Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Marie.jpeg
" Marthe, pensez-vous que la France ait encore un avenir spirituel ?"
Elle a poussé une sorte de cri et a dit : "Ah, ça j'y crois beaucoup !" Elle l'a dit avec une force dans la voix, comme une jaillissement de son coeur....  
PERE BERNARD PEYROUS   

L’arc-en-ciel de la vocation chrétienne est devenu presque infini ; l’éventail des réalisations de la sainteté le sera tout autant.

Mgr Jean-louis Bruguès, o.p. 

 

Jean-Paul II et la France envoyé par paristocrate 

Biographie de Jean-Paul II envoyé par paristocrate 

Benoit-XVI.jpg 

"La chose la plus horrible dans notre monde aujourd'hui, c'est la communion
dans la main"
(Mère Teresa, 23 mars 1989, dans The Wanderer, Pakistan).

Texte libre

imTOU.jpg 

Joli chemin n’allonge pas 

 Prière ne retarde pas, 

Et aumône n’appauvrit pas.   

 

Sous le pommier,

Proverbes de la Terre,

par Henri Pourrat,

éd Dominique Martin Maurin 

 

 ___________________________ 

J'ai rêvé que la vie est joie.
Je me suis réveillé et j'ai vu

que la vie est devoir.
J'ai accompli mon devoir et

j'ai réalisé que le devoir est Joie.  

Tagore 

JMJ SYDNEY 2008
envoyé par Le_Bon_Larron

 ____________________________

 La science prétend aujourd’hui que l’univers est vide et muet Je ne crois pas que l’univers soit muet, je crois plutôt que la science est dure d’oreille…

L’œil qui scrute, qui analyse,
qui dissèque, doit être réconcilié avec l’œil qui vénère et qui contemple…


Il nous faut apprendre maintenant
à vivre en pratiquant à la fois la science et la poésie ;
Il nous faut apprendre à garder 
les deux yeux ouverts en même temps

Hubert Reeves (Il y eut un matin ) 

 


Saint(e)s envoyé par Le_Bon_Larron 
  

Cantique des trois enfants dans la fournaise (Daniel 3, 51 sq, extraits)

Toutes choses germant sur la terre, bénissez le Seigneur !
Sources et fontaines, bénissez le Seigneur !
Vous tous, oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur !
Vous tous, bêtes et bestiaux, bénissez le Seigneur !
Vous, enfants des hommes, bénissez le Seigneur !
Vous, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur !
A Lui haute gloire, louange éternelle!


"Je vous donnerai, dit Jérémie, des pasteurs selon mon coeur." (3,15)

