise Trichet, qui se sentait appelée à se faire religieuse et à se dévouer au service des pauvres. Louis-Marie la persuada de venir travailler avec lui à l'"Hôpital Général", où une autre jeune femme, Catherine Brunet, la joignit plus tard. Après de nombreuses années d'attente, ces deux femmes devaient devenir les premières Filles de la Sagesse. Louis-Marie continuait toujours de susciter de l'opposition par ses réformes, et au bout de quelques mois l'évêque et Marie-Louise Trichet le persuadèrent de quitter l'Hôpital une seconde fois. Il commença à prêcher des missions à Poitiers et aux environs et avait probablement l'impression de faire le travail que Dieu l'avait appelé à faire. Il prêcha l'une de ses premières missions dans le faubourg miséreux de Montbernage et il y utilisa plusieurs des procédés qui caractérisèrent plus tard beaucoup de ses missions: l'invitation à renouveler les promesses du baptême, les processions et liturgies vivantes qui attiraient les chrétiens dont on ne s'était guère soucié dans le passé. Mais ses succès semblent avoir suscité la jalousie de ceux qui avaient la confiance de l'évêque, et au début du carême de 1706 il se vit interdit de prêcher d'autres missions dans le diocèse de Poitiers. Qu'allait-il faire? Il était de plus en plus convaincu que sa vocation était de prêcher des missions, et pourtant voilà que l'évêque du diocèse lui interdisait de le faire. Il songea à se tourner vers les Missions Etrangères, mais auparavant il lui fallait demander conseil à qui de droit. Il se mit donc en route pour Rome pour y faire un pélerinage et demander l'avis du Saint-Père, le Pape Clément XI. Le Pape reconnut sa vocation réelle et, après lui avoir dit qu'il avait un champ d'apostolat suffisamment vaste en France, le renvoya à son pays natal avec le titre de Missionnaire Apostolique. De retour en France, Louis-Marie se rendit d'abord au Mont Saint-Michel pour y faire une retraite avant de rechercher en Bretagne un champ d'apostolat où déployer ses efforts missionnaires. Après sa retraite au Mont Saint-Michel, Louis-Marie se mit à la recherche d'une équipe de missionnaires dirigée par l'un des plus célèbres missionnaires bretons, l'Abbé Leuduger; il les rejoignit à Dinan et fut accepté comme membre de l'équipe. Pendant quelques mois il prêcha avec l'équipe de nombreuses missions dans les diocèses de Saint-Malo et Saint-Brieuc, dont une mission dans sa ville natale, Montfort-sur-Meu, et d'autres à Plumieux et La Chèze (où il rénova une très vieille chapelle en ruines dédiée à Notre-Dame de Pitié). Dans les villes où se donnaient les missions, il avait toujours une préférence pour les quartiers les plus pauvres, et lançait souvent des initiatives pour secourir les pauvres, comme par exemple une soupe populaire à Dinan. Mais il ne pouvait peut-être pas donner sa pleine mesure comme membre d'une équipe, et au bout de quelques mois il quitta l'équipe missionnaire pour aller passer un an à Saint-Lazare, à la sortie de Montfort-sur-Meu, en compagnie de deux Frères qui s'étaient adjoints à lui. Il s'y adonna à l'enseignement du catéchisme auprès des personnes qui visitaient l'ancien prieuré et forma les deux Frères à la vie communautaire. Au bout d'un an il se rendit probablement compte qu'il trouverait ailleurs davantage d'occasions de prêcher des missions et il partit travailler dans le diocèse de Nantes. Pendant deux ans il prêcha des missions à Nantes et aux alentours et presque toutes connurent un grand succès, avec un bon nombre de conversions. Sa réputation de grand missionnaire se propagea, et partout les gens ordinaires commencèrent à l'appeler "le bon Père de Montfort". Il essaya de prolonger les résultats spirituels de ses missions en fondant des confraternités et associations qui encourageraient les gens à demeurer fidèles à la rénovation de leurs promesses baptismales, et aussi en érigeant des souvenirs tangibles des missions sous la forme de calvaires. A Pontchâteau il se fit aider par plusieurs milliers de personnes pour ériger un souvenir plus impressionnant de l'amour de Dieu sous la forme d'un calvaire géant.

