Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 11:35

GONTRAN le Saint

 

(né vers 525, mort le 28 mars / avril 593)


Roi de Bourgogne et d'Orléans : règne 561-593.

Roi de Paris (indivision avec ses frères) : règne 567-584.

Roi de Paris (protecteur de son neveu Clothaire II) : règne 584-593


Second fils de Clotaire Ier, il eut en partage les royaumes de Bourgogne et d'Orléans. Il était âgé de trente-six ans lorsqu'il prit les rênes du gouvernement (561) : il choisit pour sa résidence habituelle Châlon-sur-Saône, à raison de sa situation dans le centre de ses Etats ; convoqua une assemblée des grands et des prêtres pour y aviser aux moyens de soulager les peuples, et décora de la dignité de patrice Celse, savant jurisconsulte, dont il fit son conseil et son ministre, et Mummol, à qui il donna le commandement de l'armée, général habile, et qui sans doute serait resté fidèle à un prince moins irrésolu que Gontran.


Caribert, roi de Paris, étant mort sans enfants, son royaume fut partagé entre ses trois frères (Chilpéric Ier, Sigebert Ier et Gontran) ; mais aucun d'eux n'ayant voulu céder ses droits sur Paris, cette ville resta indivise jusqu'au moment où Clotaire II réunit en sa personne tous les droits des princes français. Toutefois Gontran régna dans les faits sur Paris à partir de 584, après la mort du dernier de ses frères, Chilpéric Ier.


Exempt d'ambition, Gontran n'était occupé qu'à apaiser les divisions sans cesse renaissantes entre ses frères, et à maintenir ses sujets dans la paix, lorsqu'en 571 les Lombards pénètrent en Bourgogne, battent les troupes qu'on leur oppose, et se retirent chargés de butin.


Enhardis par ce premier succès, ils rentrent en Bourgogne l'année suivante ; mais cette fois Mummol marche lui-même à leur rencontre, les disperse, et fait prisonniers tous ceux qui avaient échappé au carnage. Quatre ans après les Lombards tentent encore de s'emparer de la ville d'Arles, dont ils dévastent le territoire ; mais, battus de nouveau par Mummol, ils rendent le butin qu'ils avalent fait, et se reconnaissent tributaires de Gontran.


Cependant Chilpéric et Sigebert, toujours divisés d'intérêt, semblent se réunir contre Gontran ; il traite avec Sigebert, et Chilpéric court s'enfermer dans Tournai, désespérant d'obtenir son pardon d'un frère qu'il avait si souvent offensé.

Entretien entre saint Gontran et Childebert II.


Devant les dignitaires de sa cour, Gontran,
sans héritier, s'adresse à son neveu Childebert qu'il vient de nommer son successeur. Sigebert, qui se mit à sa poursuite, est assassiné dans Vitry (575) par les émissaires de Frédégonde ; et Gontran donne un exemple de modération bien rare à cette époque en faisant couronner roi d'Austrasie Childebert, fils unique de ce malheureux prince.


En 584 Chilpéric est assassiné à Chelles au retour de la chasse, et Gontran, toujours généreux, se déclare le protecteur de son fils, âgé de quatre mois, dont on contestait la légitimité, lui donne au baptême le nom de Clotaire, et le fait couronner roi de Soissons. L'odieuse Frédégonde, accusée du meurtre de Chilpéric, éprouva elle-même les effets de la bonté de Gontran, dont elle avait plus d'une fois tramé la perte ; et lorsque cette princesse fut en son pouvoir, oubliant ses torts envers lui, il ne lui fit aucun mal, et ne voulut pas permettre qu'on lui en fît.