Archives

15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 11:11
LA VIE DE L’ABBÉ PAUL BUGUET
Pour donner du travail à ses paroissiens, l’abbé Paul Buguet s’est fait imprimeur, remueur de terre et de pierres. Pour baliser le chemin qui va de la terre au ciel, il s’est fait missionnaire et bâtisseur. Deux œuvres nées, l’une d’une pensée sociale, l’autre d’une pensée mystique, se sont ainsi développées parallèlement.
Né à Bellavilliers (Orne), le 25 mars 1843, Paul-Joseph Buguet fait sa première communion en 1855 en l’église Notre-Dame de Mortagne. Il fait ses études au collège Saint-Eloi puis, à partir de 1862, au Grand Séminaire de Sées. Études et prière vont d’ailleurs constituer les deux pôles de sa vie. Le 26 mai 1866, il est ordonné prêtre par l’évêque de Sées et est d’abord nommé vicaire à Ste-Honorine-la-Chardonne (1866-1872) avant d’être nommé curé de Saires-la-Verrerie (1872-1878). Homme d’action, il lance un patronage de jeunes filles, fait construire un nouveau presbytère et ramène les habitants à l’eucharistie…
À 35 ans, le P. Paul Buguet est nommé à La Chapelle-Montligeon, petite bourgade au pied de la forêt de Réno-Valdieu, au flanc d’une colline. L’église du village est bien misérable ; les maisons grises, de même, ne donnent guère une impression de richesse. La population, composée de quelques cultivateurs et commerçants mais surtout de bûcherons, de charpentiers et de sabotiers, est alors de 770 habitants : elle a diminué de 300 âmes en un demi-siècle. Beaucoup partent chercher du travail en ville.
Toujours aussi actif, il restaure la paroisse puis le lavoir, fait construire un bassin sur la place pour l’alimentation du bourg en eau potable, projette de créer une ligne de tramway... Toutefois, deux ans avant son arrivée à La Chapelle-Montligeon, le P. Buguet avait été profondément affligé par trois décès dans sa famille. Le soir du 1er novembre 1876, son frère Auguste était écrasé par la chute de la cloche de l’église Notre Dame de Mortagne. " Et son âme ?", s’écrie alors le jeune abbé. Cet accident tragique est suivi de la mort de ses deux nièces âgées de 12 et 16 ans. " Une conséquence à tirer de ce que je viens de méditer, c’est la nécessité de soulager les âmes du Purgatoire. Je n’ai que trop tardé à réaliser l’Œuvre que j’avais projetée. Il faut que je travaille à délivrer ces âmes ", note l’abbé Buguet dans son Journal quelques mois plus tard. L’idée de créer une œuvre pour “la délivrance des âmes délaissées du Purgatoire” germe dans son esprit. Elle va devenir réalité à La Chapelle-Montligeon.
Un des soucis qui le hantent dès lors est de prier et faire prier pour tous les défunts, surtout " ceux pour lesquels personne ne prie ". Après plusieurs démarches, l’abbé Buguet obtient en 1884 de Mgr Trégaro, évêque de Sées, l’approbation des statuts de l’Association pour la délivrance des âmes du Purgatoire. Il devient alors, comme il le dit lui-même, le " commis-voyageur des mes du Purgatoire ", quêtant de paroisse en paroisse pour bâtir son Œuvre.
En 1887, il se lance dans une autre aventure : " Je cherchais à concilier ce double but faire prier pour les âmes délaissées et, en retour, obtenir par elles le moyen de faire vivre l’ouvrier. " Pour cela, il décide de créer une imprimerie afin de publier les bulletins de l’Œuvre. Il commence dans une petite salle du presbytère avec l’aide d’un sabotier qui se met à sa disposition pour typographier. Pendant deux ans l’imprimerie fonctionna ainsi. Mais le nombre de bulletins augmentant, il fait construire des hangars dans la cour et achète de vieilles maisons pour loger les ouvriers et les interprètes. Les commandes arrivant, en effet, de tous les coins d’Europe, il faut les traduire de l’anglais, de l’allemand ou du flamand…
En 1894, l’imprimerie abandonne hangars et vieilles maisons pour s’installer dans de nouveaux murs : elle devient " Société anonyme des établissements de La Chapelle-Montligeon ". Elle compte à cette époque 31 ouvriers. En 1887, après le premier pèlerinage organisé pour prier pour " les saintes âmes ", les pèlerins commencent à affluer de toute la France et de l’étranger . Le renom de Notre-Dame de Montligeon commence à s’étendre de par le monde.
" Nous voudrions élever, à Montligeon, une chapelle digne de notre grande et belle Œuvre où tous les jours viennent se réunir, pour monter ensemble vers Dieu, les recommandations de l’univers. ", peut-on lire en juin 1890, dans le trentième Bulletin de l’Œuvre. Très vite, pour répondre au souhait du P. Buguet, les dons affluent si bien que, le 22 septembre 1894, le premier coup de pelle est donné. Parrallèlement, l’abbé Buguet commence ses grands voyages, toujours comme missionnaire des mes du Purgatoire : Rome (1893) où il est encouragé par le pape Léon XIII, l’Europe occidentale (1895), les États-Unis (1897), l’Allemagne et l’Europe Centrale (1898), l’Espagne (1899). Il voyage.
Le 4 juin 1896, la première pierre de la future basilique Notre-Dame de Montligeon est bénie. En cette même année, l’abbé Paul Buguet quitte le presbytère et vient loger avec ses collaborateurs dans un immense bâtiment en haut de l’esplanade : la Maison des Chapelains. En mai 1905, le chœur et la nef principale sont achevés. La première messe a lieu le 1er juin 1911, pour le pèlerinage annuel.
Malheureusement, du fait de la guerre, les travaux sont interrompus en 1916. Cette année-là, le Père Buguet fête son jubilé sacerdotal. Deux ans plus tard, épuisé, il meurt à Rome le 14 juin 1918. Son corps, ramené à Montligeon, repose sous la Basilique.
 