Le calvaire de Pontchâteau
devait pourtant lui causer bien des déceptions. La veille du jour de la bénédiction du calvaire, l'évêque interdit la bénédiction car il avait appris que le roi lui-même avait ordonné la démolition du calvaire. Cette triste affaire de la démolition par ordre royal était le résultat de la jalousie et une revanche mesquine, mais il semble bien que l'évêque ne pouvait faire autre chose que de refréner les "excès" de ce prêtre extraordinaire, et quelques jours plus tard il lui interdit de prêcher dans son diocèse. Ce ne fut pas le seul cas mais peut-être le plus frappant entre tous où Louis-Marie fut invité à partager la Croix du Christ. Il ne se laissa pas abattre par cette épreuve qui, au contraire, le porta à la réflexion et à la méditation, et il livra ses réflexions dans un court écrit, la Lettre aux Amis de la Croix. Même si tout ministère ne lui était pas interdit dans le diocèse de Nantes, il était bien clair que s'il voulait continuer à prêcher il lui fallait aller ailleurs. A l'invitation de l'évêque de La Rochelle il quitta Nantes en 1711 et commença la dernière période de sa vie pendant laquelle il prêcha des missions dans les diocèses de La Rochelle et Luçon, dans la région appelée "Vendée Militaire".

Le Calvaire de Pontchâteau
, ancienne gravure. Les cinq années d'avant sa mort en 1716 furent pour Louis-Marie des années d'activité intense. Il était constamment occupé à prêcher des missions et se rendait de l'une à l'autre à pied. Il trouva pourtant le temps d'écrire: le Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, le Secret de Marie, les règles de la Compagnie de Marie et des Filles de la Sagesse, et de nombreux Cantiques qu'il utilisait dans ses missions en les faisant chanter sur des airs de danse de l'époque. Il entreprit deux longs voyages, l'un à Paris et l'autre à Rouen, pour essayer de trouver des recrues pour sa Compagnie de Marie dont il rêvait de plus en plus alors que sa vie tirait à sa fin. De temps à autre aussi il éprouvait le besoin de se retirer dans un endroit paisible et isolé, tel que la Forêt de Mervent ou son petit "ermitage" de Saint-Eloi près de La Rochelle.  Ses missions ont exercé une grande influence, surtout en Vendée. On a dit que l'une des raisons pour lesquelles les habitants de cette région sont restés fortement opposés aux tendances antireligieuses et anticatholiques de la Révolution Française 80 ans plus tard, était que leur foi avait été affermie par la prédication de saint Louis-Marie. Il eut pourtant beaucoup de difficulté à persuader d'autres prêtres de s'adjoindre à lui et travailler avec lui comme membres de la Compagnie de Marie. Finalement, au cours de sa dernière année, deux prêtres, les Abbés René Mulot et Adrien Vatel, s'adjoignirent à lui, et il réunit aussi autour de lui un certain nombre de Frères qui l'aidaient dans sa tâche. L'évêque de La Rochelle, Mgr. Etienne de Champflour, resta pour lui un grand ami, même si d'autres continuaient de s'opposer à lui et même attentaient à sa vie. Avec l'appui de l'évêque, il fonda des écoles charitables pour les enfants pauvres de La Rochelle, et invita Marie-Louise Trichet et Catherine Brunet, qui attendaient patiemment à Poitiers depuis dix ans, à venir l'aider. Elles firent enfin leur profession religieuse et c'est ainsi que naquit la congrégation des Filles de la Sagesse. Bientôt d'autres se joignirent à elles. En avril 1716, épuisé par le travail et la maladie, Louis-Marie se rendit finalement à Saint-Laurent-sur-Sèvre pour commencer à prêcher la mission qui devait être la dernière. Il tomba malade au cours de la mission et mourut le 28 avril. Des milliers de personnes assistèrent à ses funérailles dans l'église paroissiale, et peu de temps après le bruit se répandit que des miracles avaient eu lieu à son tombeau. Les deux prêtres de la Compagnie de Marie, les Pères Mulot et Vatel, se retirèrent à Saint-Pompain avec quelques Frères, et ce n'est que deux ans plus tard qu'ils poursuivirent l'oeuvre si chère au coeur de Louis-Marie: la prédication des missions. En 1888 Louis-Marie fut béatifié, et en 1947 il fut canonisé par le Pape Pie XII. Les congrégations qu'il a données à l'Eglise, la Compagnie de Marie, les Filles de la Sagesse, et les Frères de Saint Gabriel (congrégation qui se développa à partir du groupe de Frères réunis par saint Louis-Marie), se sont développées et propagées, en France d'abord et ensuite dans le monde entier. Elles continuent de témoigner du charisme de saint Louis-Marie, et prolongent sa mission, qui est d'établir le Royaume de Dieu, le Règne de Jésus par Marie.


Petite statue, qui aurait été sculpté par St. Louis Marie, qu'il portait sur son bâton.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Saint Louis Marie Grignon de Montfort
commenter cet article

commentaires