Gontran, protecteur de ses neveux, mais par le fait seul roi de France, convoque à Paris une assemblée des grands, dans laquelle il expose différents projets d'une utilité publique. Il déclare la guerre aux Visigoths, maîtres du Languedoc, et la leur fait sans succès. Pendant ce temps-là Waroc, comte de Bretagne, se déclare indépendant ; il est battu, et renouvelle son hommage à Gontran en ces termes : « Nous savons comme vous que les villes armoricaines (Nantes et Rennes) appartiennent de droit aux fils de Clotaire, et nous reconnaissons que nous devons être leurs sujets. »


Gontran mourut l'année suivante (593), à 68 ans, dont il en avait passé trente et un sur le trône. C'était un prince supérieur à son siècle par les qualités qui font les bons rois ; il s'occupa constamment de la félicité de ses peuples, diminua leurs charges, et se montra toujours avare de leurs biens et de leur sang. Monarque pieux, il convoqua plusieurs conciles, où furent réglés différents points de discipline, dota richement les églises et les monastères, et fonda plusieurs abbayes, entre autres celle de Saint-Marcel, près de Châlon, où il fut inhumé.

Il ne laissa qu'une fille, qui prit le voile, et l'héritage de Clovis se trouva partagé entre Childebert II, alors roi d'Austrasie, et le jeune Clotaire II, roi de Paris. Jamais roi ne se trouva dans une position plus heureuse que Gontran pour réunir les Gaules sous sa domination, puisqu'il survécut à ses trois frères, et se trouva l'arbitre du sort de ses neveux ; on aimerait à le louer de sa modération s'il n'avait montré dans toute sa conduite une faiblesse qui prolongea les troubles de la France.

Pour expliquer ses irrésolutions continuelles, il est nécessaire de considérer les circonstances politiques dans lesquelles il se trouvait. Les seigneurs des royaumes de Paris, d'Austrasie, de Soissons, ne voulaient pas d'une réunion qui aurait tourné au profit des seigneurs du royaume de Bourgogne, déjà en possession de la confiance de leur roi ; et ils prenaient l'intérêt des princes mineurs avec une vivacité d'autant plus grande que cette minorité les rendait eux-mêmes plus puissants.

Gontran, qui n'avait pas de fils, ne pouvait compter sur la fidélité des grands de sa cour, qui, prévoyant le jour où ils auraient pour monarque le fils de Brunehaut de Frédégonde, servaient ces deux princesses selon les avantages qu'elles leur faisaient espérer. Sans doute un roi plus ferme que Gontran se serait élevé au-dessus de ces difficultés ; toute sa politique se borna à tenir la balance entre ses neveux : il se crut sans doute très habile, et ne fit que multiplier les intrigues autour de lui ; mais les caractères faibles croient toujours avoir assez gagné quand ils parviennent à se faire ménager.

Les crimes de la maison royale à cette époque furent si multipliés que l'esprit de cabale, de fausseté, de révolution, s'empara de toute la nation française ; et l'on vit les plus grands personnages de l'État aller choisir jusqu'à Constantinople un fils non reconnu de Clotaire pour l'opposer aux souverains légitimes, en les trompant tous sur le but qu'ils se proposaient.

C'est Gontran qui est regardé comme le chef du second royaume de Bourgogne, dont la durée fut celle de la puissance des enfants de Charlemagne. Il est le premier roi de France que l'Église ait mis au nombre des saints ; ce qui ne signifie pas qu'il fut tout à fait exempt des vices de son siècle et des faiblesses inséparables de l'humanité, mais que la bonté a tant de charmes dans ceux qui gouvernent, qu'elle efface bien des fautes au jugement de la religion comme aux yeux des peuples.

 

GONTRAN (v 545- Chalon-sur-Saône 592)

Fils de Clotaire Ier. Roi de Bourgogne, d'Orléans (561-592), de Paris (584-592). Il diffusa le christianisme.

Il refoula les Lombards, lanca ses généraux contre les Bretons, les Basques, les Wisigoths et tenta de réconcilier ses deux frères Sigebert et Chilpéric.

Date  Lieu   Faits

561   A la mort de son père Clotaire il devient roi de Bourgogne. Confirme la loi gombette (loi Burgonde de justice)

585   Comminges Vainqueur du prétendant Gondovald.

584   Mort de Chilpéric, il recoit le royaume de Paris.

587   Andelot       Traité d'Andelot. Il y adopte Childebert II fils de Sigebert Ier et de Brunehaut.

Fait éxécuter Gontran Boson.

592   Chalon-sur-Saônes        Mort de Gontran, sans posthérité son royaume revient à Childebert II.


************************************************************** 

St Gontran


Epoque : né en 525 ; mort le 28 mars 592.