CHRONOLOGIE PERE BUGUET
25 mars 1843 - NAISSANCE A BELLAVILLIERS (canton de Pervenchères, arrondissement de Mortagne) fils de Jean-Michel Buguet, sabotier, et de Marguerite Bellanger, fileuse.
26 mars 1843 - Baptême de Paul-Joseph Buguet.
1850 - La famille Buguet va habiter rue Croix-Chemin à Mortagne.
7 juin 1855 - 1ère COMMUNION DE PAUL BUGUET en l'église Notre-Dame de Mortagne.
Octobre 1855 - Entrée au collège Sainte-Marie (ou Saint-Éloi) de Mortagne.
Octobre 1862 - Entrée au Grand Séminaire de Séez.
10 juin 1865 - Ordination diaconale.
26 mai 1866 - ORDINATION SACERDOTALE par Mgr Rousselet ; il est nommé vicaire à Sainte-Honorine-la-Chardonne (doyenné d'Athis).
2 juin 1871 - Entrée des Frères dans l'école de Sainte-Honorine après de nombreuses démarches de l'abbé Buguet.
Juin-juillet 1871 - Quête dans le département de l'Orne pour payer les Frères-instituteurs.
4 juillet 1872 - Nommé vicaire-administrateur de Saires-la-Verrerie (doyenné de Briouze).
7 septembre 1874 - Nommé curé de Saires-la-Verrerie.
1875 - Première pierre du presbytère que l'abbé Buguet fait construire à l'aide d'une souscription.
1er novembre 1876 - Mort d'Auguste Buguet, son frère, écrasé par une cloche à Mortagne.
29 juin 1877 - Mort de Pauline Buguet, sa nièce, à l'âge de 16 ans.
26 juillet 1877 - Mort de Marthe Buguet, son autre nièce, âgée de 12 ans.
20 juillet 1878 - Nommé curé de La Chapelle-Montligeon.
 
1er août 1878 - ARRIVÉE À LA CHAPELLE-MONTLIGEON.
Pâques 1880 - Établissement à La Chapelle-Montligeon de l'Association de Saint-François-de-Sales et de celle de la Propagation de la Foi ; établissement d'un Comité catholique rattaché à "l'Œuvre des Cercles catholiques ouvriers" d'Albert de Mun.
1880 - Pose des stalles de l'église paroissiale.
7 novembre 1880 - Baptême de la grosse cloche de l'église paroissiale, payée par souscription.
De 1880 à 1884 - Tentatives pour assurer du travail aux femmes de Montligeon (jerseys, dentelles, gants).
Mai 1884 - Visite de la "Dame au voile blanc".
3 septembre 1884 - Acceptation de principe du projet des Statuts de l'Œuvre Expiatoire par Mgr Trégaro, évêque de Séez
24 septembre 1884 - L'abbé Buguet sollicite de Mgr Trégaro une approbation officielle.
4 octobre 1884 - Voyage à Séez pour renouveler sa demande.
5 octobre 1884 - Mgr Trégaro envoie à l'abbé Buguet les Statuts de l'Œuvre revêtus de l'approbation et du sceau épiscopal.
Fin 1884 - Le "commis-voyageur des âmes du Purgatoire", commence à quêter pour son Œuvre.
 