Titre : fils de Clotaire 1er ; roi des Burgondes.

Fête : 28 mars


Etymologie : germain gund (guerre), Ans (dieu teuton).


Gontran élargit son royaume à partir d’Orléans sur la Bourgogne, le Berry, et la Provence ; ce par des guerres continuelles avec ses frères. Vers 567, Châlons-sur-Saône devient sa capitale.


Il épouse successivement Vénérande, Marcatude et Bobile, mais tous ses enfants sont tués et devient veuf. Aussi il adopte Childebert, fils de Sigebert, son neveu, et en fait son héritier. Celui-ci se révolte à plusieurs reprises contre Gontran. Il pardonne à tous. D’une vie dissolue et violente, Gontran va atteindre les degrés de repentir et de prière d’un saint David.


Il restaure l’abbaye d’Agaume ; dote somptueusement abbaye et évêché de Maurienne et envoie des moines dans le Jura ; fonde le monastère de saint Marcel à Chalons-sur-Saône ; donne à Saint Colomban la villa ruine de Luxeuil, fait construire l’église de Saint Prieer de Genève.


Il guérit miraculeusement des malades, dont certains atteints du choléra. On lui arrachait des franges de vêtement pour appliquer sur les malades.


Son comportement chrétien, bien rare à l’époque, le fait canoniser par la voix du peuple, dès sa mort. Son culte s’enracine. Son tombeau est retrouvé au Xve siècle, provoquant l’extension de son culte dans son royaume. Mais au XVIe siècle, les Huguenots dévastent sa tombe et dispersent ses reliques. Seule la tête est sauvée et conservée dans un reliquaire. Saint Grégoire de Tours l’appelle « le bon roi Gontran »

Les Saints de souches royales d’Etienne Lelièvre. Ed. Le Sarment FAYARD


*************************************************************** 

QUERELLES FAMILIALES


Pour faire cesser les haines entre deux branches d’une famille, on fait appel, on fait, on fait appel à saint Gontran : roi de Bourgogne mort en 592, fêté le 28 mars. Durant sa vie, il se distingua par ses efforts pour rétablir la paix entre ses frères et ses neveux qui se livraient à des guerres continuelles.


SAVOIR A QUEL SAINT SE VOUER – GUIDE ETABLI PAR JACQUES VEISSID – 1000 SAINTS,
LEUR HISTOIRE ET LES PRIERES POUR FAIRE FACE AUX DIFFICULTES DE LA VIE. ED. PLON – MAME

 

*********************************************************
Prière pour la France pour le 1500ème anniversaire du Baptème de la France


Père tout puissant et miséricordieux,

Vous appelez toutes les nations divisées par le péché à se rassembler sous le joug très doux de votre Fils bien-aimé,

Jésus, le Roi de l’univers.


Nous croyons que seul, Votre Esprit d’Amour et de Vérité peut renouveler la face de la terre et tout restaurer dans le Christ ;

Qu’Il vienne au secours de notre patrie qui Vous offense et s’éloigne de Vous.


Faisant appel à votre miséricorde infinie, nous Vous demandons pardon pour elle.


Quant à nous, ayant une fois pour toute remis à Notre-Dame ce que nous sommes et ce qui nous appartient, nous confessons nos infidélités et nous reconnaissons que la conversion de notre pays, passe par notre propre conversion.


Nous confions à Marie nos prières, nos pénitences, toutes nos actions.


Qu ‘Elle nous garde du parjure et de toute faiblesse.


Père tout-puissant et miséricordieux, nous Vous en supplions, sauvez notre pays.


Cœur sacré de jésus ayez pitié de nous qui mettons notre confiance en Vous.


Cœur immaculé de Marie, intercédez pour nous.


Imprimatur : + Paul-Marie Guillaume, évèque de Saint Dié


************************************************************** 

Litanies de saint Flavien

A la Saint Flavien

Faîtes que l’on s’amuse bien.

A la Saint Aurélien

Repose toi bien.

A la Saint Teddy

Que la guerre soit finie.

Saint Gontran

Faîtes qu’il y a moins de vent.

Saint Valentin

J’ai vraiment trop faim.


*************************************************************** 

LITANIES DES SAINTS DE LA FAMILLE ROYALE .


Seigneur, ayez pitié de nous. Jésus-Christ, ayez pitié de nous. Seigneur, ayez pitié de nous.


Jésus-Christ, écoutez-nous. Jésus-Christ, exaucez-nous. Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.


Saint Canut, Roi du Danemark, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Bathilde, Reine de France, priez pour la Chrétienté. 

Saint Sigisbert, Roi d’Austrasie, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Jeanne de Valois, Reine de France, priez pour la Chrétienté.  

Saint Casimir, Prince de Pologne, priez pour la Chrétienté. 

Saint Ferdinand, Roi de Castille et de Léon, priez pour la Chrétienté. 

Saint Wistan, Prince de Mercie, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Clotilde, Reine de France, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Marguerite, Reine d’Écosse, priez pour la Chrétienté. 

Saint Ladislas Ier, Roi de Hongrie, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Élisabeth, Reine du Portugal, priez pour la Chrétienté. 

Saint Henri, Empereur, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Radegonde, Reine de France, priez pour la Chrétienté. 

Saint Étienne, Roi de Hongrie, priez pour la Chrétienté. 

Saint Émeric, fils du Roi de Hongrie, priez pour la Chrétienté. 

Saint Wenceslas, Duc de Bohème, priez pour la Chrétienté. 

Saint Édouard, martyr, Roi d’Angleterre, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Édith, sœur de saint Édouard, priez pour la Chrétienté. 

Saint Édouard, confesseur, Roi d’Angleterre, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Hedwige, Duchesse de Pologne, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Élisabeth de Hongrie, Duchesse de Thuringe, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Adélaïde, Impératrice, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Agnès, fille du Roi de Bohême, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Mathilde, Reine de Germanie, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Cunégonde, Impératrice, priez pour la Chrétienté. 

Saint Brunon, Duc de Lorraine, priez pour la Chrétienté. 

Saint Gotescalc, Prince des Slaves, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Brigitte, Princesse de Suède, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Catherine, fille de sainte Brigitte, priez pour la Chrétienté. 

Saint Herménégilde, fils du Roi des Goths, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Édith, fille du Roi d’Angleterre, priez pour la Chrétienté. 

Saint Éric, Roi de Suède, priez pour la Chrétienté. 

Saint Lucius, Roi de Grande-Bretagne, priez pour la Chrétienté. 

Saint Ethelbert, Roi de Kent, priez pour la Chrétienté. 

Saint Edwin, Roi de Northumbre, priez pour la Chrétienté. 

Saint Oswald, Roi de Northumbre, priez pour la Chrétienté. 

Saint Edmond, Roi des Estangles, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Théodora, Impératrice, priez pour la Chrétienté. 

Saint Conrad, Prince de Bavière, priez pour la Chrétienté. 

Sainte Hélène, Impératrice, priez pour la Chrétienté.

Saint Olaph, Roi de Norvège, priez pour la Chrétienté.

Sainte Pulchérie, Impératrice, priez pour la Chrétienté.

Saint Louis, Roi de France, priez pour la Chrétienté. 


Bienheureuse Isabelle, sœur de saint Louis, priez pour la Chrétienté. 

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.


Très sainte Vierge Marie, Reine du ciel et de la terre, priez pour nous.

Jésus-Christ, Roi des rois, ayez pitié de nous.

 

Prions. Dieu éternel et tout-puissant, qui avez sanctifié tant de Princes et de Princesses, nous vous en supplions, par leur intercession, délivrez la Chrétienté du joug de Satan. Accordez-nous, ô Dieu des armées, de voir Votre triomphe sur l’ennemi infernal, ainsi que le rétablissement du règne du Sacré-Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie. Nous vous le demandons par Notre-Seigneur Jésus-Christ, Votre Fils, qui, étant Dieu, vit et règne avec Vous, en l’unité du Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

                                                                       Communiqué par Ivan Kraljic (VR) 30-11-2000

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Divers vies de Saints
commenter cet article

commentaires