2 juillet 1885 - Établissement à La Chapelle-Montligeon de la confrérie du Rosaire.
1885 - Les deux premiers Bulletins de l'Œuvre paraissent dans l'année (8 puis 12 pages) et sont imprimés à Séez.
Février 1886 - Le Bulletin devient trimestriel et le nombre de pages augmente.
1886 - Achat d’une petite presse chez Paul Abat pour imprimer quelques feuilles de propagande : début de l'imprimerie installée au presbytère.
5 avril 1887 - Institution d’une Commission administrative de l'Œuvre Expiatoire
24 mai 1887 - 1er Pèlerinage solennel à Notre-Dame de Montligeon, dans l'église paroissiale.
1887 - Achat de vieilles maisons pour y installer les ateliers de galvanoplastie, de clicherie et de reliure.
Fin 1887 - Achat d'une presse à grand format et d'une machine à vapeur.
24 mai 1888 - 2ème pèlerinage, sur la place de l'église.
Automne 1888 - Des religieux de Sainte-Marie de Tinchebray deviennent collaborateurs de l'abbé Buguet. Les Soeurs de Longny viennent diriger le secrétariat et les ateliers de femmes.
Mai 1889 - Le Bulletin devient mensuel et est imprimé à Montligeon. Au total, l'abbé Buguet occupe une quinzaine de personnes.
1889 - Création d’une Société civile chargée de gérer les biens de l'Œuvre.
Janvier 1890 - Publication du premier "Almanach de l'Espérance"
Juin 1890 - Par la voix du Bulletin, un premier appel est lancé pour la construction d'une église.
1891 - L'emplacement de la future église est déterminé et le terrain acheté.
Mai 1891 - Le 5ème pèlerinage a lieu sur l'emplacement de la future église.
Juillet 1891 - Création de la Fanfare de l'Œuvre Expiatoire.
Août 1891 - L'abbé Buguet annonce qu'une Statue de Notre-Dame de Délivrance, spécialement destinée à Montligeon, a été exécutée par Steüer.
Fin 1891 - Début des grands voyages de l'abbé Buguet en France et en Europe.
19 novembre 1891 - L'abbé Buguet propose au Conseil municipal de Montligeon de faire échange de la vieille église paroissiale contre une nouvelle qu'il construirait à ses frais et dont les plans et devis sont établis.
18 mai 1893 - Mgr Trégaro nomme l'abbé Buguet CHANOINE HONORAIRE de sa cathédrale.
4 octobre 1893 - Le pape Léon XII érige l'Association de Notre-Dame de Montligeon en ARCHICONFRÉRIE.
31 octobre 1893 - Un collège de chapelains de l'Œuvre Expiatoire est établi par Mgr Trégaro.
20 novembre 1893 - Le chanoine Buguet est reçu en audience privée par le Saint-Père.
Novembre 1893 - Le cardinal PAROCHI devient cardinal-protecteur de l'Œuvre Expiatoire.
Début 1894 - L'autel de l'Œuvre Expiatoire est érigé en autel privilégié.
1894 - Le chanoine Buguet traverse l'Atlantique et parcourt les États-Unis et le Canada.
Juin 1894 - Un nouveau plan de l'église, plus important que celui de 1891, est arrêté.
1894 - L'imprimerie s'installe dans l'immeuble neuf sur la cour d'honneur.
22 septembre 1894 - COMMENCEMENT DES TRAVAUX de la nouvelle église et fouilles des fondations.
24 novembre 1894 - Constitution de la Société Anonyme des Établissements de La Chapelle-Montligeon pour administrer l'imprimerie qui compte 31 ouvriers.
Mai 1895 - La compagnie de l'Ouest met un train supplémentaire en service pour le pèlerinage annuel.
19 juin 1895 - Un Bref pontifical institue l'Archiconfrérie de Notre-Dame de Montligeon en PRIMA-PRIMARIA.
1896 - Les chapelains et les bureaux de l'Œuvre prennent possession de l'immeuble de la Direction.
4 juin 1896 - 10ème pèlerinage et bénédiction de la 1ère pierre de la nouvelle église.
Juin 1898 - Une Procure de l'Œuvre Expiatoire est installée à Rome, via Nomentana.
1898 - Construction de la maison des Interprètes.
1899 - Une chapelle de la basilique romaine de Santa-Maria in Monte-Santo est concédée à l'Œuvre Expiatoire.
1900 - La procure romaine de l'Œuvre Expiatoire s'installe près de la basilique Santa-Maria.
8 février 1902 - Le chanoine Buguet est nommé PRÉLAT de Sa Sainteté.
30 août 1903 - NOCES D'ARGENT de Mgr Buguet, curé de La Chapelle-Montligeon.
Automne 1903 - La nouvelle église est couverte.
13 juin 1904 - Le Pape nomme Mgr Buguet PROTONOTAIRE APOSTOLIQUE.
Fin 1904 - Le gros œuvre de l'église est achevé. Il reste à élever la façade et les clochers.
23 octobre 1910 - Dans un "Motu Proprio", le Pape Pie X place "sous sa spéciale protection et celle de ses succésseurs" l'Œuvre Expiatoire et lui concède l'usage de la basilique Santa-Maria in Monte-Santo.
31 mai 1911 - Bénédiction de la nouvelle église.
1er juin 1911 - 25ème pèlerinage : la messe est célébrée dans l'église terminée.
Juin 1913 - L'escalier monumental est achevé.
28 octobre 1913 - Le siège de l'Archiconfrérie est transféré de l'église paroissiale à la nouvelle église.
8 juin 1916 - JUBILÉ D'OR SACERDOTAL de Mgr Buguet.
Septembre 1917 - Mgr Buguet part pour Rome à cause de sa santé.
1917 - Les vitraux du chœur sont posés.
14 juin 1918 - MGR BUGUET S'ÉTEINT À ROME.
17 juin 1918 - Obsèques de Mgr Buguet dans la Basilique de Santa-Maria in Monte-Santo.
1919 - Mise en place de la Statue de Notre-Dame de Montligeon, œuvre de Tadolini.
16 novembre 1921 - En la fête de Notre-Dame Libératrice, Mgr Buguet est inhumé dans le caveau aménagé dans les soubassements de la nouvelle église.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saints - dans Vidéos - Livres
commenter cet article

commentaires